#PLIB2021 – La ville sans vent – Eléonore Devillepoix

À dix-neuf ans, Lastyanax termine sa formation de mage et s’attend à devoir gravir un à un les échelons du pouvoir, quand le mystérieux meurtre de son mentor le propulse au plus haut niveau d’Hyperborée.
Son chemin, semé d’embûches politiques, va croiser celui d ‘Arka, une jeune guerrière à peine arrivée en ville et dotée d’un certain talent pour se sortir de situations périlleuses. Ca tombe bien, elle a tendance à les déclencher…
Lui recherche l’assassin de son maître, elle le père qu’elle n’a jamais connu. Lui a un avenir. Elle un passé.
Pour déjouer les complots qui menacent la ville sans vent, ils vont devoir s’apprivoiser.

Mon avis:

Ce livre fait partie des 5 finalistes du PLIB2021. J’ai trouvé la couverture tellement réussie que je me le suis procuré en papier. Même en ayant mis un certain temps pour le lire, chaque prise en main de l’ouvrage était un plaisir. Il est magnifique!

J’ai assez vite accroché à l’univers qui, s’il reste assez classique en soi, présente quelques originalités comme le transport en tortue, par exemple. J’ai trouvé que la ville était très bien décrite et franchement, elle vaudrait le coup d’oeil. En tout cas, j’y évoluais parfaitement avec les personnages et c’est un point important pour moi, afin de me sentir à l’aise dans ma lecture.

On suit principalement deux personnages: Arka et Lastyanax. Arka a 13 ans, porte un lourd passé et se cherche un avenir. Son passé doit resté caché même si ses capacités physiques et son caractère bravache pourraient aisément la trahir, et son avenir semble bien incertain. Avec ce qu’elle croit être du hasard, elle va se retrouvée confrontée aux plus hautes instances d’Hyperborée, aux côtés d’un Lastyanax un peu perdu. Car oui, si j’ai apprécié Lastyanax qui est à la fois très intelligent mais aussi, terriblement  »humain » et surtout, toujours âgé de 19 ans malgré tous les événements qui ébranlent la cité, j’ai eu un peu de peine à comprendre son rôle dans l’histoire. J’ai eu l’impression que de bout en bout, tout lui échappait: son enquête, sa collaboration avec Arka, ses amis… c’était un peu comme s’il courrait après l’intrigue.

L’intrigue en elle-même est assez intéressante et les révélations finales savoureuses. Il m’a manqué un ou deux éléments par rapport à Arka, mais dans l’ensemble, j’ai trouvé que la magie, l’histoire, la ville, les rivalités; tout s’articulait parfaitement les uns aux autres. L’autrice pourrait s’amuser un moment dans cet univers, en se promenant dans les différents lieux, et dans des temporalités différentes. J’ai beaucoup apprécié cet aspect assez  »complet » du roman. On n’a pas une histoire propulsée dans un certain lieu, ni dans un certain temps, mais plutôt un récit bien réfléchi et qui promet son lot de révélation dans le prochain et dernier tome.

En résumé, si l’univers et l’intrigue m’ont convaincue, j’ai été un peu déstabilisée par Lastyanax et son rôle dans l’histoire, ainsi que de deux-trois précisions concernant Arka et le final. Rien de bien grave, mais cela m’a coupée un peu le plaisir de fin de lecture. Si l’occasion se présente, je lirais volontiers la fin de cette duologie pour voir si mes interrogations trouvent une réponse.

ISBN9782017108443

#PLIB2021 – Ordo – Anthony Combrexelle – 404

Le pouvoir est dans le sang.
New York, de nos jours.
Dans l’ombre, les cinq familles de l’Ordo Magicae utilisent l’Obscur, une magie issue d’un monde démoniaque, pour étendre leur influence et diriger leurs affaires en ville.

Elles sont liées par le sang d’un même ancêtre, Ambrose Donosius, 356 ans et toujours vivant… jusqu’à aujourd’hui : le patriarche de cette  » mafia de la magie noire  » est tué lors d’un attentat surnaturel en plein Manhattan.

