Les oubliés d’Astrelune – Laure Dargelos – Explora éditions

Astrelune, la puissante cité indépendante.
Imaginez une métropole où des tapis volants côtoient des dirigeables, où des individus se promènent en pyjama et où des ingénieurs déclenchent la pluie et le beau temps. 
Holly Nightingale appartient à cet univers étrange. Simple employée au Musée national, elle voit son existence basculer le jour où sa jeune sœur disparaît… 
Tandis que le mystère ne cesse de s’épaissir, d’étonnants alliés croisent sa route : un avocat maladroit et un pirate au passé trouble. De découverte en découverte, Holly se retrouve happée dans une dangereuse spirale. Et si rien n’était ce qu’elle croyait ?
Et si Astrelune baignait dans un gigantesque mensonge ? 

Mon avis:

J’avais voulu lire ce roman suite à mon excellente lecture de Prospérine pour le PLIB2022 qui s’était révélé être une pépite à mes yeux. Eh bien, je dois dire que l’exploit s’est réalisé une deuxième fois. Je me suis régalée.

Quand j’ai commencé ce livre, je me suis un peu demandé où est-ce que j’allais être emmenée. L’univers était complètement fou, avec un lot d’étrangeté assez conséquent. Certains comportements étaient vraiment bizarres ou alors, des explications semblaient étrangement manquer. J’ai toutefois eu l’intuition que tout était maîtrisé et que j’avais des chances de tout comprendre en temps et en heure.

Eh bien oui! Cela a bien été le cas. Peu à peu, le mystère s’est levé. Si j’ai deviné certaines choses, d’autres m’ont surprises. Et si j’avais peur que l’autrice prenne des facilités sur la fin de l’histoire, cela ne s’est pas non plus vérifié. En d’autres termes, j’ai été surprise en bien sur tous les points.

Holly est un personnage que j’ai beaucoup aimé, de part son caractère, ses réactions. Elle est touchante et semble si vrai. Son amour pour sa soeur, sa foi à aller de l’avant, son obstination! Et que dire de notre pirate Riley? Il collait un peu trop à l’image typique que l’on peut avoir de ce genre de personnages. Il était sympathique, mais il y avait quelque chose… et tout comme pour Holly finalement, tout s’explique et cela le rend d’autant plus attachant. Il y a également Sue, une jeune demoiselle qui découvre un monde tout à fait nouveau. Entre ses deux tantes, un oncle terrifiant et une grand-mère endormie, sans oublier un village fantôme et un manoir vieux et vivant, elle a de quoi s’occuper. Tout ceci, sans oublier les personnages secondaires!

Je ne vous parle volontairement pas de l’intrigue car je pense que le moindre spoiler vous priverait du plaisir de la découverte.

J’ai pu lire ce livre via NetGalley. Les éditions Explora m’ont permis de lire ce livre, mais en ebook. Je dis  »mais », car dans ce cas précis, j’ai tellement aimé ce roman que je me le suis commandé en papier!!

Vous l’aurez compris, je vous conseille chaleureusement ce livre. Je lui garde une belle place dans ma bibliothèque!

Une enquête de Beatrice Hyde-Clare T1; une insolente curiosité – Lynn Messina

Entre Jane Austen et Les Chroniques de Bridgerton, une enquête haute en couleurs au temps de la Régence anglaise menée tambour battant par une héroïne malicieuse et attachante.

Rien ne gâche mieux une fête qu’un meurtre sanglant dans la bibliothèque…

Beatrice Hyde-Clare détonne au sein de la noblesse anglaise : orpheline sans mari, elle dépend de la générosité de son oncle et de sa tante. Elle s’efforce donc de rester docile, respectueuse et à sa place.

Mais quand Bea trébuche sur le corps sans vie du pauvre monsieur Otley dans la bibliothèque de la demeure des Skeffington, elle oublie aussitôt de se comporter en véritable lady et se lance en quête de la vérité, quitte à manquer de respect aux autres invités… et au divin duc de Kesgrave.

