Les oubliés d’Astrelune – Laure Dargelos – Explora éditions

Astrelune, la puissante cité indépendante.
Imaginez une métropole où des tapis volants côtoient des dirigeables, où des individus se promènent en pyjama et où des ingénieurs déclenchent la pluie et le beau temps. 
Holly Nightingale appartient à cet univers étrange. Simple employée au Musée national, elle voit son existence basculer le jour où sa jeune sœur disparaît… 
Tandis que le mystère ne cesse de s’épaissir, d’étonnants alliés croisent sa route : un avocat maladroit et un pirate au passé trouble. De découverte en découverte, Holly se retrouve happée dans une dangereuse spirale. Et si rien n’était ce qu’elle croyait ?
Et si Astrelune baignait dans un gigantesque mensonge ? 

Mon avis:

J’avais voulu lire ce roman suite à mon excellente lecture de Prospérine pour le PLIB2022 qui s’était révélé être une pépite à mes yeux. Eh bien, je dois dire que l’exploit s’est réalisé une deuxième fois. Je me suis régalée.

Quand j’ai commencé ce livre, je me suis un peu demandé où est-ce que j’allais être emmenée. L’univers était complètement fou, avec un lot d’étrangeté assez conséquent. Certains comportements étaient vraiment bizarres ou alors, des explications semblaient étrangement manquer. J’ai toutefois eu l’intuition que tout était maîtrisé et que j’avais des chances de tout comprendre en temps et en heure.

Eh bien oui! Cela a bien été le cas. Peu à peu, le mystère s’est levé. Si j’ai deviné certaines choses, d’autres m’ont surprises. Et si j’avais peur que l’autrice prenne des facilités sur la fin de l’histoire, cela ne s’est pas non plus vérifié. En d’autres termes, j’ai été surprise en bien sur tous les points.

Holly est un personnage que j’ai beaucoup aimé, de part son caractère, ses réactions. Elle est touchante et semble si vrai. Son amour pour sa soeur, sa foi à aller de l’avant, son obstination! Et que dire de notre pirate Riley? Il collait un peu trop à l’image typique que l’on peut avoir de ce genre de personnages. Il était sympathique, mais il y avait quelque chose… et tout comme pour Holly finalement, tout s’explique et cela le rend d’autant plus attachant. Il y a également Sue, une jeune demoiselle qui découvre un monde tout à fait nouveau. Entre ses deux tantes, un oncle terrifiant et une grand-mère endormie, sans oublier un village fantôme et un manoir vieux et vivant, elle a de quoi s’occuper. Tout ceci, sans oublier les personnages secondaires!

Je ne vous parle volontairement pas de l’intrigue car je pense que le moindre spoiler vous priverait du plaisir de la découverte.

J’ai pu lire ce livre via NetGalley. Les éditions Explora m’ont permis de lire ce livre, mais en ebook. Je dis  »mais », car dans ce cas précis, j’ai tellement aimé ce roman que je me le suis commandé en papier!!

Vous l’aurez compris, je vous conseille chaleureusement ce livre. Je lui garde une belle place dans ma bibliothèque!

Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos – éditions Rivka – #PLIB2022

Demi-Mot aurait pu être un village ordinaire, s’il n’était pas bâti à la limite du Texte. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres ; ils entretiennent ces milliers de caractères qui, sans leur concours, se seraient déjà effondrés. Chez les Virgule-Point, l’aînée de la fratrie a choisi une voie bien différente : fleuriste ! Elle préfère bichonner des Trompettes à pétales plutôt que de faire prospérer l’empire des points et des virgules. Mais un événement inexplicable ne tarde pas à l’entraîner dans une spirale qui la dépasse.?

Quelle pépite ce roman! Le titre et la couverture m’avaient intrigués et dès les premières lignes, j’ai été happée par le style et l’univers. Comme c’est original! Et bien fait!

Je buvais du petit lait en fait, si vous me permettez l’expression. Imaginer que chaque écrit vit m’a particulièrement plu, moi qui ai écrit quelques histoires pendant mon adolescence.

Le personnage de Prospérine, loufoque et généreux, à contrecourant des autres habitants de son village, est génial. Et sa rencontre avec un ancien du village devenu snobinard premier du nom, est pleine d’humour. Car Honoré n’a d’autre inquiétude que de repartir le plus vite possible de cet horrible endroit qu’est Demi-Mot après avoir retrouvé ses boutons de manchette dévorés par Héloïse (sorte de personnage secondaire unique au monde). Mais Prospérine étant Prospérine, il ne va bien sûr pas du tout en être ainsi. Et c’est sans trop comprendre pourquoi ni comment qu’il va former un duo avec la jeune demoiselle pour découvrir qui cherche à détruire leur village.

Dans ce livre, il y a de l’humour, de l’action, un univers barré et terriblement bien construit, des personnages attachants, et le meilleur… un livre!!

Je dois vous parler du livre papier.