Cinq jeunes gens, fils et filles des dirigeants des cinq familles, sans perspective d’avenir face à des parents immortels, voient dans l’événement l’occasion de planifier un casse. Le cambriolage magique du siècle. Ils ont moins d’une semaine avant l’inhumation pour se préparer à infiltrer la Loge, le sanctuaire privé d’Ambrose. Leur objectif : voler la couronne d’un roi légendaire leur permettant de réaliser leurs vœux les plus secrets. De quoi devenir rois à la place des rois et, enfin, régner sur l’Ordo.

Mon avis:

J’ai lu ce titre car Callysse m’avait donné envie. J’avais encore un petit peu de temps avant le vote des finalistes du #plib2021 et je me suis donc laissée tenter.

La plume m’a tout de suite plu. L’humour, les personnages. Je me suis sentie très vite à l’aise, ce qui est toujours de bon augure pour la suite. J’ai rapidement senti que ça serait une bonne lecture, et ce fut effectivement le cas.

Avec ma liseuse, je n’arrivais pas à correctement voir l’arbre généalogique et j’ai eu peur un instant de ne pas arriver à bien me retrouver parmi tous les personnages qui composent l’Ordo Magicae En réalité, c’est très bien allé. On suit principalement 5 jeunes, derniers descendants des 5 branches de la famille du célèbre Ambrose Donosius. Parfois, je mélangeais un peu qui était le père, la mère, ou la grand-mère d’untel, mais soyons honnêtes, cela ne dérangeait en rien ma compréhension et mon plaisir dans la lecture.

Ces 5 personnages principaux sont très très différents. Ils ont des ententes divers entre eux, pour des raisons tout aussi différentes. Ils n’ont pas le même âge, la même histoire, le même sexe. Ils m’ont tous plu à leur manière car ils sont tous nuancés. Il n’y en a pas un qui passe pour meilleur qu’un autre. Ils ont des défauts monstrueux mais aussi de grandes qualités et plus l’histoire avance, plus on apprend à les connaître et donc à mieux interpréter leurs comportements.

Il y a une touche d’humour dans toute cette noirceur. Car oui, le meurtre du patriarche, les secrets et leur but final tombe plus dans le plan machiavélique que dans le conte de fée. Mais malgré tout, le plume de l’auteur distille un humour que j’ai ressenti assez légèrement et qui, pourtant, a donné un ton au roman que j’ai vraiment adoré.

L’intrigue paraît tellement simple, de prime abord. On fait connaissance avec la mafia famille, Matthew présente son idée et… là, j’ai compris que dans l’Infra, tout serait bien plus complexe que ce que j’avais pu imaginer et ça, c’était super. J’avais ce sentiment que le roman pouvait receler des petites pépites, et j’ai eu raison. Le final est explosif, hyper dense, il chamboule tout et ne laissera pas nos personnages indemnes. Je ne m’attendais pas à autant de retournement de situations et de révélations et franchement, j’ai aimé!

J’ai juste été un peu inconfortable par rapport à quelques précisions sur l’univers qui m’ont un peu manqué et qui m’ont fait passer à côté d’un coup de coeur. Pour autant, j’ai vraiment eu un immense plaisir à ma lecture.

Le livre n’est pas passé finaliste, mais j’ai eu le plaisir de le découvrir et j’en suis bien contente. C’est le petit plus de participer au PLIB: découvrir des livres qu’on n’aurait jamais découvert le cas échéant.

#ISBN9791032403884

Les 5 finalistes #PLIB2021

Les finalistes ont été dévoilé dimanche passé. Je vous les présente ci-dessous:

Sur mes 5 votes, seul  »Rocaille » a passé. Je suis particulièrement triste pour  »Les Aînés » même si je dois dire être très heureuse pour l’autrice d’être arrivée jusque là, car il me semble avoir entendu bien des avis positifs et beaucoup de regret quand au fait de ne pas l’avoir retrouvé dans les finalistes. Un bon livre, très bon livre, que je vous conseille absolument.

 »La princesse au visage de nuit » et  »Steam Sailors » sont deux titres que j’ai longuement hésité à mettre dans mes finalistes. Je suis donc ravie de les retrouver.  »La ville sans vent » m’a attirée dès sa sortie, sa couverture est absolument magnifique. Mais voilà, il fallait faire des choix et j’ai décidé de laisser sa chance à d’autres titres. Au final, seul  »Rouge » ne m’attire, de base, pas plus que cela. Pour autant, il est tout à fait possible qu’il me plaise , je suis curieuse et ouverte de le découvrir.