Mon avis:

Je me suis régalée avec ce roman. Et pourtant, ce n’était pas gagné.

Quand j’ai commencé ma lecture, j’ai eu beaucoup de peine avec la pluie de noms de personnages, avec des descriptions à rallonge, un rythme très lent et une Beatrice que je n’arrivais pas à cerner. Je n’en voyais pas le bout et me demandais comment j’allais arriver au bout du roman. Et puis, il y a eu ce moment où j’ai croché.

J’ai compris Beatrice, une jeune femme forcée de faire profil bas mais dont le naturel ne demande qu’à se montrer. Il y a donc la Beatrice que sa tante et ses cousins connaissent, et il y a celle dont l’esprit affuté, la curiosité et l’intelligence qui reste en retrait. C’est cette seconde personnalité que va rencontrer le duc de Kesgrave. Ce dernier est aussi plus complexe que ce qu’il paraît. Le duo, innattendu, va fonctionner comme jamais.

Et alors que j’avais beaucoup de peine à rentrer dans l’histoire, la magie a fonctionné et je me suis absolument régalée. J’ai adoré l’humour de ce roman. J’ai passé un excellent moment rien qu’à ce niveau.

Et puis, il y a la répartie du duo, qui est absolument savoureuse. J’ai apprécié de voir le duc qui, peu à peu, prenait la mesure de Bea. Lui-même ne se serait pas douté qu’un esprit pareil se cachait derrière une jeune femme aussi effacée. Cette dernière avait aussi déjà jugé et condamné le duc alors qu’en réalité, c’est une personne toute en nuance.

En style de huis-clos, ce cosy mystery se déguste avec une tasse de thé, installé dans un bon fauteuil. Si l’enquête se déroule tranquillement, l’ambiance et le style m’ont emportée jusqu’au bout.

J’ai directement regardé si la suite était disponible et j’ai été ravie de constater que c’était bien le cas!

Alors si deux-trois détails m’ont un peu gênée, cela ne m’a pas empêchée de ressentir un petit coup de coeur pour cette lecture qui a su me surprendre agréablement.

Merci à NetGalley et Les Escales pour la lecture de ce livre!

Our chance for love – Bérengère Gadret

Il suffit d’un rien pour que tout bascule ; avec le décès de ses parents, Charlotte l’a bien compris. Depuis, elle a toujours fait en sorte de garder le contrôle sur sa vie : aussi bien au travail qu’en amour. Alors, quand on lui a successivement annoncé que le magasin dans lequel elle était employée depuis des années fermait ses portes et que sa tante lui léguait une maison à la campagne, elle a tout de suite mis en place un plan d’action pour rebondir. Déménager et reprendre l’épicerie du village ne l’effraie pas, non, ce qui l’inquiète, c’est de devoir travailler avec Matthieu. Car, s’il y a bien quelque chose qu’elle ne contrôle pas, ce sont les réactions que provoque chez elle le jeune maraîcher : son sourire craquant et ses yeux chaleureux lui font perdre tous ses moyens. Pour l’instant, elle a choisi la stratégie de la fuite… mais elle sait qu’elle ne pourra pas l’éviter éternellement.

Mon avis:

Je remercie NetGalley et les éditions Harlequin pour la lecture de ce livre.

C’était une lecture toute douce. Une jeune femme se retrouve forcée de se remettre en question et c’est ainsi qu’à travers un héritage innattendu, Charlotte va oser changer de vie.

Ce petit village dans lequel elle va tenter d’ouvrir une épicerie m’a énormément plu. J’avais envie d’y aller. Il y a ce calme, cette vie de village et des paysages qui donnaient bien envie.

