Echange loft londonien contre cottage bucolique – Beth O’Leary – Hugo Roman

Leena Cotton est épuisée. Ce n’est pas elle qui le pense, c’est son corps qui le lui dit. Son burn-out explosif en plein milieu d’une réunion capitale parle à sa place. Pour la peine, son employeur lui impose deux mois de congés qu’elle ira passer – en traînant les pieds – dans le cottage de sa grand-mère, à la campagne.
Elle aurait encore préféré mourir de surmenage que d’ennui… Eileen Cotton a pris une décision : puisque son époux de toute une vie l’a quittée du jour au lendemain, elle a désormais le droit de vivre pour elle-même. Et pourquoi pas même… vivre une relation charnelle passionnée, à 80 ans ? Mais dans son petit village du Yorkshire, les candidats au poste d’amant ne sont pas légion… Un problème ? Une solution ! La grand-mère et la petite-fille n’ont qu’à échanger leurs vies.
Eileen ira habiter dans la colocation de Leena à Londres, où les beaux messieurs pullulent, tandis que Leena a pour mission de se reposer à la campagne et… de régler tous les problèmes qu’elle avait tenté jusqu’ici de mettre sous le tapis. Avec quelques conseils pour apprivoiser la trépidante capitale d’un côté, et un ou deux trucs pour gérer les voisins intrusifs (ou excessivement séduisants) de l’autre, les aventurières devraient s’en sortir…
N’est-ce pas ?

Mon avis

Un avis un peu tardif, mais alala, qu’est-ce qu’il est chouette ce roman au style british comme j’aime tant.

Je crois franchement que j’ai tout aimé. Merci à NetGalley et Hugo pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

Je me suis régalée. J’ai aimé le choc des générations entre Leena et sa grand-maman Eileen. Leena s’est un peu perdue loin de chez elle tandis que sa grand-maman elle, s’est tout autant perdue mais enchaînée à un mari qu’elle n’aimait plus dans un village qu’elle n’avait jamais quitté.

Cet échange de vie va bouleverser bien des choses et va leur sauver la vie en quelque sorte. Leena va devoir ouvrir les yeux sur sa vie actuelle, sur ce qu’elle veut pour le futur, sur des blessures du passé. Il y aura bien des fois où tout sera trop… mais le temps, les rencontres (autant masculine que du 3ème âge) vont la faire avancer et la transformer.

Eileen, cet amour de femme, en mal de compagnie, va mettre son grain de sel absolument partout. Ca pousse des portes, ça fait des suggestions, ça manipule en douce. Non franchement, elle est géniale! Et toujours avec bienveillance et malice.

Ce petit village m’a terriblement donné envie. Les habitants sont juste… incroyables.

Vous l’aurez compris, c’était vraiment vraiment bien. Un vrai coup de coeur. Les personnages m’ont plu, le cadre m’a embarquée, les échanges étaient savoureux, les thèmes abordés sensibles… Je vous le conseille si vous voulez de la douceur, un brin de romance sans aucun chichi, du british… et encore un peu de british!

Mission Hygge – Caroline Franc – Pocket

« — Ça n’est plus possible Chloé, plus personne ne te supporte ici. Tes collègues ont peur de toi et moi, j’ai peur pour toi. Depuis deux ans, tu n’es plus la même…
— Je-ne-veux-pas-en-parler.
— Je le sais que tu ne veux pas en parler, mais je suis ton chef. Et je ne peux plus te laisser comme ça, Chloé… Sache que j’ai pris une grande décision… »

Quand Alexandre, le rédacteur en chef de Chloé, journaliste intrépide et habituée des territoires en guerre, lui annonce qu’elle part séance tenante à Gilleleje, petit village côtier du Danemark, la jeune femme s’étrangle d’indignation. S’exiler dans un village paumé au nom imprononçable pour étudier le hygge danois et le bonheur au coin du feu ? Alors que rien ne lui file plus le bourdon
que les gens heureux ? Ce qu’elle ignore, c’est que cette mission qu’elle prend comme une punition va changer sa vie pour toujours…

Mon avis:

Grâce au challenge  »Il était 8 fois Noël’‘, j’ai découvert ce roman feel-good se déroulant au mois de décembre, au Danemark.

J’ai passé un excellent moment, même si très court, de douceur et de bienveillance. Dans ce roman, Chloé, reporter de guerre et au bord de la dépression, qui s’est perdue elle-même depuis des années avec un pic deux ans auparavant suite à un triste événement, se voit obligée d’aller au Danemark, à Gilleleje qui a été élu le village le plus heureux du monde ou du Danemark, j’ai un doute tout d’un coup. Bref, Chloé doit aller enquêter pour découvrir la recette de leur bonheur, elle qui se trouve être bien malheureuse.

La voilà donc au Danemark, elle dont les sentiments sont éteints, un peu aigrie, susceptible, complètement désarçonnée par des manières dont elle n’a pas l’habitude, par un confort qu’elle avait oublié et des besoins qu’elle ignorait avoir en elle. J’ai adoré les petits slogans disséminés dans tout le roman. Ils sont simples et vrais. Je les aime bien car ils sont faciles à retenir et il est bon, parfois, de se les murmurer afin de ne pas oublier les petites choses de la vie.

