Lilly the Kid – Lisa Mars

lilly the kid

Résumé:

Une jolie pépite qui sent bon les vacances et les premiers baisers! Depuis qu’ils sont enfants, Lilly et Simon se sont retrouvés, chaque été, dans une résidence de vacances. Malheureusement, alors que la jolie Lilly est en adoration devant le beau et charismatique Simon, celui-ci, qui a 9 ans de plus qu’elle, l’a toujours considérée comme une adorable petite sœur à laquelle apprendre à faire du skate ou plonger. Pourtant, un été, tout va changer. Mais, après cette nuit qui fera basculer leurs vies, rien ne se passera comme prévu. Que se passera-t-il lorsqu’ils se retrouveront 7 ans plus tard ? Surtout, que s’est il passé cette fameuse nuit? Une conte de fées pour grandes filles qui ont envie d’y croire et qui adorent ne pas pouvoir lâcher un livre pour en connaître la fin! Et pour toutes celles qui ont envie de sourire un peu bêtement, d’avoir 15 ans (ou les ont toujours au fond d’elles), de tomber amoureuse d’une star du rock, d’embrasser un garçon plus âgé ou juste de se sentir en vacances (plusieurs possibilités acceptées!)

 

Mon avis:

Merci à NetGalley et BMR pour la lecture de ce livre. Je cherchais une lecture à lire en numérique pour lire lorsque j’avais quelques minutes devant moi quand je suis tombée sur ce livre. C’était parfait, et même qu’il a été vite lu!

J’adore la 4ème de couverture, car il résume tellement bien le livre. Car cette histoire est effectivement pour toutes celles qui aiment sourire en lisant de la guimauve, qui reviennent à leur adolescence, à celles qui tombaient en transe devant des stars (ou tombent toujours, qu’est-ce que j’en sais 😉 ), celles qui rêvaient du Grand Amour, de vacances de rêves… car c’est Lilly the Kid. Tout ce que je viens d’écrire, ce que vous aviez déjà lu dans le résumé, se retrouve dans le livre.

Alors oui c’est dégoulinant d’amour et de bons sentiments et j’en vois déjà partir en courant. N’empêche, ca fait du bien aussi. L’erreur aurait été de rendre cette histoire trop longue, mais ici, le dosage est parfait. On a le temps de rentrer dans l’histoire, qui alterne entre le présent et le passé de Lilly et Simon (à tour de rôle), de s’installer un moment avant d’arriver à la fin du livre. Lilly, c’est donc une adolescente qui a passé tous ses été au même endroit, tout comme Simon de 8 ans de plus. Elle avait 5 ans quand elle l’a rencontré. Elle le regardait alors comme un modèle à suivre. Puis… elle grandit. Et  âgée de 17 ans, les choses ont bien évolué pour elle. Et que dire de Simon… il n’est pas en reste, il faut le dire.

Sauf que voilà, tout ne se passe pas comme prévu, et 6 ans plus tard, alors que Lilly travaille dans le milieu de l’événementiel et que Simon est devenu l’idole d’un groupe de rock mondialement connu, ils vont se recroiser. Entre secrets, non-dits et quiproquo, tout devient vite très compliqué. Lilly s’est endurcie. Elle a dû se débrouiller dans la vie et s’assume entièrement à présent. Quand à Simon, s’il a une vie qui le passionne entièrement, jamais il n’a pu oublier la Kid. Cette gamine qui traînait toujours dans ses jambes. Sauf que la gamine a encore grandi. Ce n’est plus une enfant, ni une adolescente qu’il a en face de lui à présent. C’est une femme, qui possède un passé pas si évident…

 

Je ne vous en dis pas plus. Sachez seulement que c’est une histoire qui se lit tout seul, plein de bons sentiments, qui vide la tête et permet de passer un agréable moment. Et c’est tout ce que je lui demandais 😉

 

Publicités

Ensemble. Maintenant. Pour toujours. – Emily Blaine

blaine

Résumé: 