Charlotte a du cran et de l’obstination. Sauver un commerce promis à une faillite permanente en ne connaissant pas la région n’est pas une mince affaire. Heureusement, Charlotte a le contact facile et l’envie de vivre cette nouvelle vie à fond. Matthieu, maraîcher du coin, va l’aider à la fois à pérenniser son commerce et à reprendre confiance en elle tout en se redécouvrant.

A travers cette lecture, vous ne trouverez pas de grands bouleversements, pas de scènes d’action fracassantes mais plutôt des scènes de la vie quotidienne de Charlotte, avec ses hauts et ses bas. A travers elle, le lecteur découvre le plaisir des choses simples et pour ma part, c’était tout ce que j’aime. La joie de la campagne, le bien-être chez soi, les légumes, la satisfaction engendrée par un travail qui nous convient: les thématiques que j’ai croisé dans cette histoire m’ont parlé sur bien des points.

En résumé: à travers des sujets qui me touchent au quotidien, ce roman très doux m’a fait passer un bon moment et je le recommande pour les amateurs du genre.

Bigoudis et petites enquêtes; Panique à Wahlbourg – Naelle Charles – Archipel

Résumé:
Quand la coiffeuse démêle l’enquête
Léopoldine Courtecuisse est coiffeuse dans le bourg alsacien de Wahlbourg. Entre teintures, shampoings et coupes de cheveux, cette trentenaire peine à gérer ses deux adolescents, depuis que leur père l’a quittée pour sa jeune sœur. Depuis toujours, elle déteste son nom de famille et supporte de moins en moins ses parents qui ne jurent que par leur cadette. Mais elle reste résolument optimiste grâce à ses séries policières préférées qui n’ont pas plus de mystère pour elle que les petits secrets des clientes de son salon.
Un soir, elle découvre le corps sans vie d’une caissière sur le parking de l’hypermarché. Alors que toute la population est sous le choc, Léopoldine, qui a toujours rêvé d’être flic, en est désormais certaine : elle va pouvoir montrer à tous quelle incroyable enquêtrice elle est.
Et ce n’est certainement pas cet arrogant lieutenant Delval qui l’en empêchera, foi de Léopoldine Courtecuisse ! Il se pourrait même qu’il soit contraint de solliciter son aide…

Mon avis:

Encore une belle lecture chez Archipel. Je me suis franchement régalée avec cette enquête décalée.

Léopoldine n’a rien d’une superhéroïne, mais il faut lui accorder une grande ténacité, des enfants incroyables et un sacré humour. Elle va mener la vie dure à Quentin alors que ce dernier, tout fraîchement arrivé, subi sa punition en serrant les dents. Il y a donc d’un côté la mère de famille divorcée qui se bat pour réussir et de l’autre, le jeune lieutenant qui a fauté et qui se retrouve acculé et plutôt hargneux.
Ce duo est génial. Ils sont tellement différents mais avec un but commun. Résultat: ils sont assez efficaces. Leurs méthodes sont assez peu orthodoxes, entre travail policier et commérages améliorés. Sur fond de dialogues savoureux, ce roman m’a fait beaucoup rire. Mais s’il y a de l’humour, il y a des thèmes plus sérieux qui apparaissent sans en avoir l’air: un peu de manipulation, de tromperie, d’éducation… et franchement c’était très bien amené, avec une psychologie assez intéressante et sans que cela soit lourd et plombant.

J’ai tellement aimé ces personnages si authentiques et extravagants. Si le final était assez surprenant, j’avais néanmoins deviné une bonne partie. Et pourtant, cela ne m’a pas du tout empêchée d’adorer cette lecture que je n’ai pas, au fond, lu pour savoir qui était le meurtrier, mais pour me faire plaisir avec un cosy mystery français plein d’humour aux personnages attachants que je me réjouis d’ailleurs de retrouver à la fin de l’année pour une nouvelle aventure.

Je vous conseille absolument ce roman si vous cherchez un moment drôle, sympa et décalé!

