Imaginales 2018

Les Imaginales, c’est l’endroit où je me sens dans mon élément à 100%.

Je suis pour la 1ère fois venue avec une belle équipe composée des célèbres cousines: Bubulle, Gallou, Mandy et Harmony. Sans oublier mon mari 😉 C’était en 2013. Cette année, c’était donc mes 6ème Imaginales.

Et depuis, j’y viens chaque année. Qu’une seule fois, je suis venue 1 jour et c’était dur à supporter. J’y suis venue 3 ans avec mes bébés, mais question financière et soyons honnêtes, organisationnelle (mon no2 est une bombe d’énergie), mon mari et moi sommes venus seuls cette année.

—————————————————————————————————————————————–

Ce jeudi, j’ai participé à deux conférences et une projection:

  • 11h. une projection sur John Howe et le Haut-Koenigsbourg suivi de l’intervention de l’historien Georges Bischoff. C’était très intéressant, surtout Bischoff qui est un sacré personnage 😉 J’ai eu le plaisir de le retrouver à ma 1ère conférence du jour!
  • 14h.: La fantasy historique… Une histoire qui n’a jamais existé? avec Silène Edgar, Georges Bischoff et Sylvie Miller ainsi qu’Anne Besson pour la modération.
    J’aime beaucoup Anne Besson. Elle est passionnée, drôle et apporte une bonne dynamique. En plus, je ne peux pas m’empêcher de repenser à ce fameux pic-nique dans l’herbe où ma fille de 15 mois s’était approchée sans façon d’elle pour lui piquer son tiramisu 😛 Bref je m’égare…
    C’était vraiment très intéressant. J’ai énormément apprécié la vision qu’a Silène Edgar de la véracité historique. Elle est un brin perfectionniste, dans le bon sens du terme. C’est vraiment quelque chose qui lui tient à coeur et j’apprécie énormément cela.
    De la conférence, j’ai notamment retenu le fait que la véracité historique, dans les écrits, peut être sujet à caution. Silène Edgar le montre dans  »14-14 », en montrant que la 1ère guerre mondiale n’était pas la  »surprise » qu’on cherche à nous faire croire de manière générale. Il y avait d’autres exemples, mais celui-ci m’a parlé et c’est pourquoi je le mets en avant.
    Le fantastique, pour elle, est un prétexte pour permettre aux jeunes à entrer dans l’Histoire, à s’identifier, grâce à cet effet d’aller -retour passé-présent. J’aime bien l’idée car effectivement, l’Histoire paraît rébarbative pour beaucoup et moi qui aime tellement ça, voir que des auteurs ont à coeur de mettre ce domaine à portée de tous, je trouve ça génial.
    Miller a mis en avant qu’écrire de la pure fantasy, dans un monde totalement inventé, est un tout autre exercice. Et que ce n’est pas forcément évident. Ce que je crois bien volontiers.
  • 18h.: Epéiste et autres sabreurs… La fantasy, parfois, ça pique! avec Charlotte Bousquet et Ellen Kushner, modéré par Anne Besson.
    Charlotte Bousquet et Ellen Kushner sont très différentes et si je connaissais la 1ère, j’ai découvert la seconde avec son accent américain juste adorable. Elle parlait un français avec un accent… ce n’était que du plaisir!  Et chapeau bas à sa diction lorsqu’elle parlait anglais, j’arrivais à presque tout comprendre! Et je suis très mauvaise à l’oral ^^’
    Bref. Charlotte Bousquet a lâché s’être énormément inspirée des Jeux de rôles pour le côté  »escrime » de ses romans. Mais aussi de films comme Zorro, La fille de d’Artagnan, La Courtisane. Elle a aussi dit que si elle était moins réaliste dans certains de ses romans, ceux qui étaient  »historiques » étaient aussi réalistes que possible. Ellen Kushner par contre, avoue ne pas s’être concentrée sur le réalisme des combats, mais a plutôt choisi de mettre l’accent sur le ressenti. C’est -à-dire que pour elle, ce qui compte, c’est que le lecteur ait l’impression d’y être. C’est comme si elle-même était spectatrice du combat de ses personnages. Tout est dans l’imagination du combat. Et elle a cité des films comme Roméo et Juliette, Les Trois Mousquetaires ou des livres de Dorothée Dunnett.
    Une autrice qui m’a surprise, dont nous avons adoré l’humour. Résultat, nous sommes allés nous inscrire pour le déjeuner avec elle samedi!

Achats:

2018-05-24 16.00.20

Avec la dédicace pour le tome 1 que j’avais déjà lu. Entre-temps, j’ai dévoré le tome 2 et j’attends plus qu’impatiemment le dernier tome!

2018-05-24 19.47.37Lecture en cours 🙂

—————————————————————————————————————————————–

Vendredi, j’ai fait une conférence.

