Noël désastreux, mariage heureux – Christelle Da Cruz

Noël sera peut-être raté… mais au moins il sera pimenté !

Cat le savait : passer Noël dans les Pyrénées pour préparer le mariage de la mère de Maxime, son meilleur ami, promettait des vacances chaotiques. Son rôle de témoin l’occupe déjà à plein temps, et voilà qu’elle doit en plus garder les trois petits monstres de Maxime en attendant que ce dernier revienne de New York. Mieux encore : elle est obligée de se coltiner Gaspard, l’un de ses amis, un mec coincé, rabat-joie et psychorigide. Et ça, c’est la goutte de lait qui fait déborder le chocolat chaud ! Le pire, c’est qu’elle arrive encore à le trouver canon avec son petit air de Lenny Kravitz. Après tout, quitte à passer un séjour en enfer, pourquoi ne pas en profiter pour apprécier la chute de son joli fessier sur les pistes de ski…

Un grand merci à NetGalley et Harlequin pour la lecture de ce livre. Je l’ai lu pendant les fêtes et franchement, c’était l’une des meilleures lectures de Noël que j’aie pu lire jusqu’à présent.

Il y a tous les ingrédients qui sont réunis:

Tout d’abord, cela se passe à la montagne, dans une station de ski. Ensuite, Cat loge dans un chalet avec tout un panel de personnages très variés comme des enfants, une ado, des sexagénaires, le meilleur ami et bien sûr, le personnage masculin qu’elle pense détester. Il y a des pâtisseries de Noël, de la musique, évidemment de la neige et du ski, du fromage (c’est absolument nécessaire) et beaucoup d’humour.

J’ai adoré Cat et Gaspard qui étaient depuis assez longtemps sur la même longueur d’onde en croyant pourtant être à des étages différents. Ils ont des personnalités très différentes et ils vont mettre du temps à comprendre cela, mais aussi à réaliser que ce que l’on voit de quelqu’un n’est pas forcément la réalité. Il y a ce que l’on montre, et ce que l’on est.

J’ai adoré les réparties entre les personnages, que ce soit entre Cat et Gaspard, ou même Max et tout le monde. La relation entre Cat et l’aînée de Max est aussi géniale. De manière générale, il y a une chaleur entre chacun d’entre eux qui m’a beaucoup plu. Le couple formé par la mère et beau-père de Max apporte aussi une touche de fraîcheur de par leur histoire d’amour tardive qui rayonne sur toute la famille.

C’était doudou, drôle et distrayant. J’ai vraiment beaucoup aimé, c’était une super lecture que je pense me relire avec plaisir en papier l’hiver prochain!

Echange loft londonien contre cottage bucolique – Beth O’Leary – Hugo Roman

Leena Cotton est épuisée. Ce n’est pas elle qui le pense, c’est son corps qui le lui dit. Son burn-out explosif en plein milieu d’une réunion capitale parle à sa place. Pour la peine, son employeur lui impose deux mois de congés qu’elle ira passer – en traînant les pieds – dans le cottage de sa grand-mère, à la campagne.
Elle aurait encore préféré mourir de surmenage que d’ennui… Eileen Cotton a pris une décision : puisque son époux de toute une vie l’a quittée du jour au lendemain, elle a désormais le droit de vivre pour elle-même. Et pourquoi pas même… vivre une relation charnelle passionnée, à 80 ans ? Mais dans son petit village du Yorkshire, les candidats au poste d’amant ne sont pas légion… Un problème ? Une solution ! La grand-mère et la petite-fille n’ont qu’à échanger leurs vies.
Eileen ira habiter dans la colocation de Leena à Londres, où les beaux messieurs pullulent, tandis que Leena a pour mission de se reposer à la campagne et… de régler tous les problèmes qu’elle avait tenté jusqu’ici de mettre sous le tapis. Avec quelques conseils pour apprivoiser la trépidante capitale d’un côté, et un ou deux trucs pour gérer les voisins intrusifs (ou excessivement séduisants) de l’autre, les aventurières devraient s’en sortir…
N’est-ce pas ?

Mon avis

Un avis un peu tardif, mais alala, qu’est-ce qu’il est chouette ce roman au style british comme j’aime tant.

Je crois franchement que j’ai tout aimé. Merci à NetGalley et Hugo pour m’avoir permis de découvrir ce titre.

Je me suis régalée. J’ai aimé le choc des générations entre Leena et sa grand-maman Eileen. Leena s’est un peu perdue loin de chez elle tandis que sa grand-maman elle, s’est tout autant perdue mais enchaînée à un mari qu’elle n’aimait plus dans un village qu’elle n’avait jamais quitté.

Cet échange de vie va bouleverser bien des choses et va leur sauver la vie en quelque sorte. Leena va devoir ouvrir les yeux sur sa vie actuelle, sur ce qu’elle veut pour le futur, sur des blessures du passé. Il y aura bien des fois où tout sera trop… mais le temps, les rencontres (autant masculine que du 3ème âge) vont la faire avancer et la transformer.