Prospérine Virgule-Point et la phrase sans fin – Laure Dargelos – éditions Rivka – #PLIB2022

Demi-Mot aurait pu être un village ordinaire, s’il n’était pas bâti à la limite du Texte. Jour après jour, les habitants polissent et astiquent les lettres ; ils entretiennent ces milliers de caractères qui, sans leur concours, se seraient déjà effondrés. Chez les Virgule-Point, l’aînée de la fratrie a choisi une voie bien différente : fleuriste ! Elle préfère bichonner des Trompettes à pétales plutôt que de faire prospérer l’empire des points et des virgules. Mais un événement inexplicable ne tarde pas à l’entraîner dans une spirale qui la dépasse.?

Quelle pépite ce roman! Le titre et la couverture m’avaient intrigués et dès les premières lignes, j’ai été happée par le style et l’univers. Comme c’est original! Et bien fait!

Je buvais du petit lait en fait, si vous me permettez l’expression. Imaginer que chaque écrit vit m’a particulièrement plu, moi qui ai écrit quelques histoires pendant mon adolescence.

Le personnage de Prospérine, loufoque et généreux, à contrecourant des autres habitants de son village, est génial. Et sa rencontre avec un ancien du village devenu snobinard premier du nom, est pleine d’humour. Car Honoré n’a d’autre inquiétude que de repartir le plus vite possible de cet horrible endroit qu’est Demi-Mot après avoir retrouvé ses boutons de manchette dévorés par Héloïse (sorte de personnage secondaire unique au monde). Mais Prospérine étant Prospérine, il ne va bien sûr pas du tout en être ainsi. Et c’est sans trop comprendre pourquoi ni comment qu’il va former un duo avec la jeune demoiselle pour découvrir qui cherche à détruire leur village.

Dans ce livre, il y a de l’humour, de l’action, un univers barré et terriblement bien construit, des personnages attachants, et le meilleur… un livre!!

Je dois vous parler du livre papier.

J’ai pleins d’ebooks et j’adore les avoir. Mais il y a des livres qui ne doivent être lus qu’en papier. Celui-ci en fait partie. Car l’histoire imaginaire quitte le fictif et prend vie grâce au livre papier. C’est magnifique. Je me suis régalée de voir comme la mise en page était modifiée selon ce qu’il se passait dans le récit. Vraiment, je vous le conseille: lisez-le en papier. Il est beau comme tout. La maison d’édition vient de refaire une réimpression du livre avec pas mal de modifications mais j’ose imaginer que ce livre reste une beauté en tant qu’objet-livre.

En résumé, vous l’avez compris: c’est génial, ce livre est tellement beau, c’est si original d’entrer dans un livre et de tomber dans un univers également livresque, j’ai adoré les personnages, l’histoire, l’humour! Bref, quasiment tout.

Seul ombre au tableau, l’explication finale sur un certain personnage qui ne m’a pas complètement convaincue. Mais qu’à cela ne tienne, j’ai tellement aimé le reste que j’ai balayé ce petit point négatif sans effort.

Ce livre est finaliste du #PLIB2022 et je lui souhaite tout le meilleur!

#ISBN9782957023745

Sexy & Scottish – Ellie Ainsley

Elle ne le supporte pas… mais il hante chacune de ses pensées !

Jessica ne regrette rien ! Quitter New York pour s’exiler en Écosse et travailler dans une petite librairie familiale était la meilleure décision de sa vie. Les paysages sauvages, le charme du village, les rayonnages de livres… ici, tout est parfait ! Enfin presque. Car elle déteste son voisin de palier du Bed & Breakfast où elle a élu domicile, Douglas McDougall. Cet homme est vraiment arrogant et irrespectueux, mais le pire c’est qu’il est aussi très séduisant, avec ses yeux clairs, sa bouche bien dessinée et ses épaules carrées. Résultat, elle est chaque fois tiraillée entre une féroce envie de le gifler et un désir irrépressible de l’embrasser. Et, quand elle apprend que Douglas fait partie de la noblesse écossaise, une seule chose lui vient à l’esprit : qu’il soit lord ou pas, il est grand temps que quelqu’un remette Douglas McDougall à sa place !