Elle est la femme de sa vie. 
Il doit juste la convaincre qu’il est l’homme qu’il lui faut. 
Théo sait tout de Summer : il a passé une partie de sa jeunesse à la protéger de son père violent, à la tirer des pires situations. Peu à peu, il est tombé amoureux d’elle, de l’éternelle optimiste et de la femme forte qu’elle est devenue. Summer a quant à elle toujours refusé une histoire avec lui : ses relations avec les hommes sont chaotiques et leur amitié est trop précieuse pour qu’elle coure le risque de l’abîmer. Respectueux de ce choix, Théo est resté à distance : il a veillé sur elle, en protecteur discret et bienveillant. Mais, grâce à son frère Jérémiah, il prend conscience qu’à trop attendre, il pourrait bien perdre la femme de sa vie… S’il veut un jour être heureux, il doit prendre les choses en main et convaincre Summer qu’il est l’homme qu’il lui faut.

Mon avis:

Merci à Netgalley et Harlequin pour la lecture de ce livre. Je n’avais jamais lu de livres d’Emily Blaine, et comme je croisais des avis favorables de-ci de-là, je me suis dit que c’était l’occasion où jamais. J’ignorais que ce livre était une sorte de suite. En effet, Emily Blaine a sorti 6 épisodes nommés: Toi. Moi. Maintenant ou jamais. Les deux personnages principaux sont Jérémiah et Charlotte qui sont respectivement le frère et la meilleure amie de Théo et Summer. Notez que cela ne m’a pas du tout ennuyée pendant ma lecture. Il y a juste eu quelques allusions non développées qui m’ont fait suspecter que l’histoire de Jérémiah et Charlotte devait déjà avoir été écrite. Bingo!

Ici, nous parlons donc de Théo et Summer.

Summer a la trentaine. Elle a le job qu’elle rêvait de décrocher et des amis formidables. Le seul point négatif: son passé dont elle n’arrive pas à se défaire. Car pendant des années, elle et son frère David se sont fait sévèrement battre par leur père. Heureusement, leur route a croisé celle de Théo, qui s’est fait un devoir de les aider du mieux qu’il pouvait. Il est devenu l’ange gardien de Summer. Cette dernière est très proche de lui, mais a malheureusement créé d’immenses barrières pour se protéger des autres, l’empêchant ainsi de se rapprocher d’elle, ou l’inverse. Les années ont passé, mais Théo ne compte plus accepter la place de meilleur ami et décide de se battre pour bousculer Summer et lui faire ouvrir les yeux. Sauf qu’on ne bouscule pas Summer sans prendre le risque de la voir ériger de plus hautes barrières encore et prendre la fuite…

Dans l’ensemble, j’ai passé un très bon moment. Il est court, se lit très vite et avec facilité. Il y a de la romance, les personnages principaux et secondaires sont très attachants et j’ai eu de la peine à les quitter. Le point négatif pour moi, c’est finalement le peu de surprise. Dans une romance classique, les héros se rencontrent, se découvrent, se rapprochent etc… Ici, on sait tout de suite qu’ils s’aiment déjà. L’histoire était presque toute tracée. Heureusement, Emily Blaine a su manier les sentiments de Summer avec justesse. Oui elle a toujours repoussé Théo parce qu’elle avait peur. Mais elle n’est pas du genre à se voiler la face. Elle en a conscience et le dit. Et elle fait tout pour essayer de faire du ménage dans ses émotions. J’ai également apprécié la manière qu’a eu l’auteure de traiter les sentiments de Théo, qui, suite à un grave accident, s’est retrouvé handicapé. 10 ans n’ont pas suffi à le réconcilier totalement avec son nouveau corps, chose que Summer tiendra à coeur de s’occuper.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste. Charlotte et Jérémiah, et même ce pauvre David et Gemma, l’amie commune de Summer et Charlotte. Ils forment à eux six une excellente équipe avec beaucoup de réparties, des clash, des rires et du mouvement au sein de leur groupe. J’ai eu un petit coup de coeur pour cette équipe et tout spécialement pour les petits-déjeuners d’urgence pour débattre entre femme de ce que ces hommes leur font subir. Je les voyais comme si j’y étais 😉

En bref, si j’ai trouvé un petit manque d’originalité dans l’intrigue, j’ai aimé comment l’auteure a manié les sentiments de ses personnages. Cela m’a permis d’être proche d’eux.  J’ai passé un très bon moment et pense me pencher sur l’intégrale de Charlotte et Jérémiah 😉 Pourquoi s’arrêter en si bon chemin?