J’ai pleins d’ebooks et j’adore les avoir. Mais il y a des livres qui ne doivent être lus qu’en papier. Celui-ci en fait partie. Car l’histoire imaginaire quitte le fictif et prend vie grâce au livre papier. C’est magnifique. Je me suis régalée de voir comme la mise en page était modifiée selon ce qu’il se passait dans le récit. Vraiment, je vous le conseille: lisez-le en papier. Il est beau comme tout. La maison d’édition vient de refaire une réimpression du livre avec pas mal de modifications mais j’ose imaginer que ce livre reste une beauté en tant qu’objet-livre.

En résumé, vous l’avez compris: c’est génial, ce livre est tellement beau, c’est si original d’entrer dans un livre et de tomber dans un univers également livresque, j’ai adoré les personnages, l’histoire, l’humour! Bref, quasiment tout.

Seul ombre au tableau, l’explication finale sur un certain personnage qui ne m’a pas complètement convaincue. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai tellement aimé le reste que j’ai balayé ce petit point négatif sans effort.

Ce livre est finaliste du #PLIB2022 et je lui souhaite tout le meilleur!

#ISBN9782957023745

Les dossiers du Voile – Adrien Tomas – Fleurus éditions

Résumé:

« Les maisons sorcières sont au bord de l’explosion, la Guerre de la Nuit fait rage plus violemment que jamais et les trolls et les fées sont bien partis pour transformer les bas-fonds de Paris en champ de bataille… »

Bienvenue dans le monde du Voile !

Lieutenant de police au sein de la Brigade de régulation des espèces méta-humaines de Paris, Tia Morcese a beaucoup de mal à faire respecter l’ordre et la sécurité… et surtout à éviter que druides, nécromanciens, loups-garous et autres espèces méta-humaines révèlent leur existence au reste du monde.

À côté de son impressionnante grande sœur, Mona pourrait presque passer pour une ado normale. Pourtant, l’apprentie sorcière est loin d’avoir les yeux dans sa poche ! Et quand elle tombe sur des informations clés qui pourraient faire avancer les affaires en cours de Tia, elle n’hésite pas une seconde à suivre ses propres pistes.

Mais le monde du Voile n’est pas sans danger…

Mon avis:

Je remercie les éditions Fleurus de m’avoir permis de lire le petit dernier d’Adrien Tomas. C’est un auteur que j’ai, à chaque publication, grand plaisir à lire. Il a toujours une plume travaillée et fluide, une imagination débordante qui me laisse penser qu’il en a encore beaucoup en réserve et une maîtrise de l’intrigue qui ne peut que m’entraîner, roman après roman.

Pour la première fois, je le découvre en fantastique et je me dois de dire que j’ai eu autant de plaisir qu’en fantasy.

Une famille pareille, il fallait la faire quand même! Une inspiration de la vie réelle? Trêve de plaisanterie, je les ai adoré. Avec leurs forces et leurs faiblesses, les Morcese sont uniques et attachants à leur manière. Même le bébé a une sacrée personnalité. Chez eux, il n’y en a pas deux pareils, quoique les jumeaux… mais non, eux aussi ont leurs particularités. Sorciers dans la famille et la matriarche occupant un poste très élevé au sein du Voile, il n’y a que Tia, l’aînée, qui a opéré une sévère coupure avec ce monde. Un tempérament de feu qui s’harmonise avec son physique flamboyant, elle est enquêtrice dans la brigade très spéciale et très petite qui consiste à traiter des cas… magiques.

Sauf que rien ne va. Enfin, plus que d’habitude. Tout le monde en veut à tout le monde, plus on avance dans le récit, plus les litiges deviennent nombreux en plus d’être illogiques. Tia en vient presque à perdre la tête, jusqu’à ce qu’elle mette enfin le doigt sur un début d’explications. Et j’ai adoré le petit élément final qui a apporté une aide non négligeable à notre humble enquêtrice.

J’ai apprécié le point de vue d’Adrien Tomas, qui ne place aucune espèce au dessus d’une autre, même entre méta et non-méta ou plutôt, entre créatures magiques et humains. Il aborde le thème des privilèges octroyés à une caste, qui semble normal pour tous même si, en fait, peut-être que pas tant que ça. Il montre qu’une société peut, doit évoluer, qu’il est important de se remettre en question. Après, soyons d’accord, il est toujours plus facile de le penser que de le mettre en pratique mais ici, à travers une histoire pour adolescent, mélangeant habilement une société magique et la nôtre, je trouve qu’Adrien Tomas le traite avec beaucoup de doigté.

J’ai beaucoup ri, essayé de dénouer les noeuds de l ‘intrigue, y arrivant parfois mais pas toujours. J’ai apprécié la multitude de point de vue, que ce soit par rapport à l’espèce des personnages, leurs sexes ou leurs âges. J’ai aimé l’univers, le côté policier, la grande gueule de Tia (j’ai toujours la traduction  »tante » en espagnol qui me vient, zut ^^’), la candeur de Mona, la sympathie de Samir, la pluralité d’Héloïse, le savoir de Charles etc.. Ils sont nombreux et ils portent le roman de bout en bout.