Mon avis:

Je remercie NetGalley et les éditions Harlequin, une fois de plus, pour la lecture de ce livre.

J’aime beaucoup L’Ecosse, l’ambiance petit village, le fait de tout laisser derrière soi pour se lancer dans l’inconnu… alors forcément quand j’ai découvert ce résumé, j’ai tenté ma chance.

C’est une histoire toute douce dans laquelle je me suis bien sentie. J’ai tellement aimé ce village, ces habitants, la librairie, les paysages… c’était vraiment un chouette moment.

Jessica, c’est de la franchise, un caractère bien trempé et spontané, c’est une personne honnête, entière et dynamique. En face, il y a Douglas, un homme plus complexe que ce qu’on pourrait croire. De prime abord, un homme froid, désagréable, snob… et puis finalement, on découvre quelqu’un qui n’est pas tant que ça sûr de lui, qui est hésitant, généreux, passionné… Très clairement, il est plus complexe que Jessica mais pour autant, les deux vont pouvoir beaucoup apporter à l’autre.
C’est une histoire doudou qui fait du bien. Alors si la chute était un peu grosse à mes yeux, je suis passée dessus sans trop de difficulté parce qu’au fond, ce que je cherchais en lisant ce livre, c’était de la détente, de l’émotion et une ambiance cosy toute écossaise comme ça a été le cas.
L’immersion dans ce petit village était parfaite. J’avais vraiment l’impression d’y être et je n’aurais pas été contre un petit séjour là-bas. Le petit plus étant le fait que l’intrigue se passe sur plusieurs mois, on passe de l’automne à l’hiver avec toute la beauté qu’apportent ces belles saisons.

En résumé, une lecture toute douce, agréable et facile qui fait du bien et vous emmène dans un joli petit village écossais avec tout un panel de personnages drôles et attachants.

Flirting with 40 – K.Bromberg – Hugo & Cie

La nouvelle comédie romantique de K.Bromberg que vous allez adorer Blakely Foxx vit une de ces années.

Son divorce à peine prononcé, son ex est déjà fiancé à une bimbo qui a la moitié de son âge. Sa jeune boss est déterminée à saboter ses chances d’obtenir la promotion qu’elle mérite. Et pour ne rien arranger, elle est sur le point de fêter ses 40 ans.

Lorsque Blakely rencontre Slade Henderson, elle se demande pourquoi ce jeune chirurgien cardiaque d’une trentaine d’années, sexy en diable, s’intéresse à elle.
Elle sait qu’il va très certainement lui briser le coeur, mais elle est prête à prendre le risque.

Mais Slade est la preuve vivante que les hommes bien existent, non seulement il l’aide à obtenir cette promotion, mais il l’encourage à redevenir la Blakely qu’elle était avant son mariage : drôle, combative, confiante.

Et qui sait peut-être que ce jeune homme que Blakely considère comme un tremplin pour passer ce cap difficile se révèlera être bien plus que cela ?

Mon avis:

Quelle belle surprise que ce roman, déniché sur NetGalley aux éditions Hugo & Cie. J’ai passé un excellent moment, vraiment.

Blake est une femme touchante, perdue suite à une relation qui l’a détruite à petit feu et qui l’a laissée sans plus aucune estime d’elle-même. Dans le même temps, elle se retrouve à un tournant dans sa vie professionnelle elle, plus ancienne face à des jeunes très déterminées.

Alors quand, désabusée, dans un bar, elle se retrouve face à un homme très séduisant de plusieurs années plus jeune qu’elle, Blake ne comprend pas, n’imagine pas qu’il puisse s’intéresser à elle.