Pas si simple [Lucie Castel]

pas si simple

 

Résumé:

Parce que, dans la vie, rien n’est simple, Scarlett se retrouve coincée par la neige à l’aéroport d’Heathrow avec sa sœur Mélie l’avant-veille de Noël. 
Parce que, dans sa vie, tout est compliqué, Scarlett entre par erreur dans les toilettes des hommes et tombe sur William, un Britannique cynique et provocateur dont le flegme et le charme distingué sont ce que la Grande-Bretagne promet de mieux. Les heures d’attente leur permettent de faire plus ample connaissance et William leur propose alors de passer le réveillon dans sa maison, près de Kensington Street, le temps que le trafic reprenne. Une invitation en apparence innocente, mais qui va conduire les deux jeunes femmes au cœur d’un réveillon riche en émotions et en surprises de taille…

Mon avis:

J’ai lu ce livre car c’est l’un des deux titres qui avait été choisi lors des votes pour la lecture commune pour le challenge  »Il était cinq fois Noël »

Qu’est-ce que j’aime ces lectures toute doudou, avec de la neige, de la chaleur, de la romance, une famille aimante ou horripilante… ajoutez à cela une petite note british et vous avez toutes les chances que je sois conquise.

Disons-le, j’ai adoré. De base, je dois dire que j’adore tout ce qui est anglais. Ensuite, j’aime bien les romans qui se passent sous la neige ainsi que les dialogues relevés.

Car c’est ce qui m’a le plus surpris dans ce roman: l’écriture. On n’a pas affaire à une petite romance qu’on pourrait imaginer avoir été écrite à la va-vite. J’ai trouvé l’écriture très agréable et la qualité des échanges entre les personnages excellente!

Il y a donc Scarlett. Oui déjà, il faut commencer par se faire une raison. Elle est française et s’appelle Scarlett, merci les  »Hauts de Hurlevents ».  Elle, c’est une architecte française, avec le trait de caractère de la  »mauvaise foi » inscrit sur le front. Elle a une mère  »maman italia » de 1m.50 de haut absolument et délicieusement im-po-ssible et une soeur  nommée Mélie, sexologue, à la fois entièrement sur terre avec un regard qui ne loupe rien mais également complètement lunaire. Bref, un personnage féminin haut en couleur que j’ai beaucoup aimé.

En face, il y a le gentleman anglais, qui se nomme bien sûr William (c’est toujours à choix avec Jack, vous l’avez aussi remarqué?) un brin froid, avec un passé triste et une famille complètement dysfonctionnel (pour une fois que ce n’est pas la donzelle qui a ce rôle, d’ailleurs!).

Vous rajoutez à cela Noël, la neige, un aéroport paralysé et vous avez un excellent roman à lire au coin du feu.

J’ai ri, j’étais prise dans le récit, j’ai adoré William, sa grand-mère, son frère! J’ai aimé Scarlett, Mélie, même leur mère! J’ai aimé Londres, l’humour, les dialogues épicés!

J’ai peut-être moins aimé la fin qui m’a semblé un brin rapide, mais ca n’aurait été que pour passer un peu plus de temps avec toute cette équipe! Cela peut paraître être une chronique un peu détournée, mais je ne veux pas en dire plus, ce serait vous gâcher le plaisir 😉

Merci beaucoup à  »Il était cinq fois Noël » pour la découverte de ce roman et de cette auteur lyonnaise qui en est à son 1er roman. J’espère en voir d’autres par la suite!

