La famille d’Arsac T3; Aventureuse Constance – Eléonore Fernaye

couv12824232 (1)

Résumé:

Londres, 1791.
Fuyant les sanglantes représailles qui font suite à la tentative d’évasion de Louis XVI, Constance d’Arsac s’est réfugiée à Londres. Bien décidée à rejoindre sa soeur aux États?Unis, elle parvient à convaincre le capitaine John Hadley de la mener à destination. Ce séducteur invétéré n’est pourtant pas du genre à admettre à son bord des passagères non accompagnées. Ces deux êtres que tout oppose se sentent irrésistiblement attirés l’un par l’autre. La traversée promet d’être mouvementée…

Mon avis: 

J’ai lu ce livre pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique. J’avoue que le but premier était de lire le T2, et que je n’ai pu résister d’enchaîner avec le tome 3.

J’ai beaucoup aimé ce tome. Bien sûr, il y a le cliché absolu du vilain garçon au final pas si vilain que ca, un bâtard qui bien évidemment, est le fils d’un noble haut placé, qui est également pas si désagréable que ça à regarder et qui se retrouve un peu dans la situation: seul contre tous.

Oui mais ça marche. En tout cas, ça a marché sur moi 😉

John Hadley est donc un fils déclaré mais illégitime d’un noble anglais. Toute sa vie, il s’est senti écrasé par sa position à la fois de noble et de rejeton rejeté, persuadé de n’exister que pour l’unique raison que son père n’avait eu que des filles de son épouse. C’est donc très légèrement par opposition à ce qu’on décide pour lui qu’il se lance dans une carrière de marin et relie l’Angleterre aux Etats-Unis. C’est donc vers lui que se tourne Constance, lorsqu’elle veut rejoindre sa famille à Philadelphie avec sa mère.

Constance avait tout juste 18 ans au tome précèdent. Maintenant, elle en a à peu près 3 de plus, elle est veuve d’un jeune noble dont  elle était tombée amoureuse à la cours, et se trouve en fuite avec sa mère suite à la chute de la monarchie en France. Son statut de noble, et le rôle de son père pour sauver le roi lui aurait, à elle et sa mère, la mort si elle n’avait pas pris la fuite. Seule, avec une mère alors complètement absente, sans richesse, Constance est désespérée et n’a plus d’autres choix que de rejoindre son frère et sa sœur aux Etats-Unis. Sauf que les femmes ne sont pas bien vues sur les bateaux, et Constance n’a vraiment pas beaucoup d’argent pour leur payer la traversée. C’est donc vers John Hadley qu’elle se tourne afin de rallier l’autre continent.

Dire que leur 1ère rencontre est une catastrophe est un euphémisme. La seconde n’est pas beaucoup mieux, mais enfin, il leur faut bien cohabiter sur le bateau. La traversée est pour moi la meilleure partie du livre. Il y a cette ambiance typique des voyages à travers l’océan qui apporte un plus indéniable. L’équipage, à la fois présent et discret, le capitaine qui perd complètement la tête avec Constance, à ne plus savoir s’il doit l’ignorer, lui faire la cours, être poli ou ou ou ou….

Au final, c’est Constance, complètement dépassée par la situation (une mère déboussolée, la solitude, son veuvage, la France, son père….) qui va faire le 1er pas. Leur relation est très simple, mais comme on peut facilement s’en douter, leur arrivée à Boston va tout compliquer. John va alors avoir… quelques soucis et Constance n’aura de cesse à trouver l’équilibre entre ses sentiments, sa position sociale par rapport à celle de John, sa famille et les problèmes de John.

Je dois dire que si l’intrigue est intéressante en soi, j’ai trouvé le dénouement beaucoup trop facile et c’est pour moi le point noir du roman. Le point positif est peut-être que contrairement aux deux autres tomes, le personnage féminin a déjà été marié et n’est donc pas une vierge plus ou moins effarouchée qui doit protégé sa vertu jusqu’au mariage et cela change considérablement la donne.