Ce qui aurait pu être une romance basée sur une différence d’âge qui aurait pris toute la place dans l’intrigue n’est finalement qu’un exemple de plus pour illustrer son manque de confiance en elle. Et c’est Slade, la personne qu’elle n’aurait jamais pensé rencontrer qui va tout bouleverser. A l’inverse, Slade qui vit une période incertaine et difficile, va trouver en Blake une bulle d’oxygène qui va lui montrer que oui, les belles surprises existent.

Ils n’avaient aucune raison de se rencontrer et encore moins de se recroiser. Et pourtant, de situations inattendues en situations cocasses, les voilà partis pour une aventure à deux où il est question d’oser s’affirmer, avoir confiance en soi, dialoguer, lâcher-prise et vivre tout simplement sans se laisser atteindre par le regard des autres. Simple en théorie, plus compliqué en pratique.

J’ai vraiment adoré cette lecture que j’ai trouvé doudou, drôle et touchante aussi. Je recommande 🙂

No love, no hurt – Emma Berthet – Harlequin

Avec lui, elle prendrait tous les risques. Celui de vivre, d’aimer… et de souffrir.

Avery pensait avoir mis au point le plan parfait pour être heureuse :
1) revenir s’installer à Jersey City, sa ville natale ;
2) terminer là-bas ses études de droit ;
3) consacrer du temps à Dylan, son petit ami, et donner une vraie chance à leur couple.
Mais elle avait oublié une chose : tout plan comporte des imprévus, et le sien s’appelle Logan. Dès qu’elle l’a croisé sur le campus, elle a compris à qui elle avait affaire : le genre de mec à l’ego surdimensionné, qui ne respecte rien ni personne. Sauf que Logan se révèle être aussi un brillant étudiant qui pourrait bien devenir un adversaire redoutable dans la course à la première place. Et ça, Avery ne le permettra pas. Pas plus qu’elle ne se laissera séduire par ses yeux verts perçants, ses bras musclés recouverts de tatouages ou son petit sourire insolent… Non, quoi qu’il arrive, elle ne doit pas laisser Logan bouleverser son plan. Ni son cœur.

Je remercie les éditions Harlequin et NetGalley pour la lecture de ce livre qui a été un beau coup de coeur. J’avais découvert Emma Berthet avec sa nouvelle dans:  »Tous les chemins mènent au mec de tes rêves » et j’avais noté son nom et étais restée attentive à de futures parutions. J’ai donc craqué pour  »No love, no hurt » dès sa sortie même si j’avais quelques craintes au vu du résumé.

De fait, je craignais qu’Avery et Logan restent sur un conflit quant à être le meilleur étudiant et également que le probable triangle amoureux entre Avery, Logan et le futur ex soit un peu bancale car je ne m’en cache pas, je déteste les triangles amoureux.

Or, pas du tout. C’était maîtrisé du début à la fin et ce, avec sensibilité.

Avery est cassée. C’est une personne qui tente d’avancer à tout prix mais peu d’éléments, dans son entourage, lui permettent de vraiment se reconstruire et repartir sur des bases saines. On ne va bien sûr pas découvrir tout de suite ce qu’il s’est passé, mais peu à peu, nous allons apprendre à mieux la connaître et franchement, ce n’est pas triste. Ce qui lui est arrivé est plus que difficile. Emma Berthet traite plusieurs sujets délicats avec beaucoup de sensibilité, de justesse et de respect de la personne. J’ai été surprise de retrouver ces sujets dans ce roman, au vu du résumé, je ne m’y attendais pas. Pour autant, j’ai vraiment apprécié, que ce soit la part un peu noir qu’on retrouve dans la vie d’Avery et de Logan ou cet espoir qu’Emma Berthet met en avant d’aller mieux et d’aimer sans obstacle.
Comme je viens de le dire, Logan a également son bagage avec lui. Avec Avery, il va découvrir que de travailler sur son passé, oser le regarder en face va lui permettre de pouvoir vivre le présent et se tourner vers l’avenir. L’un et l’autre vont finalement s’apporter quelques outils, une présence, de l’amour et ainsi, se tirer mutuellement vers le haut. C’est un duo qui fonctionne. Il n’est pas parfait, loin de là mais au final, ce n’est pas ça qu’on leur demande. Au contraire, juste être humain, c’est peut-être déjà pas mal.