En librairie depuis le 8 janvier, pensez à eux et allez l’acheter, vous vous ferez plaisir!

Félines – Stéphane Servant – Rouergue – #PLIB2020

félines

Résumé:

Personne ne sait exactement comment ça a commencé. Ni où ni quand d’ailleurs. Louise pas plus que les autres. Ce qui est sûr, c’est quand les premiers cas sont apparus, personne n’était prêt et ça a été la panique. Des adolescentes qui changeaient d’un coup. Des filles dont la peau se recouvrait de… dont les sens étaient plus… et les capacités… Inimaginable… Cela n’a pas plu à tout le monde. Oh non ! C’est alors qu’elles ont dû se révolter, être des Félines fières et ne rien lâcher !

Mon avis:

Cela faisait longtemps que j’entendais parler de Stéphane Servant. J’ai donc été ravie de le voir passé dans les finalistes du PLIB2020.

Je l’ai assez vite lu, assez intriguée par le résumé et cette magnifique couverture!

Je dois dire que le livre est excellent, qu’il porte des messages fabuleux, que Stéphane Servant est incroyable d’avoir posé tout ça sur papier mais qu’en fait, je suis quand même passée à côté, à mon plus grand regret.

La plume est belle, travaillée, fluide. Elle nous emporte sur les traces de Louise, une tmeurtrie qui fait de son mieux pour avancer. Un mystérieux écrivain raconte sa vie et c’est ainsi que nous débarquons dans une petite ville sans prétention, qui ne s’attendait pas, comme le reste du monde, à voir leurs vies se faire bousculer de la sorte.

Le racisme, le sexisme, le paraître, les différences, les religions, le viol.. la liste est longue, et Stéphane Servant traite de tous ces sujets avec beaucoup de finesse. Cela fait tellement froid dans le dos. Car tout est vrai, tout existe malgré que dans ce livre, ils soient mis en avant via un aspect plutôt fantastique.

La pression monte crescendo. L’auteur plante son décors et ensuite, c’est une sinistre suite d’événements qui prennent place pour permettre à l’horreur de s’installer.

Comment réagirions-nous dans le même cas? Ou même dans une version différente? Comment réagissons-nous actuellement, dans la vrai vie, face aux différences, aux autres, à tout ce qui apparaît dans ce livre?

Des questions bien intéressantes et difficiles à répondre. Je trouve vraiment génial de pouvoir présenter ce genre d’ouvrage aux adolescents, bien que même un adulte puisse en tirer quelque chose.

Malheureusement, j’ai eu cette impression que l’auteur a voulu parler de trop de choses. J’ai trouvé que l’intrigue était un peu écrasée par le flots d’idées qui se déversaient sur les pages. Encore une fois, j’insiste, tout ce que l’auteur met dans son roman est incroyable mais… peut-être qu’il y avait trop. En tout cas pour moi, pour que je puisse m’installer dans ma lecture. Là, je n’ai pas pu.

Je ne pourrais jamais dire que je n’ai pas aimé ce livre, tout comme je le conseillerai volontiers autour de moi. Pour autant, le dosage entre ce qui passe à travers le roman et l’intrigue même n’a pas été confortable pour moi. C’est un peu confus et je m’en excuse!

Dans tous les cas, une lecture qui a soulevé bien des questions et qui m’est restée longtemps en tête!

#ISBN9782812618291

#PLIB2020

logoplib2020

Les enfants d’Aliel T2; Le cheval de feu – Sara Schneider

les enfants d'aliel t2

Résumé:

Les Synalions se croient à l’abri au sein de la Horde des Vents Levés, chez les éleveurs de chevaux. Mais Orga veille et les feux de camp pourraient bientôt éclairer une autre danse que celle de la cérémonie du cheval de feu. Des guerriers durnachs tournent leurs armes contre leur propre peuple. La quête du dernier Synalion prend l’allure d’un galop effréné et le tumulte des émotions chahute la fragile cohésion du groupe. Si Irika s’embrase, Carson s’efface, Nouak se disperse et Lilas fait face à des décisions qui bouleversent ses principes. Qui d’autre qu’elle, parmi ses coéquipiers, le mercenaire Vionel ou son frère Jaz en fera les frais ?

 

Mon avis:

Un 2ème tome encore meilleur que le précèdent. Tous (ou presque) les Synalions sont regroupés dans le Durna, à l’abri de la Horde des Vents Levés.