Le thème était: Boîte à doutes, gueuloir, ou… relaxation tantrique? Mes trucs d’écrivain! avec Marie Caillet, Lionel Davoust et Gabriel Katz, modéré par Silène Edgar.

  • Marie Caillet a lancé la boîte à doute, cela l’aide énormément pour écrire. Dans cette boîte, elle met toutes ses interrogations afin d’en garder une trace. Elle avoue être assez scriptural mais… aussi qu’au bout d’un moment, elle se laisse aller grâce au fait qu’elle a déjà quelques livres publiés derrière elle et donc, de l’expérience.
  • Gabriel Katz est très à la bourre et fonctionne beaucoup au stress pour l’écriture. Il a avoué prendre aussi pas mal de projets d’écriture… ceci explique cela 😉 On ne parlera pas de ses tirades sur la douche et l’inspiration hein 😉 Ou de la relaxation tantrique? Ok ok continuons. Donc lui, son inspiration, il l’a sous la douche (j’y reviens finalement). Et son truc, c’est d’en sortir (ben oui, faut bien :P) et de jeter ses idées sur un doc à l’ordinateur. Plus tard, il reviendra y piocher ses idées.
    J’ai d’ailleurs beaucoup aimé sa façon d’appréhender l’écriture. Il conseille de se laisser porter par l’écriture. Lui s’amuse énormément et quand on l’entend parler, on ne peut qu’en être convaincu 😉
  • Lionel Davoust conseille d’écrire tous les jours. Même si ce n’est que 5 minutes. Car l’histoire, les personnages… l’écriture est comme un muscle qu’il faut entraîner.
    Il faut intégrer la technique d’écriture pour qu’elle puisse s’effacer et laisser venir ce qu’on a au fond de soi et qui est naturel.
    Avec Mélanie Fazi et Laurent Genefort, il a créé un podcast sur l’écriture qui dure 15 mn avec le soutien d’Elbakin. Il fallait le faire, il se nomme: Procrastination.

Ce jour-là, je n’ai rien acheté mais j’ai fait dédicacer 4 livres!

Pour le plaisir, je vous mets la dédicace de Gabriel 😉 (navré pour la qualité de la photo ^^’) Je lui ai demandé Monsieur 10’000 mètres.

 

—————————————————————————————————————————————–

Samedi, nous avons assisté à une conférence plus que  »piègeuse » car elle nous a poussé à l’achat!

C’était: Tueur à gages, chasseurs de prime, espions… Voici le temps des assassins! avec RJ Barker, Jean-Philippe Jaworski et Patrick Moran, modéré par CHristophe de Jephanion.

C’était très intéressant. Je peux écouter Jaworski pendant des heures. Sa façon de parler, ce qu’il raconte me passionne énormément. Cependant, j’ai plutôt retenu les interventions des deux autres auteurs qui m’étaient inconnus.
Barker avait une façon de parler de son univers et de ses deux personnages qui m’a interpellée. De prime abord, cela semble assez classique, mais il y a eu ce petit quelque chose qui nous a poussé à l’achat et.. à le faire dédicacer bien sûr 😉 Elle décrit la technique de combat de ses personnages comme étant celui des ninjas… de plus, l’un de ses personnages est pied-bot. Sans parler du fait que ce sont des assassins… en bref, mon mari tout particulièrement était pris dans ses filets 😉
Patrick Moran est un tout nouvel auteur et je l’ai trouvé particulièrement à l’aise avec ses lecteurs. Parler lors d’une conférence peut s’avérer stressant, surtout lorqu’on vient de publier son premier roman… mais pas pour lui. C’était donc très facile de rester concentrer sur ce qu’il racontait.
Il nous a présenter La Crécerelle, qui est son personnage principal. C’est donc une femme maîtresse dans l’art de se battre et qui… est possédé par une entité… Dans ce livre, elle va rencontrer son opposé: une bibliothécaire! De quoi promettre de savoureux échanges.
Dans ce livre, il n’y a pas d’épée! Seulement de la magie! Intéressant non? Surtout qu’il qualifie sa magie de  »scientifique ».
J’ai apprécié sa manière d’appréhender son univers. Patrick Moran aime, au niveau de l’univers, que l’on ait l’impression d’être jeté dans un grand bassin. Au début, on ne comprend rien et peu à peu, on commence à comprendre par imprégnation.
En bref, ce livre, il nous le fallait aussi! C’est ça la beauté des Imaginales, découvrir des livres, des auteurs… et se laisser tenter!

