Un peu plus d’amour que d’ordinaire – Emily Blaine

Il n’est jamais trop tard pour se créer des souvenirs

Valentine a toujours vécu dans l’ombre de son père, sportif de haut niveau. Pour limiter les séparations douloureuses au fil des déménagements, elle a décidé de rester à l’écart des autres. Aujourd’hui, son père a besoin d’elle : atteint de la maladie d’Alzheimer, il nécessite une surveillance constante. Elle, qui a toujours fait en sorte de se débrouiller toute seule, n’a dès lors d’autre choix que de trouver quelqu’un pour l’aider.
Depuis qu’il a annoncé sa retraite alors qu’il est au sommet de sa carrière de rugbyman en Australie, Luke a besoin de faire le point sur sa vie. Ce job d’aide à domicile pour le sportif qu’il a longtemps vénéré tombe à pic, et il regorge d’idées pour stimuler la mémoire glissante de cet homme malmené par la maladie. Mais, lorsqu’il rencontre Valentine, Luke a envie de relever un nouveau défi : faire vivre à la jeune femme solitaire l’adolescence qu’elle n’a jamais eue.

Mon avis:

Le printemps rime avec Emily Blaine et je ne m’en lasse pas.

La douceur est de nouveau au rendez-vous. Des personnages attachants, une écriture agréable, des pages qui défilent, une ambiance coccooning et ce, peu importe le lieu et la période de l’année. Lire un Emily Blaine, c’est comme se blottir dans un canapé avec une bonne tasse de thé ou autre, au calme. Ca fait du bien, forcément! Et on en redemande.

Elle dit souvent qu’il ne faut pas lire trop vite ses livres, car après, on râle que le temps est long jusqu’au suivant. Et bien moi, je l’ai lu avant sa parution. Et vite…

Me voici donc avec de bons souvenirs de lecture jusqu’à la suite. Comme d’habitude, Emily Blaine a particulièrement travaillé son personnage masculin: Luke,  »jeune » joueur de rugby à la retraite. Et un peu déphasé, cela se comprend un peu. S’il vit en Australie, il possède des attaches en France et c’est d’ailleurs là qu’il rejoint son meilleur ami et sa fiancée, en attendant leur mariage.

Valentine est la fille d’un ancien joueur de rugby professionnel. Sa mère est décedée et son père est atteint d’Alzheimer. Très solitaire, Valentine essaie de tout porter seule. Et bien sûr, n’y arrive pas très bien. Heureusement, malgré ses efforts pour repousser d’éventuelles amitiés, Luke tout d’abord, et toute son équipe ensuite, vont découvrir la véritable Valentine, qu’elle cache au plus profond d’elle-même.

Pour ma part, je n’ai pas eu le coup de coeur pour Valentine, ayant beaucoup de peine à m’identifier à elle. Mais Luke, et plus encore son comportement envers Valentine, m’a beaucoup touchée. Il est en or! Et comme à chaque fois, le groupe d’amis que l’on découvre est soudé, très bruyant et attachant. J’ai particulièrement aimé Stella qui a saisi le potentiel artistique de Valentine et la pousse, discrètement, comme un courant d’air, à croire en elle et ses capacités.

Ce livre parle de la maladie de l’Alzheimer, mais aussi d’entraide, de confiance en soi, de passion, d’amour, d’amitié, de rêves et de la force que l’on ressent à tendre la main et saisir celle que l’on nous tend..

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s