Suite à une grave blessure, Lilas n’a plus confiance en elle et le fait d’avoir un Vionel implacable pour qui la force ne réside que dans une arme et qui a décidé de tous les entraîner à devenir de bons combattants n’aide absolument pas. Au contraire…

Les différents Synalions prennent la mesure les uns des autres. Irika qui s’embrase au moindre commentaire, Nouak qui sautille en permanence, tant au niveau physique qu’intérieur. Il y a Jaz qui navigue entre tout le monde, Carson qui s’efface sans faire exprès, et nos deux  »chefs »: Vionel le mercenaire et Lilas à la profonde empathie. Je n’oublie pas Flynn qui joue sur son apparence de chat mais qui, parfois, laisse apparaître qui il était. Sans oublier Locus, qui lui reste encore bien discret dans ce 2ème tome.

Tous ces tempéraments amènent une note explosive et en même temps, cela apporte des dialogues savoureux. Peu à peu, chacun trouve sa place. Les fêlures apparaissent, les forces également. On apprend à connaître davantage chacun et ce que je devinais apparaît peu à peu. Irika baisse doucement (mais sûrement) la garde. Vionel  »s’humanise », Lilas lutte contre ses démons, Carson s’efface un peu moins, et Jaz… que dire de Jaz qui est incroyable.

Jaz est très mis en avant dans ce tome. Si au départ, on peut se demander pourquoi, la réponse finit par apparaître et elle est glaçante. Heureusement, il a plus d’un tour dans son sac et la princesse de la principauté du Nord, Eslina, est une femme forte et très intelligente qui  va former un inattendu et excellent duo avec ce jeune garçon. J’espère qu’à la fin de ces aventures, Jaz aura un peu de paix. Il la mériterait!

Dans ce second tome, les pions d’Orga mis en place dans la 1er tome se déploient dangereusement et les Synalions devrons plus d’une fois piocher dans la force de leur groupe pour s’en sortir. La mort, les Aracs… la menace plane et les entoure… Au niveau géorgraphique, on découvre davantage les Principautés. Penterive, tout particulièrement, est une ville que j’aurais beaucoup aimé visiter. J’ai parfois l’impression de faire du tourisme avec cette saga, c’est assez agréable car chaque lieu a ses spécificités, qualités, défauts et c’est pour ces endroits, pour ces habitants que les Synalions se battent.

Ce 2ème tome est excellent tant au niveau de l’action qui est encore plus présente que le précèdent que pour cette ambiance qu’il y a entre les Synalions qu’on apprend davantage à connaître personnellement et qui se révèlent également au sein du groupe.

Un coup de coeur!

Affaire à suivre cet été!

 

Site internet de Sara Schneider

Les enfants d’Aliel T1; Le grand éveil – Sara Schneider

les enfants d'aliel 1

Résumé:

Lilas fuit pour sa survie. Son poursuivant sur ses talons, elle se faufile entre racines et fourrés. Lorsqu’il gagne du terrain, elle en appelle à cette nature dont elle se sent si proche, afin qu’elle lui vienne en aide. Étrangement, l’individu n’est que très peu gêné par la végétation qui se dresse alors sur son passage. Au sortir du bois, à bout de souffle, la jeune femme contourne une cuvette herbeuse où le sol s’est affaissé. Sans parvenir à se l’expliquer, elle sait que la colline surplombe une faille vertigineuse dans la roche. Elle s’avance jusqu’au fond du trou. La créature avance elle aussi. Comme le dernier souhait d’une condamnée, Lilas visualise le fond de la cuvette qui s’effondre sous le poids de son agresseur.
Et le sol avale la bête.

 

Mon avis:

Un immense merci à Sara Schneider pour l’envoi de cet ebook. Quand je me suis rendue compte que je passais à côté de superbes lectures suisses (oui je le suis si jamais 😉 ) dans le genre fantasy/fantastique, je me suis assez rapidement procuré quelques ouvrages. Le hasard a voulu que Sara Schneider ait proposé les service de presse de ses deux tomes, à l’occasion de la parution du 2ème. J’ai sauté sur l’occasion.

Ce 1er tome m’a séduite  en quelques pages. J’ai directement apprécié la plume, l’univers, les personnages.

On rencontre tout d’abord Lilas, une jeune femme d’une vingtaine d’année, qui s’occupe de son jeune frère de 10 ans, Jaz, avec l’aide de ses  »parents adoptifs » habitant à peine plus bas, dans le Val d’Enson. C’est une jeune femme très proche de la nature, simple et généreuse. Alors quand la mort frappe, qu’une créature cauchemardesque l’attaque et qu’elle commence à faire de drôle de choses, sans parler de ce chat qui vient lui faire un brin de causette, tout explose. Son intelligence, sa réactivité sont admirables, et accompagnée de Flynn (le fameux chat), la voilà partie sur les routes à la recherche de ses semblables: Les Synalions.

Si la base de l’histoire, Orga et Aliel et les pouvoirs disséminés parmi quelques personnes comme Lilas m’a paru un peu classique, je dois dire que c’est très bien fait et surtout, que je me suis retrouvée embarquée dans l’histoire comme de rien. Lilas est tellement attachante. Oui un peu naïve, trop peut-être, mais je l’ai appréciée de suite et cela n’a pas changé. Son frère Jaz apporte la fraîcheur dûe à son âge. Il est extraordinaire, avec du courage et beaucoup de détermination.