  • J’ai assisté à un bout d’une autre conférence (le mal de tête aura eu raison de la fin). Elle était à 16h. et portait sur  »Les destructeurs de mondes…. La fantasy, mise en scène du chaos » avec Stephen Aryan, Pierre Bordage, Emmanuel Chastellière et Gabriel Katz, modéré par Jean-Luc Rivera.
    De cette conférence, j’ai surtout retenu les interventions d’Aryan que je n’avais jamais vu et… jamais lu, même si j’ai souvent vu passer ses livres. Il disait que la destruction était inhérente au genre de la fantasy.  Sa ville est d’ailleurs déjà en train d’être détruite alors même que l’intrigue n’avait pas commencé, car elle essaie de séparer les gens. Elle s’est donc elle-même condamnée.

Ce jour-là, j’ai donc fait dédicacer 4 livres et acheter  »La Crécerelle » et  »L’âge des assassins »2018-05-27 21.15.57

A la pointe de l’épée a été dédicacé lors du déjeuner. Cette autrice nous a énormément plu. D’autant plus que son livre est vraiment à part. Connaissez-vous le manièrisme? Ne vous attendez pas à de la fantasy classique, c’est vraiment tout autre chose.
On a passé un excellent moment avec elle, sa femme Delia Sherman et Jean-Claude Dunyach. Commencé à 12h.30, nous ne sommes repartis qu’à 15h. C’est vous dire 😉

2018-05-26 15.03.09

Petit clin d’oeil à Alexis Flamand, avec qui j’ai eu une discussion vraiment sympa et qui a beaucoup d’humour! Il n’a pas pu résister à souligner le pli que le livre a ramassé pendant le trajet 😛

 


 

Dimanche, j’ai également assisté à un  »bout » de conférence. ‘‘Fantasy épique… et vraisemblance historique » avec Fabien Cerutti, Lionel Davoust, Estelle Faye et Jean-Philippe Jaworski, modéré par Victor Battaggion.

  • Fabien Cerutti était enthousiaste lorsqu’il parlait de sa relation avec l’Histoire. Ca faisait vraiment plaisir à voir. J’aime bien cet auteur, même si j’avoue ne l’avoir encore jamais lu. Un jour un jour (petit coup d’oeil anxieux à ma pal)! Il racontait qu’il n’utilisait qu’une infime partie de ce qu’il apprenait lors de ses recherches mais.. que c’était la meilleure. Pour lui, l’Histoire qu’il met dans ses romans est comme un vernis, une atmosphère. J’adore l’idée. Sur ce point, Jaworski partagait d’ailleurs son approche. Il parlait même de  »vernis d’historicité » 😉
    J’ai retenu, un peu pêle-mêle, que Lionel Davoust disait que le romantisme était une grande source d’inspiration. Estelle Faye de son côté, disait que l’Histoire faisait voyager. Et que le voyage est plus fort quand ça évoque quelque chose, et que ça fait réagir.
    Je ne suis pas restée longtemps, mais le peu que j’ai entendu m’a énormément plu. Je pense que vous aurez deviné mon attachement à l’Histoire, avec tout ça ^^

 

 

En bref, de belles rencontres d’auteurs, de blogueurs (encore un petit coucou à ma Camille et son Aurélien), du temps passer dans les livres, à en parler, à les vivre. Ce n’est que du bonheur! Comme chaque année!

 

 Mes achats réunis

2018-05-28 08.18.02

Publicités

La magie du rangement – illustrée – Marie Kondo

la magie du rangement ill

 

Résumé:

Et si pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l’ordre dans votre intérieur?
Voici l’adaptation graphique de la célèbre méthode de Marie Kondo, pour en finir avec la pagaille et changer votre vie !

Chiaki lutte contre un appartement désordonné, une vie amoureuse chaotique et un manque de perspective sur son avenir. Elle fait appel à Marie Kondo, conseillère en rangement. Grâce à une série de leçons amusantes et judicieuses, l’auteur aide Chiaki à remettre en ordre sa maison et sa vie.

 

Mon avis:

J’avais déjà lu  »La magie du rangement » il y a quelques années. J’avais beaucoup aimé ce que j’avais lu. Par manque de temps (fin de grossesse) et de courage, je ne m’étais pas lancée complètement dans la méthode mais j’ai déjà pu changer ma manière d’aborder les achats, arrivant à résister à l’envie d’acheter de l’inutile. J’ai aussi pris le plis de jeter ou donner ce qui n’était pas en état ou que je n’utilisais plus. Et encore deux-trois choses de-ci de-là. Rien de bien extraordinaire, mais que des petites choses qui avaient donné de très bons résultats.

Quand j’ai vu le livre  »illustré » en masse critique, je me suis dit que c’était le moment ou jamais de m’y remettre. Un grand merci à Babelio et Kurokawa pour l’envoi du livre! Le côté  »illustré » m’attirait car certaines fois, les images manquaient (dans l’édition de base) et le fait que le livre illustré soit moins développé ne pouvait pas me gêner étant donné que j’avais encore quelques souvenirs.