Au final, j’ai de nouveau passé un excellent moment de détente avec cette famille d’Arsac. La trilogie est terminée et j’espère pouvoir recroiser l’auteure une fois dans mon petit parcours livresque 😉

La famille d’Arsac T2; Audacieuse Sarah – Eléonore Fernaye

couv72185156

Résumé:

La guerre d’indépendance touche à sa fin. Avant son retour en France, Louis doit remettre à Sarah le médaillon de son frère disparu. La jeune femme est troublée par la visite de l’officier, d’autant que des pluies torrentielles obligent ce dernier à prolonger son séjour dans la plantation familiale. Menacée par un cousin qui veut l’épouser pour son héritage , Sarah va conclure un faux mariage avec son visiteur. Et si cette union n’était pas un simple échange de bons procédés ? De retour en France avec son Américaine dépourvue de titre de noblesse, la mission de Louis s’annonce plus compliquée que prévu…

Mon avis:

Comme ce livre entrait en compte pour le challenge: Au fil des saisons et des pages pour la session printemps, j’ai profité de m’inscrire pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique.

J’avais découvert cette trilogie grâce à un troc. Comme quoi, choisir un livre sur un coût de tête permet de jolies découvertes.

Ce 2ème tome commence aux Etats-Unis. Louis d’Arsac, alors dans l’armée française, se voit confier une drôle de mission: ramener un souvenir d’un soldat décédé à sa sœur qui vit dans la plantation familiale non loin de là. Un peu de mauvaise grâce, le noble s’y rend et tombe en surprise devant la jeune personne. Ce n’est ni la paysanne à laquelle il s’attendait, ni la femme de bonne famille qu’elle aurait dû incarner si elle était  »restée à sa place ».

Le personnage de Sarah m’a plu, tout comme Louis (avec un petit avantage pour ce dernier). J’ai aimé découvrir le décors de la plantation, de se rendre compte encore et toujours du peu de considération qu’à la femme à cette époque (même si c’est une romance et non pas un roman purement historique, c’est tout de même bien visible) et aussi des différences de mœurs entre les Etats-Unis, et la France qui m’a paru terriblement artificielle.

En effet, vers la moitié du roman, l’intrigue se déroule en France, à la cours de Versailles. Je dois avouer que j’ai nettement moins apprécié ce décors. J’ai aussi eu un tout petit peu de peine avec le petit jeu de tromperie typique de la cours et les quiproquos ainsi que les non-dits entre Sarah et Louis. Cela a un peu trop traîné à mon goût. Encore que c’est un détails, car cela ne m’a pas empêchée de lire très rapidement ce tome et de commencer directement le suivant.

Cela a été une lecture toute douce, typique des romances avec un brin de rêverie grâce au contexte historique. Louis et Sarah sont tous les deux attachants, leur couple est agréable à suivre et permet de s’évader le temps de quelques pages. Et c’est exactement ce que je cherche quand j’ouvre ce genre de livre.

Snow Crystal T1; La danse hésitante des flocons de neige – Sarah Morgan

la-danse-hesitante-des-flocons-de-neige

Résumé:

Noël. Kayla Green redoute cette date et, comme chaque année, elle prévoit de s’enfermer dans son bureau de Manhattan avec une surdose de travail. Mais un gros budget de relations publiques l’envoie en fait dans le Vermont : celui de Snow Crystal, apporté par Jackson O’Neil, qui dirige un groupe de stations de sports d’hiver de luxe. Pour Kayla, ce petit miracle de Noël ne va pas sans inconvénients : primo, la neige, le ski, les snow-boots, tituber sur la glace en talons hauts…, ce n’est vraiment pas son idéal ; secundo, Jackson O’Neil a une famille, une de ces familles aussi unies que les mailles d’un tricot bien serré qui rappellent douloureusement à Kayla qu’elle a toujours dû se débrouiller seule. Mais il y a pire encore pour elle que Noël, la famille et autres calamités : c’est Jackson. Jackson, qui a tous les atouts en main pour faire fondre le cœur de glace qu’elle s’est si difficilement façonné…

 

Mon avis:

C’est dans le cadre du  »Cold Winter Challenge » et  »Au fil des saisons et des pages » que j’ai lu ce livre.