Irika, elle, est insupportable. On s’entend, quand on la connaît, on comprend d’où lui viennent ces réactions qui paraissent, de prime abord, très égocentriques. Et il ne faut pas oublier qu’elle a 14 ans. Son personnage est donc très intéressant car je pense qu’il évoluera beaucoup. En tout cas, je vais la suivre de près.

Il y a Carson aussi. Carson qui s’efface un peu trop et qui, je l’espère, saura s’imposer davantage. Je l’apprécie aussi énormément. Son caractère à la fois discret et jovial le rendent très sympathique même si pour beaucoup, il reste difficile à cerner. Il est le jour et Vionel, un mercenaire dont la réputation n’est plus à faire, est la nuit, en comparaison. Vionel, c’est aussi un personnage qui paraît très classique, mais qui cache avec certitude pleins de choses sous sa carapace.

Ces personnages vont évoluer, se rencontrer, se découvrir et prendre peu à peu conscience du pouvoir de leur ennemie, Orga. Un tome un peu introductif mais qui, je l’espère, saura vous charmer aussi rapidement que moi. Surtout que j’ai déjà lu le 2ème, et il est encore meilleur 😉

Pour en revenir au livre, je voulais mettre en avant l’importance accordée à l’environnement. Le respect à la nature est largement évoqué et c’est quelque chose que j’ai énormément apprécié. De plus, les personnages voyagent énormément et j’ai trouvé les paysages traversés très beaux. Je les voyais tout en lisant.

Enfin, l’écriture est fluide, travaillée, imagée. J’ai eu beaucoup de plaisir à ma lecture!

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ma lecture! Cette saga en 5 tomes (deux tomes déjà sortis, le 3ème pour l’été 2020) est très prometteuse et je vous encourage vivement à la découvrir.

Site internet de l’autrice

 

 

Engrenages et sortilèges d’Adrien Tomas #PLIB2020

engrenages et sortilèges

Résumé:

Grise et Cyrus sont élèves à la prestigieuse Académie des Sciences Occultes et Mécaniques de Celumbre. Une nuit, l’apprentie mécanicienne et le jeune mage échappent de justesse à un enlèvement. Alors qu’ils se détestent, ils doivent fuir ensemble et chercher refuge dans les Rets, sinistre quartier aux mains des voleurs et des assassins. S’ils veulent survivre, les deux adolescents n’ont d’autre choix que de faire alliance…

 

coup de coeur

 

logoplib2020

 

 

Mon avis:

Un grand merci à Rageot et NetGalley pour la lecture de ce livre que j’ai vraiment adoré! Ca fait des années que je croise Adrien Tomas aux Imaginales et ca fait tout autant de temps que je me dis qu’il faut que je lise ses livres, certaine que j’étais de les apprécier. Mais voilà voilà, j’avoue, je m’y suis mise en retard et en plus en numérique, donc faudra que je l’achète en papier parce qu’il me le faut. Voilà voilà, ma vie et mes problèmes de lectrice 😉

De la magie, des automates, de l’humour, un chat... comment pouvais-je résister.

Engrenages et sortilèges fait partie de ces livres que j’étais certaine d’apprécier et ce, au bout de quelques lignes. On fait le connaissance de Grise (raccourci de Grisella) et même si c’est étrange, j’ai adoré son nom. Il lui va bien. On rencontre son père, on découvre une partie de son univers, un bout de sa personnalité. Et tout ce que je voyais me plaisait.

Et après… ma rencontre avec Cyrus. Je m’en suis remise mais..comment vous dire…

Cyrus est un fils de bonne famille. Il a un chat, Quint premier du nom, qui fait peur aux serviteurs. Jusque-là, tout va bien. Mais mais mais…! je connais un beau matou qui se nomme… Cyrus et qui est un vrai Seigneur. Donc à chaque fois que je voyais écrit  »Cyrus », j’avais l’image d’un chat dans ma tête. Pas celle d’un magicien…  Et comme ce magicien est tout le temps accompagné de son chat…
Ca m’a perturbée tout le livre XD Heureusement pour vous, il y a peu de chances que vous rencontriez le même problème 😉

Donc Cyrus est un adolescent appartenant à une famille renommée grâce à sa mère. Le contexte familiale est très différent de celui de Grise car ici, au lieu de sentiments il y a des non-dits, des silences et une distance imposée par sa mère. On a donc un Cyrus un brin dandy qui compense ce mal-être par un comportement très.. adolescent on dira, à l’Académie.

Cette Académie, Cyrus la fréquente en tant que magicien. Grise en tant que mécano. Deux factions différentes et hostiles l’une à l’autre. D’un côté la magie, puissante mais qui, avec le temps a évolué en même temps que la mécanique qui oppose certains avantages à cette dernière. Beaucoup ne voient pas la complémentarité de ces deux sciences, c’est donc sans surprise que Grise et Cyrus se détestent cordialement.