J’ai beaucoup apprécié que les illustrations ne soient pas de simples dessins parsemés dans tout le livre, mais qu’il soit rédigé comme un manga. C’est fluide alors même que la méthode pourrait en rebuter certains. De fait, je tiens à préciser quelques détails:

  • il ne faut pas oublier que l’autrice est japonaise. Là-bas, les règles, la mentalité: beaucoup de choses sont différentes. Peut-être qu’un jour, il existera le livre remanié pour chaque pays, mais soyons honnêtes, ce n’est pas demain la veille. Donc nous devons, quand nous commençons notre lecture, garder en tête que par certains côtés, ce qu’elle dit est impossible ou difficilement applicable chez nous. Je pense notamment au tri des papiers administratifs.
  • nous sommes tous différents. J’ai lu beaucoup d’avis fustigeant son intolérance. Attention, quand elle dit de faire telle ou telle chose, c’est un exemple. Si comme moi vous aimez les livres, forcément, vous en garderez plus qu’un non-lecteur. Oui certains auront 10 sacs à main après avoir fait leur tri, d’autres un seul. Ce n’est pas que le premier a moins bien respecté la méthode de Marie Kondo. C’est simplement que nos passions et ce qui nous met  »en joie » varie d’une personne à l’autre. Tout comme nos meubles, nos appartements, qui ne nous permettent pas de classer et ranger nos affaires de manière uniforme.

    –> donc je le répète, faites la part des choses lorsque vous lisez et appliquez la méthode. Le but est de se sentir mieux après en se respectant soi-même 🙂 Pour cela, n’hésitez pas à rejoindre des groupes facebook. Les idées et astuces y sont légions!

La magie du rangement illustrée met en scène une jeune japonaise qui travaille énormément. Elle est célibataire et passe très peu de temps chez elle. Un jour, elle se rend compte que son intérieur est un bazar complet. On ne voit plus le sol, ni aucun meuble. Elle va donc faire appel à Marie Kondo qui va débarquer chez elle. Chiaki était sûre qu’elle l’aiderait à ranger… or Marie commence par lui parler, lui demande comment elle aimerait que son intérieur soit…
Chiaki finit par comprendre que Marie Kondo ne fera pas les choses à sa place, mais l’aiguillera pour qu’elle puisse arriver au bout. En effet, la méthode n’est pas juste une nouvelle manière de ranger. Elle demande une réflexion intérieure. Ce qu’elle conseille le plus est de garder les objets qui nous mettent en joie, ce qui est bien plus positif que l’idée de: qu’est-ce que je vais bien pouvoir jeter! Pour y arriver, elle préconise un ordre. Commencer par les vêtements, les livres etc.. et garder les souvenirs pour la fin! Tout simplement parce que si l’on trie  »l’affectif » en premier, alors que la méthode n’est pas encore bien ancrée en nous, nous aurons de la difficulté à le faire correctement. Alors que rôdé par le tri de notre maison en entier, arriver aux souvenirs sera plus facile. Ce n’est qu’un exemple, ce serait trop long de décrire le livre dans son entier!
Vous remarquerez que le tri s’effectue par catégorie d’objet et non pas par pièce. Vous seriez étonné du nombre d’objets identiques que nous avons pu disperser dans toute la maison. En réunissant tout au même endroit, cela nous permet de nous en rendre compte et de savoir si cela est pertinent ou non. Au début, j’étais sceptique car il faut le dire, quand on range une pièce, on se rend visuellement compte assez rapidement du résultat. Mais quand on range par catégorie d’objets… il faut un certain temps pour qu’on voie le changement. Bien sûr, suivant l’état de votre maison et votre emploi du temps, tout peut se faire très vite.  Dans mon cas, avec deux enfants en bas âge et pas beaucoup de monde autour de chez moi pour les prendre, c’est déjà plus compliqué. Mais peut importe, pendant les siestes, je m’y mets. Ce que je peux est c’est assez. J’ai déjà fait les vêtements et les livres. Je suis impatiente de me mettre au reste. Exemple: lorsque j’aurais pu correctement trier ma cuisine, nous pourrons profiter de l’espace acquis pour l’aménager autrement. Et ca me réjouis énormément. Chaque chose en son temps cependant.

Tout ça pour dire que la méthode de Marie Kondo est excellente. Lisez le livre, il n’est pas cher et vous ne risquez pas grand chose 😉 Au pire, vous vous serez renseigné, au mieux vous y aurez gagné un bel intérieur!

 

 

[Bilan lectures] avril 2018

les rêves de mon père

173 pages en ce mois d’avril. Ma chronique ICI

couv23471031

281 pages.

Une superbe lecture ❤ Ma chronique ici

IMG_20180404_220837

352 pages

Tout pareil, juste que du plaisir! Ma chronique ici

dark web

407 pages.