 

La famille d’Arsac T3; Aventureuse Constance – Eléonore Fernaye

couv12824232 (1)

Résumé:

Londres, 1791.
Fuyant les sanglantes représailles qui font suite à la tentative d’évasion de Louis XVI, Constance d’Arsac s’est réfugiée à Londres. Bien décidée à rejoindre sa soeur aux États?Unis, elle parvient à convaincre le capitaine John Hadley de la mener à destination. Ce séducteur invétéré n’est pourtant pas du genre à admettre à son bord des passagères non accompagnées. Ces deux êtres que tout oppose se sentent irrésistiblement attirés l’un par l’autre. La traversée promet d’être mouvementée…

Mon avis: 

J’ai lu ce livre pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique. J’avoue que le but premier était de lire le T2, et que je n’ai pu résister d’enchaîner avec le tome 3.

J’ai beaucoup aimé ce tome. Bien sûr, il y a le cliché absolu du vilain garçon au final pas si vilain que ca, un bâtard qui bien évidemment, est le fils d’un noble haut placé, qui est également pas si désagréable que ça à regarder et qui se retrouve un peu dans la situation: seul contre tous.

Oui mais ça marche. En tout cas, ça a marché sur moi 😉

John Hadley est donc un fils déclaré mais illégitime d’un noble anglais. Toute sa vie, il s’est senti écrasé par sa position à la fois de noble et de rejeton rejeté, persuadé de n’exister que pour l’unique raison que son père n’avait eu que des filles de son épouse. C’est donc très légèrement par opposition à ce qu’on décide pour lui qu’il se lance dans une carrière de marin et relie l’Angleterre aux Etats-Unis. C’est donc vers lui que se tourne Constance, lorsqu’elle veut rejoindre sa famille à Philadelphie avec sa mère.

Constance avait tout juste 18 ans au tome précèdent. Maintenant, elle en a à peu près 3 de plus, elle est veuve d’un jeune noble dont  elle était tombée amoureuse à la cours, et se trouve en fuite avec sa mère suite à la chute de la monarchie en France. Son statut de noble, et le rôle de son père pour sauver le roi lui aurait, à elle et sa mère, la mort si elle n’avait pas pris la fuite. Seule, avec une mère alors complètement absente, sans richesse, Constance est désespérée et n’a plus d’autres choix que de rejoindre son frère et sa sœur aux Etats-Unis. Sauf que les femmes ne sont pas bien vues sur les bateaux, et Constance n’a vraiment pas beaucoup d’argent pour leur payer la traversée. C’est donc vers John Hadley qu’elle se tourne afin de rallier l’autre continent.

Dire que leur 1ère rencontre est une catastrophe est un euphémisme. La seconde n’est pas beaucoup mieux, mais enfin, il leur faut bien cohabiter sur le bateau. La traversée est pour moi la meilleure partie du livre. Il y a cette ambiance typique des voyages à travers l’océan qui apporte un plus indéniable. L’équipage, à la fois présent et discret, le capitaine qui perd complètement la tête avec Constance, à ne plus savoir s’il doit l’ignorer, lui faire la cours, être poli ou ou ou ou….

Au final, c’est Constance, complètement dépassée par la situation (une mère déboussolée, la solitude, son veuvage, la France, son père….) qui va faire le 1er pas. Leur relation est très simple, mais comme on peut facilement s’en douter, leur arrivée à Boston va tout compliquer. John va alors avoir… quelques soucis et Constance n’aura de cesse à trouver l’équilibre entre ses sentiments, sa position sociale par rapport à celle de John, sa famille et les problèmes de John.

Je dois dire que si l’intrigue est intéressante en soi, j’ai trouvé le dénouement beaucoup trop facile et c’est pour moi le point noir du roman. Le point positif est peut-être que contrairement aux deux autres tomes, le personnage féminin a déjà été marié et n’est donc pas une vierge plus ou moins effarouchée qui doit protégé sa vertu jusqu’au mariage et cela change considérablement la donne.