L’action arrive très vite au rendez-vous, ce que j’ai apprécié. Grise et Cyrus doivent fuir. Pourquoi? Qui les pourchasse? Ce qui est intéressant, c’est qu’on n’aura pas la réponse tout de suite, ce qui amène une petite touche de suspense supplémentaire. Pendant qu’on les recherche, le duo va apprendre à se connaître et découvrent le monde de l’autre. Je crois que leur entente peut largement être attribuée à Quint, qui fait assez souvent le pont entre les émotions véritables de son maître (j’ai oublié de vous préciser que le chat parlait, toutes mes excuses) et ce qu’il exprimait ensuite. J’ai adoré le duo/trio qu’ils forment. Des dialogues savoureux, avec pleins d’humour. Et… oui une histoire d’amour qui se dessine gentiment, mais très loin de ce qu’on lit dans presque toutes beaucoup de romans adolescents. C’était vraiment une bonne surprise.

Que dire sans trop raconter? L’intrigue va se corser, toute une série de personnages vont faire leur apparition, avec ou sans humour mais toujours avec un petit plus à apporter à l’histoire, avec des nuances qui vont permettre à Grise et Cyrus d’appréhender le monde très différemment.

Le petit moins pour moi: la toute fin où j’ai quand-même trouvé que c’était à peine trop facile… même si je dois avouer qu’un final sans hécatombes, sang et dépression à gogo, ça fait quand même du bien aussi.

Mais franchement… j’ai adoré. J’ai aimé l’univers, l’intrigue, le rythme, les personnages. J’ai même un coup de coeur pour les personnages que j’ai trouvé vraiment bien construits tout au long de l’histoire. J’ai adoré l’humour, la plume! En fait, ce livre, je m’y suis plongée et c’était vraiment ce moment où vous êtes sur votre canapé, avec le plaid, le thé (noir sans sucre!), le chat (ronronnant si possible) et où vous ne bougez plus de votre après-midi.

Voilà, c’était ça.

 

#ISBN9782700259360

#PLIB2020

Dans la maison – Philip Le Roy

dans la maison

 

Résumé:

Huit lycéens d’une section Arts Appliqués ont l’habitude de faire la fête le samedi soir dans une maison de campagne isolée. Pour changer, l’un d’eux propose d’organiser une soirée frissons. Le but du jeu : effrayer les autres, et les faire boire. Mais avec des ados aussi créatifs, les bonnes blagues laissent bientôt la place à des mises en scène angoissantes. L’ambiance devient pesante. Et quand un orage éclate, le groupe se retrouve coupé du monde. Bientôt, des bruits étranges retentissent dans la maison, des pierres surgissent de nulle part, un garçon disparaît, puis une fille… La soirée bascule dans un huis clos horrifique.

 

Mon avis:

Je remercie Rageot, une maison d’édition que je lis de plus en plus, ainsi que NetGalleyFr pour la lecture de ce livre.

J’en entendais beaucoup parler sur les réseaux sociaux, d’autant plus que je suis de près les sorties et divers actualités de Rageot, donc je ne pouvais pas passer à côté de ce livre. Je suis très difficile à impressionner niveau  »frisson » en terme de lecture. Niveau film, c’est la catastrophe, je ne veux plus en regarder. Mais niveau livre… étonnamment je suis bien plus coriace.

Je me suis donc attaquée à ce livre avec beaucoup de plaisir et dans l’attente de ce qu’il allait me réserver.

Alors au sujet des frissons… je dirais que non. Non je n’ai pas eu peur. Quoique, il y a eu ce moment où l’orage grondait, c’était tard le soir 😉 … mais sinon, je dois avouer que je ne l’ai pas trouvé effrayant.
Par contre, il est terriblement bien construit. Presque trop, mais soyons honnêtes, on s’en fiche un peu. Le plus important, c’est que ce livre, il m’a été difficile de le lâcher. Ca commence doucement, mine de rien, avec une bande d’adolescents un peu snob qui s’organise une soirée frisson dans une maison perdue au milieu de nulle part. Pour avoir déjà passé la nuit dans ce genre d’endroits, à jouer à se faire peur, je dois dire que l’ambiance me parlait assez. Nous avons donc ces ados que je n’arrivais décidément pas à apprécier et qui commençaient à se faire peur, grossièrement au début. Et puis les enchères montent avec toujours, la question: c’est du bluff? Au fur et à mesure, il devient plus difficile d’y répondre par la négative, et c’est là que le piège se referme sur le lecteur. Parce qu’on se dit qu’on a compris le principe du: ahahaha je t’ai bien eu! Et en fait…c’est un brin plus subtil que ça.