Un très bon thriller  »page-turner ». Ma chronique ici

mission capitale

160 pages

Une lecture sympathique dont je suis sur le point de commencer la chronique. Elle sera prête tout bientôt!

Bilan:

Un excellent mois d’avril!  1393 pages et 5 livres lus, je bats tous mes records 😛 Plus sérieusement, lire de la jeunesse a grandement aidé à obtenir un tel résultat 😉

Sur le lot, je retiens  »La légende des quatre » et  »Moana » que j’ai juste adoré! Et le mois de mai a aussi bien commencé ^^ Rendez-vous le mois prochain 🙂

Moana T1; La saveur des figues – Silène Edgar

couv23471031

Résumé: 

La Polynésie où vit Moana est désormais couverte de neige.
Et le monde, en proie à un terrible refroidissement, doit être repeuplé de toute urgence. C’est pour cela que Moana devra bientôt se marier et avoir des enfants. Mais Moana a un secret, son arrière grand-mère, Mémine, qui reste cachée à la maison pour ne pas être envoyée comme tous les anciens dans une maison du souvenir. Mémine raconte à Moana sa jeunesse, et comment était le monde, avant la terrible catastrophe.
C’est probablement ce secret qui donnera la force à Moana de refuser sa vie toute tracée et de partir à l’aventure…

Mon avis: 

Un immense merci à Netgalley et Castelmore pour l’envoi de l’ebook. C’est à force de voir ce titre à gauche et à droite que j’ai été intriguée et que j’ai décidé d’aller voir de plus près ce qu’il en était.

Et j’ai été de suite captivée. Forcément, dans les premières phrases, Moana demande ce qu’est une marmotte. Comment?? Elle ne le sait pas? Dès ce moment-là, il fallait que j’en sache plus. Que voulez-vous, j’en ai vu des dizaines des marmottes 😉

Moana m’a énormément plu. Une jeune fille qui va sur ses 12 ans, très intelligente, vive et qui ne comprend pas, non vraiment pas, pourquoi elle devrait se marier et faire des enfants alors qu’elle pourrait partir étudier à la capitale! Mais son village n’a pas assez d’enfants… Suite à la Catastrophe, le but premier est de repeupler la Terre et donc enfanter, enfanter et enfanter. Alors laisser une jeune fille partir pour étudier…

Sauf que Moana a un secret. Elle a Mémine. Sa Mémine, c’est son arrière-grand-mère de 80 ans, que sa famille cache depuis 20 ans car toute personne âgée de plus de 60 ans est envoyée dans la  »Maison du souvenir » de la capitale. Et Mémine, c’est une grand-maman du tonnerre. Un brin fofolle, rebelle, joyeuse, aimante. Une personne qui n’a jamais oublié son amour disparu durant la Catastrophe…

Si l’intrigue a mis un peu de temps à vraiment prendre son envol, il a cependant permis de planter un décors de base triste, terne, sans aucun espoir d’avenir radieux. Personne ne voudrait être condamné à se marier à 12 ans avec pour seul rôle de pondre des gamins. Je n’appelle même plus ça avoir des enfants, c’est bien plus sombre.
Tout ca pourquoi? Parce que le gouvernement de Pondichéry a décidé que c’est ce qu’il fallait faire. Il ne faut pas poser de questions, il ne faut pas vouloir autre chose. Et il ne faut surtout pas se tourner vers le passé.

 »Moana – la saveur des figues » est un roman d’anticipation jeunesse tout simplement excellent, alliant des personnages tous plus attachants les uns que les autres, un univers mystérieux et glaçant, une intrigue douce et prenante à la fois. J’ai adoré à peu près tout, et si l’univers n’est pas aussi développé que ce que j’aurais souhaité, je veux bien croire que ce sera le cas par la suite.

Le petit plus a été la découverte d’une auteure que je croise autant sur les réseaux sociaux que dans les salons. Au plaisir de la lire à travers les aventures de Moana!

Les rêves de mon père – Barack Obama

les rêves de mon père

Résumé:

Ces Mémoires lyriques mais dénués de pathos retracent la quête identitaire d’un jeune Américain, né d’un père noir et d’une mère blanche. Dans les premières pages de son récit, Barak Obama apprend la mort accidentelle de son père, un personnage mythique à ses yeux. Cette disparition soudaine est le point de départ d’une odyssée intime qui le mènera d’abord dans une petite ville du Kansas, d’où il retracera le parcours de sa famille maternelle jusqu’à Hawaii, puis au Kenya, à la rencontre de sa famille d’Afrique, où il découvrira l’amère vérité sur son père et finira par concilier les deux versants de son héritage.

Mon avis:

Un grand merci à Babelio et Presses de la cité pour l’envoi de ce livre.