Au final, j’ai de nouveau passé un excellent moment de détente avec cette famille d’Arsac. La trilogie est terminée et j’espère pouvoir recroiser l’auteure une fois dans mon petit parcours livresque 😉

La famille d’Arsac T2; Audacieuse Sarah – Eléonore Fernaye

couv72185156

Résumé:

La guerre d’indépendance touche à sa fin. Avant son retour en France, Louis doit remettre à Sarah le médaillon de son frère disparu. La jeune femme est troublée par la visite de l’officier, d’autant que des pluies torrentielles obligent ce dernier à prolonger son séjour dans la plantation familiale. Menacée par un cousin qui veut l’épouser pour son héritage , Sarah va conclure un faux mariage avec son visiteur. Et si cette union n’était pas un simple échange de bons procédés ? De retour en France avec son Américaine dépourvue de titre de noblesse, la mission de Louis s’annonce plus compliquée que prévu…

Mon avis:

Comme ce livre entrait en compte pour le challenge: Au fil des saisons et des pages pour la session printemps, j’ai profité de m’inscrire pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique.

J’avais découvert cette trilogie grâce à un troc. Comme quoi, choisir un livre sur un coût de tête permet de jolies découvertes.

Ce 2ème tome commence aux Etats-Unis. Louis d’Arsac, alors dans l’armée française, se voit confier une drôle de mission: ramener un souvenir d’un soldat décédé à sa sœur qui vit dans la plantation familiale non loin de là. Un peu de mauvaise grâce, le noble s’y rend et tombe en surprise devant la jeune personne. Ce n’est ni la paysanne à laquelle il s’attendait, ni la femme de bonne famille qu’elle aurait dû incarner si elle était  »restée à sa place ».

Le personnage de Sarah m’a plu, tout comme Louis (avec un petit avantage pour ce dernier). J’ai aimé découvrir le décors de la plantation, de se rendre compte encore et toujours du peu de considération qu’à la femme à cette époque (même si c’est une romance et non pas un roman purement historique, c’est tout de même bien visible) et aussi des différences de mœurs entre les Etats-Unis, et la France qui m’a paru terriblement artificielle.

En effet, vers la moitié du roman, l’intrigue se déroule en France, à la cours de Versailles. Je dois avouer que j’ai nettement moins apprécié ce décors. J’ai aussi eu un tout petit peu de peine avec le petit jeu de tromperie typique de la cours et les quiproquos ainsi que les non-dits entre Sarah et Louis. Cela a un peu trop traîné à mon goût. Encore que c’est un détails, car cela ne m’a pas empêchée de lire très rapidement ce tome et de commencer directement le suivant.

Cela a été une lecture toute douce, typique des romances avec un brin de rêverie grâce au contexte historique. Louis et Sarah sont tous les deux attachants, leur couple est agréable à suivre et permet de s’évader le temps de quelques pages. Et c’est exactement ce que je cherche quand j’ouvre ce genre de livre.

Snow Crystal T1; La danse hésitante des flocons de neige – Sarah Morgan

la-danse-hesitante-des-flocons-de-neige

Résumé:

Noël. Kayla Green redoute cette date et, comme chaque année, elle prévoit de s’enfermer dans son bureau de Manhattan avec une surdose de travail. Mais un gros budget de relations publiques l’envoie en fait dans le Vermont : celui de Snow Crystal, apporté par Jackson O’Neil, qui dirige un groupe de stations de sports d’hiver de luxe. Pour Kayla, ce petit miracle de Noël ne va pas sans inconvénients : primo, la neige, le ski, les snow-boots, tituber sur la glace en talons hauts…, ce n’est vraiment pas son idéal ; secundo, Jackson O’Neil a une famille, une de ces familles aussi unies que les mailles d’un tricot bien serré qui rappellent douloureusement à Kayla qu’elle a toujours dû se débrouiller seule. Mais il y a pire encore pour elle que Noël, la famille et autres calamités : c’est Jackson. Jackson, qui a tous les atouts en main pour faire fondre le cœur de glace qu’elle s’est si difficilement façonné…

 

Mon avis:

C’est dans le cadre du  »Cold Winter Challenge » et  »Au fil des saisons et des pages » que j’ai lu ce livre.

