Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens / Love, Simon – Becky Albertalli

love simon

Résumé:

Simon Spier, 16 ans, est gay. Personne n’est au courant. Les seuls moments où il est vraiment lui-même, c’est bien à l’abri derrière l’écran de son ordinateur. C’est sur un chat qu’il a « rencontré » Blue. Il ne sait pas grand-chose de lui. Simplement : 
1/ Ils fréquentent le même lycée. 
2/ Blue est irrésistible. 
3/ Il l’apprécie énormément. (Pour être tout à fait honnête, Simon commence même à être un peu accro.) 
Simon commet alors une erreur monumentale : il oublie de fermer sa session sur l’ordi du lycée. Résultat ? Martin, un de ses camarades de classe, sait désormais que Simon est gay. Soit Simon lui arrange un coup avec sa meilleure amie, soit Marin révèle son secret à la terre entière. Problème réglé ? Pas si sûr…

Mon avis: 

Candyshy, Moody et Tessa organisent de temps à autre un live pour papoter autour d’une lecture commune. Cette fois-ci, il porte sur  »Love Simon », un livre qui vient d’être porté au cinéma. Le live sera à 19h. le 4 juillet sur la chaîne de Candyshy.

Ensuite, je voudrais remercie Netgalley qui le proposait justement au moment où je le voulais. Si c’est pas beau tout ça!

Et pour le coup, c’est lors d’un voyage en voiture que je l’ai commencé, ce qui n’était pas du tout prévu. J’avais un autre livre en cours que j’adorais, mais voilà,  »Love Simon », c’était franchement addictif.

Je suis rentrée immédiatement dans l’histoire. Il n’y a rien de plus facile: on s’y sent bien. La famille de Simon est complètement déjantée et à mes yeux, du coup, complètement normale 😉 Simon, c’est le mec sympa de 16 ans, apprécié sans être une superstar, à l’aise avec ses amis, il se cherche, tout évolue en lui et autour de lui. Bref, c’est un peu le bordel, mais un bordel adolescent somme tout assez typique. Et Simon, son truc, c’est qu’il est gay et qu’il le cache. Il ne veut pas attirer l’attention, il ne veut pas en faire tout un foin… et peut-être aussi qu’il ne veut pas quitter sa vie actuelle qui est confortable. Une vie qu’il connaît, qu’il maîtrise… Que la question soit d’avouer son homosexualité ou autre chose, peut importe. Elle est légitime et encore une fois, normale. Tout le monde change, mais certains changements font peur…

Voilà donc notre Simon qui, à travers un pseudo, échange des mails avec un garçon de son lycée. Il sait qu’il doit le croiser chaque jour, mais n’a aucune idée de son identité. Et inversement. Cela ajoute du piquant mais… est-ce vraiment ce qu’il souhaite? Et lorsqu’un autre garçon tombe sur sa messagerie en salle d’informatique, comprend qu’il est gay et décide donc de le faire chanter pour qu’il le case avec sa meilleure amie, il va se retrouver embarquer dans une histoire sans marche arrière possible.

Franchement, je crois que j’ai tout aimé. J’ai adoré Simon, un personnage terriblement attachant, qui se pose des milliards de questions que je me serais moi-même posée si j’avais été dans sa situation. J’ai adoré ses amis, l’ambiance (oui même si tout n’est pas rose) entre eux. J’ai adoré la famille à Simon, j’ai aimé les moments qu’il passait au théâtre. Tout tout.
J’étais tellement bien plongée dans le roman, dans leurs relations que je devinais même certaines réactions. En lisant quelques mots dans un des mails de Blue, je m’imaginais instantanément la réaction de Simon et… je riais un peu quelques lignes plus loin en voyant que sur un long mail, il réagissait exactement sur les mots qui avaient attiré mon attention. Et c’est arrivé plusieurs fois, dans divers situations. Et pour moi, c’est la preuve que je suis à l’aise avec les personnages, l’histoire!

Un petit mot encore sur la relation entre Blue et Simon. Déjà, j’ai beaucoup aimé, en grande lectrice et amatrice de correspondance, qu’ils fassent connaissance par mail. Dans leur cas, cela leur a permis de pouvoir mieux appréhender le fait qu’ils soient gay, jusqu’à trouver le courage de s’affirmer en tant que tel. Et comme ce n’est pas évident! Leurs échanges sont savoureux, tour à tour plein d’humour pour basculer sur des sujets autrement plus difficiles. Et le final est juste touchant.

J’allais encore écrire que j’avais adoré. Je crois l’avoir assez dit. Je vais donc m’arrêter là et ne peux que vous conseiller de le lire. Il se lit facilement, rapidement. Dans mon cas, je n’ai plus pu le lâcher et me suis couchée bien tard pour le coup. C’est un vrai coup de coeur, et je me réjouis d’en entendre parler lors du live.

 

 

Publicités

Un commentaire sur « Moi, Simon, 16 ans, homo sapiens / Love, Simon – Becky Albertalli »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s