Eileen, cet amour de femme, en mal de compagnie, va mettre son grain de sel absolument partout. Ca pousse des portes, ça fait des suggestions, ça manipule en douce. Non franchement, elle est géniale! Et toujours avec bienveillance et malice.

Ce petit village m’a terriblement donné envie. Les habitants sont juste… incroyables.

Vous l’aurez compris, c’était vraiment vraiment bien. Un vrai coup de coeur. Les personnages m’ont plu, le cadre m’a embarquée, les échanges étaient savoureux, les thèmes abordés sensibles… Je vous le conseille si vous voulez de la douceur, un brin de romance sans aucun chichi, du british… et encore un peu de british!

Tous les chemins mènent au mec de tes rêves – Emma Berthet, Julie Perry, Axelle Vega et Fanny D.L – Harlequin

Elles avaient un programme bien précis pour les vacances, mais le destin va les surprendre. Car, c’est bien connu, ce n’est pas la destination qui compte… c’est le mec qui attend à l’arrivée !

Partir en mission humanitaire au Pérou ? L’occasion rêvée de découvrir la culture locale et de visiter des lieux grandioses. Ou de craquer pour un médecin sexy…
Profiter des belles plages de Copacabana entre amis ? Le plan parfait pour tenter de reconquérir son ex entre deux cocktails. Jusqu’à ce qu’un charmant Brésilien s’invite à la fête…
S’exiler au fin fond du Texas ? Un cauchemar quand on ne jure que par les soirées branchées de Los Angeles. À moins qu’un cow-boy ténébreux ne vienne pimenter le séjour…
S’isoler dans une cabane au bord d’un lac canadien ? L’escapade idéale pour se ressourcer. Si on n’est pas dérangée par un ours local…

Emma Berthet – Coup de foudre au Machu Picchu
Fanny DL – Tudo Bem !
Julie Perry – Texas Summer
Axelle Vega – Cabane sur l’eau
Mon avis:

Je remercie NetGalley et les éditions Harlequin pour la lecture de ce livre. Ce dernier regroupe quatre nouvelles avec pour thématique l’amour et un pays/région étranger.

J’ai passé un bon moment avec ces récits qui avaient le mérite d’être très différents les uns des autres et d’apporter une forme de douceur bienvenue.

Ma préférence va clairement pour la dernière histoire, tout d’abord parce que Canada, parce que cabane sur l’eau et aussi car le duo formé par Ophélie et Benjamin est particulièrement savoureux. J’ai apprécié que l’un et l’autre acceptent une forme de patience afin de se donner une vraie chance. Le cadre était enchanteur et me donnait clairement envie d’y être. Le fait qu’en plus, Benjamin soit féru de randonnée ne gâchait rien. Tout me plaisait dans cette nouvelle!

Celle se déroulant au Pérou m’a également bien plue pour plusieurs raisons. J’ai eu l’impression de voyager grâce à Kevin qui montre le pays à Eloïse et cette découverte était agréable. Si cette dernière manque de confiance en elle, Kevin détonne avec un flegme qui déteint sur son entourage. Le tout donne une courte histoire bienveillante et dépaysante. J’avais un peu l’impression d’y être.

Les deux autres, si elles étaient agréables ne m’ont pas non plus laissées un souvenir trop marquant pour la simple raison que je me suis moins attachée aux héroïnes. Toujours est-il que la lecture de ces nouvelles m’a fait passer un bon moment et c’est tout ce que j’en attendais.

En résumé, quatre nouvelles fraîches et dépaysantes pour détendre et amener un peu de soleil sur cet été un peu gris.

Mon voisin est un ours – Mily Black et Déborah Guérand

Quoi de plus excitant pour une esthéticienne que d’avoir un ours comme voisin ?

Une carrure de rugbyman professionnel, un regard de prédateur grognon et une aura virile : pas de doute, Timothy, le nouveau voisin d’Annabelle, a tout d’un ours. N’importe quelle personne saine d’esprit (et douée d’un instinct de survie) resterait discrète et éviterait à tout prix de le contrarier… Sauf qu’Annabelle est plutôt du genre à foncer dans le tas et, dès leur première rencontre, elle n’a pas pu s’empêcher de le provoquer. Si elle a quitté Paris et son taré de petit ami, ce n’est pas pour se laisser impressionner par le premier homme venu ! Et, même si l’ambiance avec Timothy est déjà électrique, elle ne rate pas une occasion de le pousser à bout. Mais, quand elle découvre que derrière cette façade se cache un père célibataire tout à fait charmant et aussi perdu qu’elle, elle se dit qu’ils ont peut-être plus en commun que leur sale caractère…

Mon avis:

Ahh la Bretagne. Une région que j’apprécie énormément même si cela fait longtemps que je n’y suis pas retournée. Rien que pour cela, j’aurai pu lire ce livre.