Si vous rajoutez par dessus un contexte d’étude de droit, avec une rivalité au final assez positive entre Logan et Avery, vous avez la garantie d’avoir droit à un panel d’émotions et d’actions à la fois drôles, tragiques, touchants ou encore révoltants. J’ai été embarquée par ce duo, mais aussi par les personnages secondaires qui m’ont fait vivre beaucoup de choses au fil des pages. Si j’ai eu peur que le livre soit trop épais, je dois avouer l’avoir dévoré sans avoir vu le temps passé.

C’est une romance qui propose de se regarder en face, affronter ses problèmes et laisser le malsain derrière pour vivre quelque choses d’infiniment plus agréable. Et sain. Car oui, c’est possible. Ca peut être dur, car il faut de la force et du courage pour faire ce que Logan et Avery font dans ce roman. Mais on le voit bien, cela en vaut largement la peine.

Jeanne Eyre – Sur les pas des chevaux – Agathe Roméo – éditions Kadaline

La vie de la petite Jeanne bascule lorsqu’elle devient orpheline. Maltraitée par une tante qui ne voulait pas d’elle, c’est toutefois dans son domaine équestre que la petite fille fait connaissance avec les chevaux, ces êtres paisibles qui deviennent dès lors son point d’ancrage.
Désormais jeune femme et après une adolescence passée en pensionnat, Jeanne, qui a réalisé son rêve d’être monitrice d’équitation, accepte un premier emploi comme monitrice particulière d’une petite fille. Lorsque Jeanne rencontre le père de son élève et maître des lieux, l’intriguant M. Rochester, elle tombe peu à peu sous son charme, loin de se douter que le passé trouble de cet homme mystérieux pourrait les rattraper.
Adaptation moderne du chef-d’œuvre de Charlotte Brontë : « Jane Eyre », ce roman tout à la fois subtil et profond présente une psychologie des personnages superbement orchestrée. Fidèle à l’esprit du classique dont il s’inspire, il s’ancre toutefois sans artifices dans son nouveau socle contemporain.

Je remercie infiniment les éditions Kadaline pour la lecture de ce livre. Jane Eyre est un roman et des films que j’affectionne tout particulièrement. Avec les histoires de Jane Austen, il fait partie de mon top de grands classiques anglais.

C’était une lecture très agréable. Elle se suffit à elle-même, arrive à se détacher de l’oeuvre originale en proposant un univers et une période très différente de celle de base. Inclure les chevaux dans cette réécriture est un pari qui est gagnant. J’y ai trouvé une douceur et une ambiance qui m’a captivée de bout en bout. Le petit plus: les souvenirs très vivaces de l’oeuvre de Charlotte Brontë qui faisaient que j’attendais avec beaucoup de curiosité certains événements dans ce roman en me demandant comment Agathe Roméo allait le reproduire. Très souvent, je souriais, ravie de ce qui m’était alors proposé.

Une lecture entraînante de base, avec une quantité de petits plus lorsqu’on connaît Jane Eyre. Il y a encore quelques années, je n’aurais pas voulu le lire en bloquant sur le fait que dans les grandes lignes, je connaissais déjà l’histoire et pensant toujours le comparer au roman de base. Cependant ici, j’avais juste le plaisir de découvrir une autre Jane, une autre imagination, un autre univers avec toujours ce qui m’avait plu chez Charlotte Brontë.