Comme je dois accoucher du 3ème dans un mois, je vais garder les deux ebooks offerts par les maisons d’édition, c’est-à-dire:  »La princesse au visage de nuit » et  »Rocaille » pour un second temps. Je vais tout d’abords privilégier les deux titres que je viens de recevoir en papier:  »Steam Sailors » et  »La ville sans vent », que je viens d’ailleurs de commencer. Je ne pouvais que les prendre en papier, tant ils sont magnifiques! Je pense garder  »Rouge » pour la fin, probablement en ebook, à voir. Tout dépendra de mon rythme de lecture et de l’arrivée du baby, car je serais plus à l’aise avec ma liseuse dans un premier temps, expérience faite 😉

Et voilà, il n’y a plus qu’à découvrir cette très belle sélection. Et j’adresse toutes mes pensées à nos formidables organisateurs qui font tout cela bénévolement et qui viennent d’essuyer un coup dur avec l’incendie d’OVH.

#PLIB2021 mes 5 finalistes

C’était dur, mais voilà les 5 titres pour lesquels j’ai voté!

Et pourquoi eux, me direz-vous!

  • Les Aînés: un roman à part, originale, bien écrit, avec un univers et des personnages bien travaillés, tout est dans le détail, la nuance. C’est une belle découverte: ma chronique
  • Les tribulations d’Esther Parmentier: un titre qui, de base, ne me tentait pas. Et puis, à force d’en entendre parler je me suis dit que j’allais me faire mon avis et… franchement, je ne l’ai pas terminé, mais qu’est-ce que j’ai ri. J’ai aimé les personnages, la plume, l’humour et il me semble très prometteur. Je le lirai de toute façon!
  • Ordo: mon inattendu. Le résumé me paraissait d’un classique… et en fait, j’ai croché immédiatement. Le style me plaît, les personnages m’intriguent… je vais le continuer en attendant le résultat du vote et même après (j’en suis aux 30%)
  • Vaisseau d’arcane: juste de la qualité, du pointu, du tout bon! Du Tomas! Mon article
  • Rocaille: un livre également pas terminé qui le sera aussi de toute façon. Un univers intriguant, qui semble un peu sortir de l’ordinaire. Un one-shot, ce que ne gâche rien. Il y a un truc avec ce livre que j’aimerais approfondir!

Maintenant que j’ai voté, je vais pouvoir aller dormir ouf 😉

Rendez-vous dimanche!

#PLIB2021 – Les noces mécaniques – Marie Kneib

À Néacity, un lien alchimique unit les couples mariés à vie. Fiancée par amour, Clara n’a rien contre cette règle, mais le jour de ses noces, tout tourne au désastre. Contrainte d’épouser le parfait inconnu qui surgit au milieu de la cérémonie, la voilà mêlée à un complot qui la dépasse. Seulement, cet étrange mari n’a que faire de cette histoire de mariage. En pleine enquête, ses investigations risquent de plonger Clara au cœur de secrets et de mystères plus sombres les uns que les autres…

Mon avis:

J’avais repéré ce livre en parcourant les sites d’éditeur pour proposer 3 titres afin de m’inscrire comme juré au PLIB2021. J’avais beaucoup aimé ce que Plume Blanche proposait l’an précèdent et je me suis rapidement tournée vers eux pour faire mon choix. Ce titre, entre la couverture, le résumé et le genre, m’avais assez vite attirée et je me l’étais commandé.

J’ai assez vite croché. Clara est une fille de bonne famille qui n’a jamais supporté le cadre stricte dans lequel elle a évolué toute sa vie. Résultat, entre une intelligence vive, beaucoup d’énergie, une vie de privilège et une impossibilité à extérioriser toutes ses émotions, Clara est une bombe à retardement. Son comportement, s’il n’est pas des plus agréables, ne sort pas de nul part non plus.