Habituellement, je ne lis pas d’essais, biographies, documentaires. Je me cantonne aux fictions pour m’évader. Mais ces temps, j’avais envie de découvrir de nouvelles choses et lorsque j’ai vu ce titre proposé durant la masse critique de Babelio, je me suis dit que c’était l’occasion de mieux  »connaître » un homme dont on a tellement parlé et dont je ne connaissais pas grand chose.

C’était très intéressant de découvrir son parcours. Sa vie est un peu partie dans tous les sens, entre Hawaï, l’Indonésie, les Etats-Unis, le Kénya… Le contexte familiale était également très compliqué. Avoir une mère mais pas de père, être noir dans un pays de  »blanc », vivre à l’autre bout du monde, avoir une soeur, tout quitter, vivre avec ses grand-parents et plus avec sa mère… Jamais rien n’a été simple. Il a dû se construire avec pleins de questions en tête.

Et que de questions il avait en lui.  Moi, en simple lectrice, je me sentais fatiguée par tous ses tourments. Bien sûr, Obama lui-même a choisi ce qu’il voulait mettre en avant dans son livre et il faut avouer que certains faits ou émotions ont peut-être un peu trop été forcés. Mais passons, pour moi, le plus important, ce n’était pas s’il avait fumé un joint, s’il pensait ceci ou cela. C’est plutôt ce que cela révèle.

J’ai découvert la vie d’un Noir élevé par des Blancs, mais qui est avant tout américain. Un Américain qui aimerait concilier les deux faces de son identité, qui se questionne sans cesse, qui interroge son passé pour affronter l’avenir. Quelqu’un qui va découvrir la ségrégation, tellement présente aux USA. Quelqu’un qui va très tôt vouloir améliorer la condition des Noirs, non pas au détriment des Blancs comme certains extrémistes le souhaiteraient, mais plutôt pour marcher ensemble.

Son questionnement sur la place des Noirs est très intéressante. Quand on veut s’intégrer, mais que tout se ligue contre soi. Quand on se décourage d’avance, quand quand…

Plus le fait qu’on parle d’Obama, c’est son regard sur la société américaine qui m’a interpellée. Et son voyage au Kénya est enrichissante. On découvre un pays qui se relève avec peine du colonialisme. J’ai tout particulièrement aimé l’intervention d’une historienne, en fin d’ouvrage, qui offre un regard très honnête sur son pays. Un pays de Noir, influencé par les Blancs et qui se cherche…

En résumé, un excellent ouvrage, très facile à lire, qui permet à la fois de découvrir le parcours d’Obama et la vie des Afro-américains qui étaient et est encore bien compliquée… Je ressors avec pleins de choses en tête et c’était le but 😉

Swap  »Calendrier des fêlés » avril 2018

Faire un calendrier de l’avent en décembre, c’est chouette. Mais c’est du déjà vu. Et revu. Donc comme on n’aime pas faire comme tout le monde, nous, on fait en avril.  Non en fait, financièrement, ca aurait fait un peu court de faire en décembre, donc on s’est dit que faire cela pour Pâques, ce serait une très bonne idée 😉

Avec ma binôme Maguisa, on s’est lancée pour 30 livres (au lieu des 24 possibles) et en ce 31 mars, nous avons procédé à l’échange. Quelle bonheur de voir tous ces livres! Avec une belle rencontre à la clé, et c’est aussi très précieux!

Voilà le lien du topic sur Livraddict –> ICI

 


 

Merci mille fois Maguisa pour tous ces cadeaux! C’était juste génial, énormément de plaisir! Et tous ces livres à ranger dans la bibliothèque, tous ces livres à découvrir! C’est vraiment extra. La rencontre était aussi beaucoup un excellent moment. Merci pour tout, vraiment!

20180331_212731

1er avril

20180401_084122

Un livre magnifique que je me réjouis de découvrir!

 

2 avril20180402_074420.jpg

Ce que la couverture est belle! Et un grand format en plus ❤

 

3 avril

IMG-20180407-WA0005

Une bd dont j’avais entendu parler via LA et je me réjouis de la découvrir ^^

–> Je vous présente ma petite dernière: Savannah ❤

 

4 avril

20180404_083216

Une chouette surprise. J’en avais beaucoup entendu parler à sa sortie et en bien! Donc c’est bien trouvé!

 

5 avril

IMG_20180405_083614

J’adore Barnaby 😉 Oui oui c’est vieux, ce n’est pas rapide-rapide… mais j’adore le côté  »british, que voulez-vous 😉

 

 

6 avril

20180406_202726

Je suis fan de Pendergast. J’ai déjà lu deux enquêtes et je me suis chaque fois régalée!