Si sur le fond, j’ai deviné tout de suite ce qu’il se passait vraiment, j’étais loin d’avoir tout saisi et l’auteur s’est vraiment fait plaisir sur ce coup-là. J’ai adoré le nombre de références citées (tout en me disant que non, vraiment les films d’horreur, je ne pouvais plus me résoudre à les visionner) et les idées que ces ados ont été piochés. Ils sont un peu tordus quand même. Surtout.. enfin vous verrez bien si vous lisez.

Là où je sais que le livre est bon, c’est que quand même: je ne me suis pas attachée aux personnages. Ils sont nombreux et l’intrigue avance vite. J’ai aussi un peu trop deviné le fin mot de l’histoire. Et certains événements étaient un peu trop prévisibles.
–> Pourtant, j’ai passé un excellent moment! La plume de l’auteur est excellente, travaillée et fluide. L’ambiance est prenante à 100%. J’y étais, je faisais mes théories, je me régalais de leurs réactions et actions. Je visualisais complètement la maison, j’entendais les bruits… franchement, Philip Le Roy a bien maîtrisé son roman! J’étais dedans et c’était très sympa!

La meute Harbor H.S. Porter et Ludivine – S.G Audrey

la meute h.s.

Résumé:

« À chaque nouvelle année, elle redoute un peu plus ce jour et tout ce qu’il représente. » Persuadée que cette journée ne sera en rien différente des autres, Ludivine n’attend qu’une chose : qu’elle se termine. Pourtant … cette rentrée va lui réserver bien des surprises. Avec eux, Ludivine a l’impression de revivre, que tout redevient possible. L’amour … l’amitié … le bonheur, elle n’a plus peur d’y croire. Mais une fois encore, ses espoirs vont être brutalement brisés. La seule différence, c’est que cette fois le danger qui la guette va se révéler être mortel. Prise au milieu d’un conflit qui la dépasse et dont elle ignore tout, Ludivine devra se battre pour espérer sauver sa vie et celle de ses proches. Et si elle y parvient, son monde s’en trouvera changé à jamais. Venez découvrir, ou redécouvrir, à travers les yeux et les émotions de Ludivine, les aventures de la Meute et les mystères qui la composent. Entre amour, haine et amitié Ludivine ne sera plus jamais la même.

 

Mon avis: 

Un grand merci à l’autrice de m’avoir permis une nouvelle fois d’entrer dans son univers en lisant le hors-série concernant Ludivine et Porter, deux personnages que j’avais beaucoup apprécié dans l’intégrale que j’ai d’ailleurs chroniqué ICI.

J’ai eu du plaisir à retrouver l’univers et l’ambiance créé par Audrey S.G. et découvrir tout ce qu’il s’était passé non pas du point de vue Héléna/Valentin mais de celui de Porter et Ludivine. Il y a des choses qu’on découvre, d’autres qu’on revoit et j’ai finalement trouvé assez sympa de se rafraîchir la mémoire de la sorte car je me suis rendue compte que j’avais finalement oublié pas mal de choses.

Ludivine m’a toujours plu. C’est une adolescente peu sûre d’elle et qui subit très fortement la pression que les jeunes subissent à cet âge. En réaction, elle montre un visage déterminé et se comporte comme une  »tornade blonde ». Sauf que la vraie Ludivine est un peu plus nuancé que ça et toute cette histoire va lui permettre de se trouver elle-même.

Sa rencontre avec Héléna et le rapprochement avec le trio Valentin/Austin/Porter va donc lui faire le plus grand bien. Elle va découvrir l’amitié, la vraie et ses sentiments, cachés, qu’elle portait à Porter vont pouvoir gentiment éclore. Leur histoire est très douce, ce duo est vraiment attendrissant…

Tout ce qu’elle va découvrir sur la meute va finir de bouleverser son quotidien et elle va trouver en elle une force et un courage qu’elle n’aurait pas pensé avoir.  Et Héléna en aura bien besoin! Son personnage va énormément évoluer durant cette histoire, et ce n’est pas fini!

Je dois tout de même dire que le format  »hors-série » ne m’a pas complètement convaincue. J’ai dit plus haut avoir apprécié de revoir des choses et de découvrir les événements par d’autres personnes. Et c’est vrai. Pour autant, j’ai tout de même ressenti quelques répétitions (ce qui est normal en fait), le rythme allait tantôt rapidement, tantôt plus lentement pour s’attarder sur certains événements et la notion de suspens était absent, étant donné que je connaissais l’histoire. Et ca m’a un peu perturbée durant ma lecture.

En somme, un beau couple à redécouvrir, un univers que j’apprécie beaucoup à retrouver mais une petite gêne dûe au fait que je connais déjà l’histoire. A présent, j’attends la suite 😉

La marque rouge – Ruberto Sanquer

la marque rouge

Résumé:

Comment échapper à la Mort quand elle vous traque ?
Que ses longs doigts osseux traversent votre lumen de sorcière ?
Qu’il vous reste tant à apprendre pour devenir une parfaite guérisseuse au service de la Nature ?