Donc quand elle se marie avec l’homme de sa vie, homme que sa riche famille désapprouve, et que rien ne se passe comme prévu, j’ai trouvé assez logique qu’elle perde complètement les pédales. Et son mari est assez… insaisissable. Tout lui glisse dessus comme de l’eau sur un rocher. Je ne parle, bien sûr, pas du mari prévu… mais de l’autre!

Ce qui n’aurait dû être qu’un simple incident va mettre en branle toute une série d’actions qui va mener Clara, un journaliste nommé Côme et son nouveau mari, sur les traces des fondations de Néacity et des secrets que les alchimistes gardent jalousement pour préserver la richesse de leur cité.

J’ai apprécié ce trio mal accordé, avec des personnalités multicolors qui s’accordent si bien et si mal à la fois les unes aux autres. J’ai aimé parcourir la cité, avec cette ambiance steampunk sombre et pleine de promesses, de cette société qui court après le progrès sans forcément bien y parvenir. L’alchimie a pourtant ses limites et l’homm est toujours prompt à les dépasser. C’est un point qu’on retrouve dans bien des livres et qui ici prend le visage de machinations parfaitement inhumaines.

Et pourtant, alors que j’avais très bien commencé ma lecture, que je la poursuivais avec confort, il y a eu ce moment où j’ai décroché. J’ai de la peine à m’expliquer car cela m’arrive très rarement. Habituellement, soit je ne rentre pas du tout dans l’histoire, soit la fin me déplaît, mais attendre les 2/3 du roman pour en sortir, ça non. Il y a eu ce moment où Côme révèle des choses sur lui, où les personnages me donnaient l’impression de tout le temps se reposer entre deux actions en passant ce temps à se disputer et je pense que cela a cassé le rythme de l’histoire, tout du moins pour moi. Et puis, j’ai ressenti quelques facilités sur la fin. Rien de grave en soi, mais ces petites choses se sont ajoutées les unes aux autres pour me laisser sur une impression de lecture en demi-teinte.

L’univers est finalement ce qui me reste le plus en tête. Je l’ai trouvé bien construit, l’ambiance lourde, oppressante et pourtant promesse de progrès est bien représentée. On y sent l’oppulence et la pauvreté, le neuf et le vieux, la joie et la tristesse. J’ai aimé la place que prend l’alchimie au sein de la cité, ce qui a mené à ce que cette dernière échappe à la moralité. L’histoire de la royauté qui passe aux mains d’une poignée de nantis. Tout ceci donne un aspect à l’histoire qui m’a captivée dès le départ.

En soi, ce n’est pas du tout une mauvaise lecture. J’ai juste le regret d’avoir perdu, à un moment, le plaisir de lecture que j’ai ressenti pendant un long moment.

#ISBN9791094786741

[#PLIB2021] Les Aînés T1; Les cycles corrompus – Serenya Howell

Depuis la Tour, leur demeure, les Aînés et leurs Maîtres veillent sur les Sept-Royaumes. Être appelé à les servir est un honneur, se lier à l’un de ces dieux est le rêve. Il en existe toutefois un pour lequel personne ne nourrit la moindre ambition : Asroth, l’incarnation de la Mort, qui entraîne l’esprit de ses Maîtres, l’un après l’autre, vers les ténèbres et nourrit leur âme du sang de la guerre…

Mon avis:

Un sacré pavé que voilà. 600 pages, petits caractères, grand format.

Si vous me suivez un peu sur les réseaux sociaux, vous saurez que j’ai mis très long à le lire. Non pas que le livre n’était pas intéressant, mais plutôt qu’en ce moment, lire quelque chose de dense, de qualité et de plus de 300 pages est compliqué. Disons qu’il fallait un minimum de concentration qui me fait tant défaut ces derniers temps. Ce n’était pas le moment pour moi de le lire, mais je voulais vraiment arriver au bout car franchement, il en valait la peine et je voulais pouvoir le chroniquer pour les votes et peut-être influencer certaines personnes 😉

Ce livre, je l’avais proposé en m’inscrivant comme juré. J’avais repéré la maison d’édition l’an passé et avais passé au peigne fin leur catalogue. Avec cette magnifique couverture et ce résumé alléchant, j’avais très vite craqué sur ce titre et l’avais commandé.