 

7 avril

IMG_20180407_104404

J’ai lu le tome 1 de l’Héritage des Darcer à sa sortie. Et… j’ai adoré. Coup de coeur! Mais voilà, je suis vraiment nulle lorsqu’il s’agit de suivre une série, et le temps que le tome 2 sorte, je me l’étais un peu sorti de la tête. Je me disais qu’il faudrait que je relise le tome 1 et… bref. Là c’est toujours le cas, il faudrait que je relise le 1, mais je suis fermement décidée à le faire, d’autant plus que j’ai la suite à la maison maintenant. Un grand merci donc!

 

8 avril

2018-04-08 17.59.33

Un classique à lire absolument! Je crois l’avoir lu il y a tellement longtemps, mais je ne me souviens de rien! 😉

 

9 avril

2018-04-09-06-36-09.jpg

J’ai lu pas mal de Mary Higgins Clark il y a longtemps. C’est l’occasion de s’y replonger!

 

10 avril

2018-04-10 10.43.39-1

Une romance croisée chez une blogueuse… ca fait du bien de temps à autre ^^

 

11 avril

2018-04-11 11.34.39

Une bd juste magnifique! Croisant fiction et documentaire!

 

12 avril

2018-04-12 08.23.43

Une valeur sûre, Nora Roberts 😉

 

13 avril

2018-04-14 07.24.21

Une surprise qui promet d’être une belle lecture!

 

14 avril

2018-04-14 07.24.39-2

Un auteur et un personnage que j’aime tout particulièrement!

 

15 avril

2018-04-15 17.22.34

Un livre que j’ai également croisé sur la blogosphère et que je me réjouis de découvrir.

 

16 avril

2018-04-16 11.34.00

Une surprise dans un genre qui me plaît beaucoup.

 

17 avril

2018-04-17 08.00.42

Une auteure dont j’entends tellement parler, dans un genre que je ne lis pas souvent!

 

18 avril

2018-04-18 07.44.18

Un livre fort! Merci pour cette surprise!

 

19 avril

2018-04-19 11.20.09

Celui-là, je suis sûre qu’il va me plaire!

 

20 avril

2018-04-20 13.46.30

Je l’ai vu et revu passer celui-là, mais je ne l’ai jamais lu… mystère! Grâce à Maguisa, je vais pouvoir réparer cette erreur.

 

21 avril

2018-04-21 22.38.59-1

Des auteurs, un personnage singulier que j’adore!

 

22 avril

2018-04-22 13.29.27

Une série que j’adore! Un livre un qui manquait à ma bibliothèque et je suis très heureuse d’enfin l’avoir!

 

23 avril

2018-04-23 11.37.07

Un auteur que j’ai aussi souvent croisé. Je suis curieuse de le découvrir.

 

24 avril

2018-04-24 06.21.34

Une suite de saga toute chouchou.

 

25 avril

2018-04-26 11.13.58

Ce livre m’a intriguée dès sa sortie!

 

26 avril

2018-04-26 11.14.13

Je suis une grande fan de Conan ❤

 

27 avril

2018-04-27 07.44.20

Je suis une grande grande grande fan de la série Rizzoli & Isles! Je suis impatiente de découvrir la série livre!

 

28 avril

2018-04-28 07.14.30

Ca promet d’être doudou!

 

29 avril

2018-04-30 10.31.40

J’ai lu ce livre il y a quelques années. J’avoue, ca n’a pas été une réussite mais comme il réunit pleins de choses que j’aime, je suis assez intéressée de le relire pour voir ce qu’il en est maintenant 😉

 

30 avril

2018-04-30 10.32.13

J’adore cette série!

 

surprise

2018-04-30 13.03.41

Ce livre en plus, petit accident mathématique, possède une couverture juste magnifique!!!

 

A la recherche du petit ami insaisissable – Nick Alexander – éditions Montlake

petit ami

Résumé:

CC a trente-neuf ans et tout semble lui réussir : elle occupe un poste à responsabilités dans une agence de publicité, vit dans un superbe appartement et a une bande d’amis homos fêtards avec qui sortir tous les week-ends.

Pourtant, un peu comme le Titanic, CC se sent sombrer inexorablement. En réalité, sa vie ne lui convient pas et elle préférerait aller cultiver des navets à la campagne plutôt que de passer sa journée à convaincre les gens d’acheter un jean révolutionnaire à double braguette. Elle rêve de rester blottie chez elle, dans les bras de son (insaisissable) petit ami, plutôt que de jouer à la reine de la nuit dans les bars branchés de Londres.

Mais rencontrer un homme célibataire et sans vice caché revient à chercher une aiguille dans une botte de foin. CC ne cesse donc de repousser son projet de changement de vie de crainte de se retrouver encore plus seule. Affronter ses démons lui permettra-t-il de rencontrer enfin l’insaisissable petit ami de ses rêves… ou est-il déjà trop tard 

Mon avis:

Un grand merci à NetGalley et Montlake éditions pour la lecture de ce livre. J’ai pu le lire quasiment d’une traite, et c’était vraiment un moment très agréable.