Quand j’ai vu que ce livre allait paraître en poche, j’ai, je l’avoue, commencé par me moquer. La couverture très kitsch, le titre gnangnan, le résumé qui me faisait ressentir du déjà-vu…

En fait, pour être toujours honnête, je n’étais pas dans des bonnes dispositions ce jour-là. Car en m’inscrivant sur le challenge  »Cold Winter Challenge », je n’arrêtais pas de le voir passer. Entre ceux qui se réjouissaient de le lire, et ceux qui l’avaient déjà lu et adoré m’a donné envie de me le procurer. Et le fait qu’en entrant dans le mois de décembre, je me suis mise en mode  »cocooning » a aussi bien aidé. J’ai commencé à aimer le résumé, adorer la couverture et me dire que pourquoi pas, même si le titre me paraissait toujours un peu moyen, ce livre avait la possibilité de me plaire.

Tout ca pour dire qu’il ne faut jamais dire jamais 😉

J’ai beaucoup aimé le cadre du livre: une station de ski, des randonnées à raquettes, des ballades en traîneau tiré soit par des chevaux, soit par des huskies, des restaurants soit gastronomique, soit spécialisé en chocolat chaud, des orignaux, une magnifique forêt, des bungalows qui font rêver. Très sincèrement, ça me plaisait pas mal.

J’ai bien aimé l’arrivée de Kayla dans cette station. C’était le cliché totale de la citadine qui débarque à la campagne, mais elle a eu le mérite d’assumer complètement son manque d’expérience, et Jackson a également su en rire tout en l’aidant à ne pas se ridiculiser complètement.

Ce qui m’a surprise, c’est clairement le retournement de situation, lorsque Kayla, très sûre d’elle, vient défendre le dossier qu’elle a préparé pour la famille de Jackson avec pour but de sauver financièrement le domaine familial. Ca-ta-strophe! Là, on commence à se dire que la belle et brillante Kayla cache peut-être un mal-être qui prend racine, on le devine assez vite, dès son plus jeune âge.
Qu’à cela ne tienne, Jackson a confiance en elle et surtout, ne tient par particulièrement à la voir s’envoler aussi vite.

C’est, pour moi, le point négatif du livre. Qu’ils aient le coup de foudre, aucun problème. Qu’ils éprouvent une très forte attirance physique, pas de problème. Mais que les mots  »alchimie sexuelle » apparaissent, j’exagère, toutes les 2 pages, ca va clairement un moment. J’ai assez vite compris, je pense, que les deux tourtereaux n’attendaient que cela. J’ai donc rapidement décidé de passer outre ce détail pour ne pas me gâcher le plaisir de la lecture.
Leur romance est certes classique, mais bien amenée. J’ai senti beaucoup de tendresse et une attention toute particulière de Jackson envers les émotions de Kayla. Les scènes entre les deux étaient certes, comme bien souvent, d’une perfection inégalable, mais c’était très bien écrit, avec des sentiments et une absence de vulgarité qui m’ont fait passer de bons moments.

La famille de Jackson est aussi attachante, bien qu’épuisante. Le genre de famille que je suis heureuse à l’idée de retrouver avec les tomes suivants. Walter, Alice, Elisabeth, Tyler et Sean…. sans oublier Brenna, Elise et Jessy! N’oublions pas non plus Maple 😉

En bref, j’ai aimé les personnages, la relation entre Kayla et Jackson, le lieu et l’écriture. Oui, certaines choses m’ont fait un peu tiqué, mais dans l’ensemble, c’était de la détente, du plaisir et un peu de rêves. C’était un très bon moment. J’ai d’ailleurs commandé le 2ème tome.