Ce roman offre un panel de personnages allant de la douceur à la méchanceté pure.
Nous avons d’un côté Annabelle, qui a tout quitté pour sauver sa peau d’un ex pervers narcissique. Cette thématique prendra beaucoup de place dans ce roman. Presque trop parfois mais je trouve qu’il est trop important d’en parler pour véritablement le reprocher aux autrices. Nous avons également Timothy et Julie, un père et sa fille adolescente qui débarquent à St-Malo afin de commencer une nouvelle vie. Une nouvelle maison à rénover et un nouveau job. Timothy est attendrissant, devant jongler entre son amour pour sa fille et la distance que celle-ci lui oppose, 14 ans oblige. Mais également entre son passé, son présent, toutes ses émotions et sa locataire qui est décidément vraiment particulière.

S’affranchir de son passé, se reconstruire, refaire confiance n’est pas évident lorsque l’on a été profondément blessé. Annabelle a la difficulté supplémentaire d’avoir sa famille qui la tire en arrière, n’ayant pas conscience de la réalité qu’était sa vie. Timothy, de son côté, de retrouve au cœur d’un divorce houleux qui lui a ôté son estime personnel. Heureusement, St-Malo et ses habitants ainsi qu’un excellent voisinage vont leur permettre d’avancer, doucement, à leur rythme.

Ce roman, s’il traite de graves dysfonctionnements, offre également une bulle de douceur avec une région attrayante, des personnes très attachants et un fil rouge qui entraîne le lecteur sans pour autant bousculer nos délicats personnages principaux. Une lecture agréable que je recommande les yeux fermés.

Un amour de chat – Melinda Metz – Archipel éditions

un amour de chat

Résumé:

Une année rien qu’à moi ! En s’installant à Los Angeles dans la charmante résidence de Storybook Court, Jane, trentenaire de nouveau célibataire, se donne un an pour réaliser ses rêves… dès qu’elle saura en quoi ils consistent ! Une nouvelle vie dans laquelle il n’y a pas de place pour un homme. Seulement, MacGyver, son chat, en a décidé autrement !

Bien décidé à rompre la solitude de la jeune femme, il jette son dévolu sur l’un des voisins, David, boulanger, veuf depuis trois ans. Le malicieux félin va tout faire pour provoquer une rencontre…

archipel

Mon avis:

Je remercie tout d’abord les éditions Archipel pour l’envoi de ce livre. J’ai encore une fois passé un bon moment, placé sous le signe du  »feel-good ».

J’adore les chats. J’en ai 3 et je ne pourrais pas m’en passer. Et comme j’apprécie les romans plein de douceur, qui détendent et font du bien, ce livre avait donc beaucoup de chance de me plaire.

J’ai assez vite apprécier Jane, une trentenaire célibataire qui se retrouve à un tournant de sa vie. Elle en a marre des mauvaises rencontres, n’aime plus son travail.. et voilà qu’un héritage lui permet de déménager, quitter son travail et se laisser une année pour se recentrer sur elle-même et décider ce qu’elle aimerait faire par la suite. Cette année, c’est son année à elle.

Jane n’est pourtant pas toute seule. Elle a MacGyver. Un sacré chat au caractère bien trempé. Disons tout simplement, un caractère typiquement félin. Et Mac sent la solitude de sa maîtresse. Lui, il décide qu’il lui faut quelqu’un. Alors il va s’échapper et se mettre au travail. Bientôt, c’est tout le quartier qui découvre des petits vols, ou alors des objets sur leurs paillassons. Qui est responsable? Et pourquoi? Mystère… 😉

Si le début m’a paru assez long à véritablement démarrer, j’avoue m’être fait prendre au piège par l’humour qui imprègne les pages de ce roman, ainsi que par les deux personnages, Jane, mais aussi David. Ce pauvre David, qui ne sait plus du tout où il en est. Le deuil de sa femme est très difficile, pour autant… il veut aller de l’avant. J’ai trouvé que Melinda Metz avait une approche douce et aussi réaliste de cette problématique. Il n’y a pas eu cette facilité que je craignais où l’amour que David porte à sa compagne efface toutes les inquiétudes. Non, c’est plus compliqué que cela. Et c’est un bon point pour le roman.

J’ai également apprécié les personnages secondaires (riant de retrouver un Zachary comme déjà dans le précèdent roman lu  »Cassandra et ses soeurs », aussi chez L’Archipel) qui sont plus attachants les uns que les autres et qui donnent une impression que le vent souffle en permanence dans ce quartier, les faisant se croiser et recroiser. En réalité, ce vent est MacGyver, mais cela, ils l’ignorent 😉

Tout ceci pour dire que j’ai fini par me sentir bien à mon aise avec ce livre, très feel-good. Avec de la romance, des bons sentiments, quelques prise de tête entre voisins, de la peur aussi, sans oublier chiens et chats, qui ont une place de choix dans ce roman! Je conseille pour tout ceux qui aiment les animaux, l’humour et qui veulent passer un bon moment avec un bouquin. C’était un moment très agréable.