Une nouvelle année scolaire commence pour Louyse et ses treize amies apprenties-sorcières. Louyse pourrait espérer gagner ses galons, mais c’est compter sans la Mort…

Louyse parviendra-t-elle à maîtriser les forces élémentaires de la Nature pour sauver les siens ? Et défendre celui qu’elle aime d’un amour interdit ?

Mon avis:

J’ai lu ce livre en lecture commune avec Un déjeuner sous la pluie/Maned Wolf et je la remercie beaucoup de l’avoir lu avec moi 🙂

Ruberto Sanquer a eu plusieurs avantages qui m’ont décidé de le lire: elle a fait partie des préselectionnés puis sélectionnés du PLIB2019, elle est  publiée chez Scrinéo qui est une maison d’édition que j’affectionne tout particulièrement, la couverture est magnifique et le résumé intéressant. Comment résister? 😉

J’aimerais commencer cette chronique en précisant que je n’ai pas lu  »L’aura Noire », le 1er tome.  »La Marque Rouge » était annoncé comme pouvant être lu séparément, voilà pourquoi. Cependant, bien que je n’aie pas été trop perdue pendant ma lecture, je dois dire que le nombre de spoilers envers le tome précèdent ainsi que quelques événements passés que je ne connaissais pas mais qui expliquaient néanmoins le comportement de Louyse dans ce 2ème tome me poussent à déconseiller de commencer par celui-ci. Je crois pouvoir affirmer que le 1er est très bon, et qu’il vaut mieux débuter par ce dernier.

Ma rencontre avec Louyse a été très bonne, tout simplement parce que j’adore son prénom, jusqu’à la manière dont il est orthographié. Je ne sais pas si vous êtes sensible à ce genre de choses, mais pour ma part, énormément. De plus, elle est intelligente et vive d’esprit! Ce qui m’a un peu déboussolée, c’est que je ne connaissais aucune des douze autres sorcières Ringseys, et que leurs disputes, rivalités ou amitiés m’échappaient un peu. Cependant, ce n’est qu’une histoire de confort car cela ne m’a pas empêchée de suivre le déroulement de l’intrigue. L’univers lui-même est très intéressant avec une magie très fortement liés à la nature, ce que je n’ai pu qu’apprécier et un système un peu bancal très bien mis en avant par nos adolescents avides d’un peu de modernisme. Hé oui, même en fantasy, ça existe!

Etant donné que c’est une suite, l’histoire démarre directement. Cela a l’avantage de nous épargner une introduction qui peut parfois être un peu longue. Ici, j’ai découvert que malgré l’attaque du tome précèdent, une autre menace plane déjà au-dessus d’Isafjur! Une menace très insidieuse, que personne ne peut deviner. Or tout le monde oeuvre à réparer les dégâts et ne peut pas réellement prêter attention aux signes de la catastrophe imminente.

Je dois dire que jusqu’au point de rupture, si j’étais prise dans le récit, j’en attendais plus. Je ne comprenais pas toujours les réactions de Louyse (mon absence de lecture du 1), Dras m’intriguait sans que j’en sache plus, je sentais la tension monter tout en me demandant où cela allait bien pouvoir aller. Et une fois que la situation dégénère, j’avoue avoir eu beaucoup de plaisir (à se relire, la phrase peut paraître un peu douteuse ^^’). Le rythme s’accélère, l’action est présente, l’écriture est fluide! C’était très agréable.

Ce que j’ai le plus aimé dans cette lecture, notamment, est sa  »fraîcheur ». Je ne sais pas du tout si c’est un terme que je peux utiliser pour un livre notez, mais voilà, c’est ce qui me vient à l’esprit. Louyse fait du bien, l’atmosphère, bien que sombre, l’est aussi par sa note optimiste qui est toujours là. J’ai tout particulièrement apprécié les personnages comme Dras, que j’appréciais davantage au fil des pages. Et l’arrivée de Cetus, par exemple, n’a fait que me conforter dans mon appréciation sur les personnages de Ruberto Sanquer, que je trouve vraiment attachants. Et puis bon, voir un guerrier se mettre à renifler Louyse, c’est juste savoureux 😉 La maîtresse de Louyse est aussi un sacré numéro! Enfin, ça, je vous laisse le découvrir!

Ce qui m’a un peu plus dérangée, c’est une impression de facilité que j’ai ressenti à certains points du livre ainsi qu’une certaine rapidité dans certaines actions. Je développerais volontiers ces deux points, mais j’ai trop peur de trop en dévoiler. Si vous voulez en discuter par message, n’hésitez pas. Sinon, je vais m’arrêter là 😉

En résumé, je retiens un univers très intéressant avec ces Ringseys et leur puissant lien avec la nature,  des personnages attachants que j’aimerais beaucoup retrouver et une plume très agréable qui m’a permis de tourner les pages avec beaucoup de plaisir! Un livre qui mérite amplement sa place dans le PLIB!

 #ISBN9782367405551 #PLIB2019