Le titre et le résumé promettaient une romance assez classique au final. Une femme célibataire n’arrivant pas à trouver l’homme de ses rêves et désespérant de le rencontrer avant…. eh bien c’est que le temps file, et CC a 39 ans… Pour autant, il y avait tout de même passé 500 pages et je me suis tout de même dit que ça risquait de faire un peu long…

Et pas du tout. Pourquoi? Parce qu’on ne passe de loin pas la majeure partie du livre à courir après un homme. Oui, CC cherche l’homme idéal, mais elle ne s’arrête pas de vivre pour autant, et il lui en arrive des choses!

CC, c’est la femme qui dirige sa vie d’une main de maître. Elle a un boulot qui la passionne et pour lequel elle est douée. Elle a des amis, un chat! Elle est jolie, mûre, sympathique. Bref tout pour plaire. Sauf que voilà, je parlais de ses amis…  et bien ses amis sont tous homo. Il y a bien son amie Sarah-Jane, mais en dehors d’elle, il y a Mark, Darren, Jude… toute l’équipe  »Créa » qui bosse à l’étage au-dessus d’elle, sans parler de voisins dans la vie privée. Quand CC sort, c’est pour aller en soirée avec des homosexuels. Jusque là, pas de problème, mais ce n’est pas franchement la meilleure chose à faire quand on cherche un homme hétéro, elle est la première à le souligner.

De plus, CC n’a pas eu d’expérience de couple très joyeuse…. donc entre ses sorties  »homo », son passé et son travail… ce n’est pas l’idéal pour trouver la perle rare.

Ne vous attendez donc pas à trouver l’AI  »ami insaisissable » au bout de 10 pages, pour les voir ensuite se tourner autour pendant les 500 autres pages. Ca, ca a été la bonne surprise. Parce que pour le coup, je me demandais où il était, cet homme tant attendu!

Pendant tout le roman, on suit autant CC à son travail, avec ses amis, sa mère, et ses sorties plus qu’hasardeuses avec des hommes tout autant hasardeux et ce, sur plusieurs mois. Et ce n’est pas quelque chose que je retrouve souvent en romance.

Au final, ce qui m’a un peu pris de court, c’est la part que prend la thématique  »homosexuel » dans le livre alors que ce ne sont que les personnages secondaires qui le sont. En soi, cela ne me pose aucun souci. Je dirais simplement que je ne m’y attendais pas. En fouillant un peu, j’ai donc découvert que l’auteur lui-même était gay. Ceci explique cela 😉

En résumé, j’ai passé un très bon moment. J’ai adoré CC, j’ai souvent ri, les personnages secondaires sont très attachants. De manière générale, c’est une histoire qui se lit facilement, avec plaisir et qui apporte un très bon moment de détente. Je lirai volontiers d’autres livres de l’auteur si l’occasion se représente une fois.

 

 

 

[Bilan lectures] Décembre 2017

 

 

Je commence décembre respectivement à la p.108 et 104

pas si simple

Un roman que je commence ce samedi 2 décembre pour le challenge  »Il était cinq fois Noël » —> et que j’ai terminé 3 jours plus tard 😉

Mi-décembre, j’ ai également terminé  »Fièvre née ». Me reste encore Grisha en cours!

Grisha terminé aussi ainsi qu’une lecture spéciale Noël, le tome 3 de la trilogie  »Snow Crystal »

douce caresse vent d'hiver

 

J’enchaîne avec une nouvelle lecture, Noël aussi mais avec du retard:

Un noël en sicile

Et je finis l’année à la p.40!

Je vais voir si je peux trouver le temps de faire un petit article sympa sur cette année! A plus tard donc 🙂

– Il était cinq fois Noël – Décorations de Noël

Chez nous, le sapin est en prison! Une petite chose de 10 mois en est la cause. Mais au moins, j’ai mon sapin. Mon mari ne râle même plus qu’on en ait un (vrai) et même! il va lui-même l’acheter. Je suis décidement douée 😛

J’aime bien acheter une nouvelle déco pour le sapin chaque année. Cette fois, j’ai trouvé des boules multicolores. Vu qu’on était abonné au rouge ou doré/argenté ces dernières années, et étant donné que cette fois ma 2,5 ans allait pouvoir m’aider, je me suis dit que pleins de couleur serait chouette!

Sinon niveau déco, j’ai mon buffet que je décore, mais à part ça, quelques déco aux fenêtres, sur la porte d’entrée et encore le calendrier de l’avent dans le couloir.

20171216_065711  20171216_065730

 

Lien du challenge ICI