Jeanne m’a touchée et m’a donné envie de savoir comment elle allait s’en sortir. Son enfance l’a façonnée et elle aurait pu finir comme ses cousins si de multiples belles rencontres ne lui avait permis d’avancer, un pas après l’autre, vers une paix si difficile à atteindre. Je parle là de rencontres humaines, mais aussi équines. Sa passion va être à la fois une béquille et aussi un but à atteindre.

Rochester va être surpris et déboussolé par l’arrivée dans son monde d’une petite bombe. Oui à priori, Jeanne est quelqu’un qui est devenu discret mais quand on gratte un peu, on obtient une femme à la personnalité entière avec tout un panel d’émotions. J’ai apprécié leur approche toute douce, j’ai savouré tout particulièrement leur échange qui concerne la voyante, mais j’ai un peu été agacée par les passages où il se révèle très amoureux. Quelque chose me dérangeait à ce niveau. Mais je crois bien que c’est le seul point qui m’ait dérangé dans ma lecture. Sinon je dois dire que j’ai eu du plaisir du début à la fin. Jeanne est quelqu’un d’attachant ainsi que les chevaux et les personnes qu’elle va rencontrer au fil des pages.

Une lecture doudou, qui se déguste et permet pour des lecteurs avertis, de replonger un instant dans un univers un peu magique.

Noël désastreux, mariage heureux – Christelle Da Cruz

Noël sera peut-être raté… mais au moins il sera pimenté !

Cat le savait : passer Noël dans les Pyrénées pour préparer le mariage de la mère de Maxime, son meilleur ami, promettait des vacances chaotiques. Son rôle de témoin l’occupe déjà à plein temps, et voilà qu’elle doit en plus garder les trois petits monstres de Maxime en attendant que ce dernier revienne de New York. Mieux encore : elle est obligée de se coltiner Gaspard, l’un de ses amis, un mec coincé, rabat-joie et psychorigide. Et ça, c’est la goutte de lait qui fait déborder le chocolat chaud ! Le pire, c’est qu’elle arrive encore à le trouver canon avec son petit air de Lenny Kravitz. Après tout, quitte à passer un séjour en enfer, pourquoi ne pas en profiter pour apprécier la chute de son joli fessier sur les pistes de ski…

Un grand merci à NetGalley et Harlequin pour la lecture de ce livre. Je l’ai lu pendant les fêtes et franchement, c’était l’une des meilleures lectures de Noël que j’aie pu lire jusqu’à présent.

Il y a tous les ingrédients qui sont réunis:

Tout d’abord, cela se passe à la montagne, dans une station de ski. Ensuite, Cat loge dans un chalet avec tout un panel de personnages très variés comme des enfants, une ado, des sexagénaires, le meilleur ami et bien sûr, le personnage masculin qu’elle pense détester. Il y a des pâtisseries de Noël, de la musique, évidemment de la neige et du ski, du fromage (c’est absolument nécessaire) et beaucoup d’humour.

J’ai adoré Cat et Gaspard qui étaient depuis assez longtemps sur la même longueur d’onde en croyant pourtant être à des étages différents. Ils ont des personnalités très différentes et ils vont mettre du temps à comprendre cela, mais aussi à réaliser que ce que l’on voit de quelqu’un n’est pas forcément la réalité. Il y a ce que l’on montre, et ce que l’on est.

J’ai adoré les réparties entre les personnages, que ce soit entre Cat et Gaspard, ou même Max et tout le monde. La relation entre Cat et l’aînée de Max est aussi géniale. De manière générale, il y a une chaleur entre chacun d’entre eux qui m’a beaucoup plu. Le couple formé par la mère et beau-père de Max apporte aussi une touche de fraîcheur de par leur histoire d’amour tardive qui rayonne sur toute la famille.

C’était doudou, drôle et distrayant. J’ai vraiment beaucoup aimé, c’était une super lecture que je pense me relire avec plaisir en papier l’hiver prochain!