J’ai été déstabilisée (en bien) par l’écriture pointue et le degré de complexité de l’univers. Il est très complet. L’autrice nous offre une histoire se déroulant à la fois sur un laps de temps précis à défaut d’être court, mais également millénaire, nous démontrant que bien souvent, la vie est bien plus compliquée qu’elle n’en a l’air.

L’histoire est découpée en trois parties, les deux premières se chevauchant légèrement, de quoi nous offrir un panorama complet pour bien saisir tous les tenants et aboutissants du récit. La 3ème est très différente et apporte un éclairage très intéressant et important sur les véritables racines de toutes les tensions et amitiés que l’on retrouve dans l’intrigue que je décrirais comme principale.

Il y a une sensibilité, dans ce récit, qui m’a touchée. Je trouve que l’autrice a bien su mettre en avant le fait que rien n’est blanc ou noir, que se remettre en question sincèrement et profondément, ce n’est pas évident. Il est terrifiant de quitter un confort, même inconfortable (si vous me passez cette tournure de phrase), pour aller vers l’inconnu. Un inconnu qui n’est pas gage de bonheur, mais seulement de tentative de l’atteindre. Elle a aussi bien montré que la société est dure envers ceux qui sortent du lot. Elle juge et condamne sans véritablement savoir. Et lorsqu’on est seul et qu’on veut remonter à la surface après avoir nagé en eau trouble pendant si longtemps, c’est presque mission impossible.

Denörh et Asroth ont une des relations les plus complexes et intéressantes qu’il m’ait été donné de voir en littérature. C’est beau, difficile, profond et émouvant, d’une certaine manière. Denörh, ou encore Aymerick qui a eu un rôle auquel je ne m’attendais pas, passent à mes yeux en second plan en rapport aux Aînés, c’est-à-dire les Dragons. Disons-le, je n’ai jamais réussi à m’en sortir avec leurs noms. S’il n’y avait eu que les Aînés, ce serait allé. Mais rajouté à leurs Maîtres, je me suis perdue. Cela ne m’a pas empêchée de tout suivre. Oui oui on appelle cela de la fatigue 😉 Bref.

Asroth est un coup de coeur. Il est grognon, désagréable, touchant et émouvant. Tout cela à la fois, grâce à Denörh qui va réaliser des prouesses à ses côtés et lui permettre d’accéder à ce qu’il pensait perdu à jamais.

Lëysha est bien plus complexe, à mes yeux. A première vue, elle passe pour la Sagesse incarnée. Symbole de Vie, elle donne l’impression d’être la bonté incarnée. Et pourtant, là encore l’autrice réussit à nous présenter un personnage bien plus nuancé que ce qu’il aurait pu être. Lëysha a une attitude aimante, mais également égocentrique et puérile. Elle est bien plus que ce qu’on voit de prime abord. C’est le sentiment général que j’ai eu tout du long du livre finalement et je trouve ça extra.

Mon point noir a été finalement l’alternance des récits  »au présent » et les extraits de journaux intimes des maîtres et autres humains, qui certes étaient très courts, mais qui ont ralenti mon immersion dans le roman. Pour autant, une fois que je suis entièrement rentrée dans le récit, ces intermèdes m’ont au contraire permis d’entrer encore plus profondément dans cet univers si dense. Comme quoi…

C’est une surprise, un roman de fantasy comme je n’en avais pas encore vu. Le coup de coeur n’est peut-être pas au rendez-vous, mais je reste impressionnée par la qualité de ce roman. Il vaut le coup, sans aucun doute. Allez jeter un oeil, vous risqueriez d’être surpris.

#ISBN9791094786680 #PLIB2021

Les dossiers du Voile – Adrien Tomas – Fleurus éditions

Résumé:

« Les maisons sorcières sont au bord de l’explosion, la Guerre de la Nuit fait rage plus violemment que jamais et les trolls et les fées sont bien partis pour transformer les bas-fonds de Paris en champ de bataille… »

Bienvenue dans le monde du Voile !

Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde.

À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, elle n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes.

Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Mon avis:

Je remercie les éditions Fleurus de m’avoir permis de lire le petit dernier d’Adrien Tomas. C’est un auteur que j’ai, à chaque publication, grand plaisir à lire. Il a toujours une plume travaillée et fluide, une imagination débordante qui me laisse penser qu’il en a encore beaucoup en réserve et une maîtrise de l’intrigue qui ne peut que m’entraîner, roman après roman.

Pour la première fois, je le découvre en fantastique et je me dois de dire que j’ai eu autant de plaisir qu’en fantasy.

Une famille pareille, il fallait la faire quand même! Une inspiration de la vie réelle? Trêve de plaisanterie, je les ai adoré. Avec leurs forces et leurs faiblesses, les Morcese sont uniques et attachants à leur manière. Même le bébé a une sacrée personnalité. Chez eux, il n’y en a pas deux pareils, quoique les jumeaux… mais non, eux aussi ont leurs particularités. Sorciers dans la famille et la matriarche occupant un poste très élevé au sein du Voile, il n’y a que Tia, l’aînée, qui a opéré une sévère coupure avec ce monde. Un tempérament de feu qui s’harmonise avec son physique flamboyant, elle est enquêtrice dans la brigade très spéciale et très petite qui consiste à traiter des cas… magiques.

Sauf que rien ne va. Enfin, plus que d’habitude. Tout le monde en veut à tout le monde, plus on avance dans le récit, plus les litiges deviennent nombreux en plus d’être illogiques. Tia en vient presque à perdre la tête, jusqu’à ce qu’elle mette enfin le doigt sur un début d’explications. Et j’ai adoré le petit élément final qui a apporté une aide non négligeable à notre humble enquêtrice.

J’ai apprécié le point de vue d’Adrien Tomas, qui ne place aucune espèce au dessus d’une autre, même entre méta et non-méta ou plutôt, entre créatures magiques et humains. Il aborde le thème des privilèges octroyés à une caste, qui semble normal pour tous même si, en fait, peut-être que pas tant que ça. Il montre qu’une société peut, doit évoluer, qu’il est important de se remettre en question. Après, soyons d’accord, il est toujours plus facile de le penser que de le mettre en pratique mais ici, à travers une histoire pour adolescent, mélangeant habilement une société magique et la nôtre, je trouve qu’Adrien Tomas le traite avec beaucoup de doigté.

J’ai beaucoup ri, essayé de dénouer les noeuds de l ‘intrigue, y arrivant parfois mais pas toujours. J’ai apprécié la multitude de point de vue, que ce soit par rapport à l’espèce des personnages, leurs sexes ou leurs âges. J’ai aimé l’univers, le côté policier, la grande gueule de Tia (j’ai toujours la traduction  »tante » en espagnol qui me vient, zut ^^’), la candeur de Mona, la sympathie de Samir, la pluralité d’Héloïse, le savoir de Charles etc.. Ils sont nombreux et ils portent le roman de bout en bout.

En librairie depuis le 8 janvier, pensez à eux et allez l’acheter, vous vous ferez plaisir!

[Il était 8 fois Noël ]Petit week-end de lecture 2 et 3 janvier 2020

Ce week-end, c’est lecture avec ce merveilleux challenge  »Il était 8 fois Noël ».

J’espère pouvoir prendre un peu de temps pour me poser et lire ce week-end.

Entre du ménage, les enfants et une belle rencontre à venir demain, sans parler de l’organisation de notre départ à la montagne lundi, il y aura de quoi faire. Mais je trouverais du temps, j’ai bien envie en tout cas!

Quand j’aurais trouvé d’autres participants, je viendrais mettre leurs billets ici.
Jojo en herbe
– Méline

Bon week-end à tous!

Ma lecture actuelle :

Samedi matin: un petit chapitre de lu! Sinon le fameux ménage, le dîner et… cette après-midi, promenade dans les tourbières des Ponts-de-Martel. Je viendrais mettre des photos, j’adore cet endroit, il est très apaisant.

Et maintenant, bain parce que je n’arrive pas à me réchauffer 🤣

J’ai lu une soixantaine de pages ce jour.