J’ai justement eu l’impression, dernièrement, que les gens se raccrochent au négatif, à ce qui manque en oubliant toutes ces petites choses qui font que la vie vaut tout de même la peine, et même, qu’elle est belle. Pas forcément de la manière qu’on aurait voulu mais est-ce toutefois si terrible si la vie se présente à nous d’une autre façon? Je trouve ce livre très juste à ce niveau.

Pour autant, il y a un élément qui m’a chifonnée durant ma lecture. Ces petits points positifs que l’autrice met en avant dans ce roman ne sont, à mon goût, pas amenés de manière fluide. J’ai eu l’impression de voir l’autrice faire une liste des points à mettre en avant de la culture danoise, et de les amener dans ce livre, les uns après les autres. J’avais l’impression, parfois, d’assister à une liste et non pas une histoire. Comme si, finalement, l’histoire de Chloé était un prétexte. Ca manquait de naturel, voilà.

Pour autant, j’ai ressenti tellement de bien-être dans ma lecture que j’ai réussi à passer par dessus cet inconfort. Je trouve que ce genre de petits livres manquent, il devrait y en avoir davantage. Ca m’a fait du bien. C’était une belle petite bulle de douceur. Je vous le conseille si vous voulez ressentir du cocooning, du bien-être!

Merci au challenge de m’avoir fait découvrir ce roman qui aurait mériter plus de développement, pour permettre de s’imprégner encore davantage de cette belle ambiance.

Un hiver pour s’écrire – Angeles Donate – Calmann Levy

un hiver pour s'écrire

Résumé:

S’écrire pour mieux s’aimer…
L’hiver arrive dans le petit village de Porvenir et, avec lui, une mauvaise nouvelle : le bureau de poste va fermer. Comme partout, la technologie a pris le pas sur les lettres et les gens ne s’écrivent plus.
Sara, mère célibataire de trois enfants, est la seule factrice du hameau. Elle s’apprête donc à quitter sa terre adorée pour la capitale. C’est compter sans la détermination de sa voisine et amie de quatre-vingts ans, Rosa, dont le coeur se brise à l’idée de son départ. La vieille dame concocte alors un plan pour sauver la poste de Sara en encourageant tous les habitants à se remettre à écrire des lettres! Déclarations d’amour, règlements de comptes et secrets enfouis sont soudain couchés sur le papier, bouleversant d’émotion tous les villageois.
Un roman charmant, qui nous parle du pouvoir des mots et des petits gestes qui apportent le bonheur dans nos vies.

Mon avis:

Je remercie infiniment NetGalley et les éditions Calmann Levy pour la lecture de ce livre qui a été un véritable coup de coeur.

coup de coeur

Ce livre est une bulle de douceur hivernale. Moi qui me suis remise récemment à la correspondance, commencée à l’âge de 10 ans, je ne pouvais qu’être touchée par ce roman à la touche épistolaire en pleine période hivernale.

Si vous aimez l’écriture autant que la lecture et que vous aimez l’hiver, ce livre est pour vous! Je vous explique pourquoi.

On suit plusieurs personnages d’un petit village espagnol. De tout âge, homme et femme. Même si, avouons-le, il y a beaucoup de femmes. Chacun a son histoire, ses petits secrets, ses hontes, son mal-être, et surtout, beaucoup beaucoup d’amour à donner. Grâce à ces petites lettres qui vont circuler dans le village, très souvent au hasard, le destin des habitants de Porvenir va être bousculer. Jamais de façon abrupte, plutôt comme la caresse d’une brise, qui va doucement influencer leur route, leurs pensées un court instant. Et cela est amplement suffisant pour que, de fil en aiguille, leur vie change. C’est doux, c’est beau.

Comment l’écriture peut apporter de la joie, de la chaleur humaine!

Il y a Rosa, une vieille dame qui a trahit sa meilleure amie, 60 ans plus tôt et qui prend soin de Sara, une future quadragénaire mère de 3 garçons et abandonnée par son mari. Il y a Alex, qui n’a plus que son père qui est atteint de l’Alzheimer à un stade avancé et qui a vu tous ses amis quitter Porvenir alors que lui rêve de voyage grâce à des gens comme Marco Polo, Magellan. Il y a Alma, une jeune femme rêvant de devenir poète et qui ne sait quoi faire de sa vie ni de cette maison héritée de sa grand-maman. Hypatia, une dame âgée presque illettrée. Karol, une péruvienne venue gagner de l’argent en Espagne pour faire vivre sa famille. Mara Polsky, une grande poétesse en panne d’inspiration ou encore Manuela, une femme très seule.

Ces vies vont peu à peu s’entrecroiser pour devenir le fil d’une belle histoire. Et lire cette histoire, c’est se retrouver sous un plaid, confortablement installée, avec une tasse de thé et des biscuits. Je conseille absolument!