Quand j’ai vu que ce livre allait paraître en poche, j’ai, je l’avoue, commencé par me moquer. La couverture très kitsch, le titre gnangnan, le résumé qui me faisait ressentir du déjà-vu…

En fait, pour être toujours honnête, je n’étais pas dans des bonnes dispositions ce jour-là. Car en m’inscrivant sur le challenge  »Cold Winter Challenge », je n’arrêtais pas de le voir passer. Entre ceux qui se réjouissaient de le lire, et ceux qui l’avaient déjà lu et adoré m’a donné envie de me le procurer. Et le fait qu’en entrant dans le mois de décembre, je me suis mise en mode  »cocooning » a aussi bien aidé. J’ai commencé à aimer le résumé, adorer la couverture et me dire que pourquoi pas, même si le titre me paraissait toujours un peu moyen, ce livre avait la possibilité de me plaire.

Tout ca pour dire qu’il ne faut jamais dire jamais 😉

J’ai beaucoup aimé le cadre du livre: une station de ski, des randonnées à raquettes, des ballades en traîneau tiré soit par des chevaux, soit par des huskies, des restaurants soit gastronomique, soit spécialisé en chocolat chaud, des orignaux, une magnifique forêt, des bungalows qui font rêver. Très sincèrement, ça me plaisait pas mal.

J’ai bien aimé l’arrivée de Kayla dans cette station. C’était le cliché totale de la citadine qui débarque à la campagne, mais elle a eu le mérite d’assumer complètement son manque d’expérience, et Jackson a également su en rire tout en l’aidant à ne pas se ridiculiser complètement.

Ce qui m’a surprise, c’est clairement le retournement de situation, lorsque Kayla, très sûre d’elle, vient défendre le dossier qu’elle a préparé pour la famille de Jackson avec pour but de sauver financièrement le domaine familial. Ca-ta-strophe! Là, on commence à se dire que la belle et brillante Kayla cache peut-être un mal-être qui prend racine, on le devine assez vite, dès son plus jeune âge.
Qu’à cela ne tienne, Jackson a confiance en elle et surtout, ne tient par particulièrement à la voir s’envoler aussi vite.

C’est, pour moi, le point négatif du livre. Qu’ils aient le coup de foudre, aucun problème. Qu’ils éprouvent une très forte attirance physique, pas de problème. Mais que les mots  »alchimie sexuelle » apparaissent, j’exagère, toutes les 2 pages, ca va clairement un moment. J’ai assez vite compris, je pense, que les deux tourtereaux n’attendaient que cela. J’ai donc rapidement décidé de passer outre ce détail pour ne pas me gâcher le plaisir de la lecture.
Leur romance est certes classique, mais bien amenée. J’ai senti beaucoup de tendresse et une attention toute particulière de Jackson envers les émotions de Kayla. Les scènes entre les deux étaient certes, comme bien souvent, d’une perfection inégalable, mais c’était très bien écrit, avec des sentiments et une absence de vulgarité qui m’ont fait passer de bons moments.

La famille de Jackson est aussi attachante, bien qu’épuisante. Le genre de famille que je suis heureuse à l’idée de retrouver avec les tomes suivants. Walter, Alice, Elisabeth, Tyler et Sean…. sans oublier Brenna, Elise et Jessy! N’oublions pas non plus Maple 😉

En bref, j’ai aimé les personnages, la relation entre Kayla et Jackson, le lieu et l’écriture. Oui, certaines choses m’ont fait un peu tiqué, mais dans l’ensemble, c’était de la détente, du plaisir et un peu de rêves. C’était un très bon moment. J’ai d’ailleurs commandé le 2ème tome.