Dimanche eh bien, je n’ai rien lu. Mon mari est tombé bien malade, j’ai dû gérer les derniers rangements, la préparation des affaires et les enfants. Et j’ai accessoirement pu un peu dormir le matin. Du coup, je me dois d’avouer que ce week-end, je n’ai presque pas lu hum ^^’

Petit bilan 2020

Je vais vous épargner le coup du  »on a vécu une année blablabla », je vois ça partout, j’en ai marre car cela tombe sous le sens, cela n’apporte rien et.. ce n’est pas positif.

Je préfère, entre autre, me pencher sur les petits chiffres de mon blog et insta, qui sont tout doux et sympa. (bon ok, les chiffres ne peuvent pas être doux, c’est dans l’idée 😉 )

Donc, j’ai eu:

  • 1098 visiteurs
  • 1899 visites
  • 176 likes
  • 247 commentaires
  • +11 abonnés à mon blog soit 48.

Merci beaucoup! D’autant plus que je publie peu, donc ça me fait très plaisir!

Sur insta, j’ai eu + 35 abonnés ce qui fait 167 en tout, merci également 🙂

J’ai lu pile 60 livres ce qui fait, si je ne me trompe pas (et je ne veux pas recompter), 22079 pages. Cela s’explique grandement par beaucoup de fatigue qui m’a poussée vers des lectures un peu plus légères et donc, plus vite lues.

Je suis à 246 pour ma PAL! J’en suis donc à +2 par rapport à l’an passé. J’oscille entre: bravo Laurie, tu as très peu augmenté ta PAL et Laurie, tu as lu 60 livres et augmenté ta PAL de 2, tu ne vois pas le problème?
En vrai, non, il n’y a aucun problème, que des livres ❤ J’ai tout de fois appris à mieux me séparer de mes livres, en transmettant des titres à ma mère, en les mettant dans la boîte à livres etc…

Voici encore une liste de titres de livres qui m’ont marquée. Soit parce qu’ils sont devenus des coups de coeur, soit parce que, d’une manière ou d’une autre, ils sont restés bien longtemps dans ma charmante petite tête.

De l’imaginaire:

Autre:

Que dire encore? Je me tourne vers 2021 sans trop me poser de questions, je crois que ça vaut mieux. Je n’ai aucune idée de comment je vais gérer le blog et instagram. Entre ce truc qui traîne, ma grossesse, mes deux diablotins à gérer et tout le reste, 2021 sera plein de surprises et me fait dire que si j’essaie de trop planifier, il fera en sorte que tout se passe autrement. Donc je vis un jour à la fois, du moins j’essaie, et je prends tout le bon que je peux 🙂 Je compte bien saisir chaque belle chose qui passera à ma portée ^^

En tout cas, merci de me suivre, merci pour vos partages, pour vos mots doux parfois. Au plaisir de vous croiser et recroiser, je vous envoie mes meilleures pensées et déjà bonne journée, on verra le reste demain ❤

[Bilan lecture] Décembre 2020

Ce mois, une fois de plus, je n’ai pas beaucoup lu. Pas énormément de motivation et pas beaucoup de temps car j’ai mis l’accent sur la maison et sur les bricolages et pâtisseries avec les enfants. Cela a été un très bon mois de décembre, je dois dire. Et de belles fêtes, toute en simplicité, et tout à fait à mon goût.

Pour le challenge  »Il était 8 fois Noël », j’ai lu  »Mission Hygge » de Caroline Franc. C’est une lecture très douce et qui apporte beaucoup de calme. J’ai fait une chronique par ICI.

J’ai lu avec mon amie Camille  »La vie est belle et drôle à la fois » de Clarisse Sabard. Une belle histoire familiale se déroulant à Noël.

J’ai également découvert  »Les nuits enneigées de Castle Court » de Holly Hepburn. Une pépite se déroulant sur une année entière et qui nous fait suivre deux amies ouvrant une boutique de cookie. J’ai adoré! C’est mon coup de coeur de la fin de l’année!

J’ai également un tout petit peu avancé  »Les Aînées » mais je n’avais pas trop la tête à lire de la fantasy je dois dire.

Voilà mon petit mois de décembre. J’espère que le votre a été rempli de douceurs. Je reviendrais avec un petit bilan et d’autres choses si le coeur et le temps sont de la partie. A tout bientôt, et très bon d’année à vous tous ❤