TAG de Noël de  »Il était 6x Noël »

Aujourd’hui est le jour du Tag! Je n’ai pas été très assidue jusqu’à présent, donc je me rattrape avec une activité que je ne fais jamais habituellement: un TAG! Je vous mets ici le lien de mon article de présentation du challenge: Il était 6x Noël

>>>> Si Noël était… <<<<


Une gourmandise: une truffe au chocolat
Une musique: Mon beau sapin!
Un livre: Snow Crystal de Sarah Morgan
Un film: The Holiday. C’est incontournable.
Un souvenir d’enfance: la décoration du sapin de Noël avec ma soeur et ma mère. Encore maintenant, je me souviens des décorations et je regrette toujours de ne pas les avoir chez moi.
Une décoration: tous mes bougeoirs spécial Noël. J’en ai pleins!
Une couleur: rouge. J’adore cette couleur, mais à Noël elle me plaît encore plus.
Un cadeau: massage!!!!
Une émotion: cocooning mood!
Un plat: fondue et raclette!
Un vêtement: les grosses chaussettes méga chaudes!
Un rêve: une cheminée… j’en ai eu une pour un hiver et j’aimais tellement!
Une image: j’adore voir les photos sur instagram avec les tasses de thé/chocolat chaud, des livres, des couvertures etc…
Une tradition: une soirée DVD en famille!
Un bonbon: les Napoléon! Les bons bonbons Napoléon de Belgique miammm!



Publicités

La quête du trésor du Temple – Jean d’Aillon

la quête du trésor du temple

Résumé:

Octobre 1307, à la demande du grand maître du Temple Jacques de Molay, deux frères templiers et le chevalier Robert de L’Aigle partent dissimuler dans un lieu secret les archives et le trésor de l’Ordre. De retour à Paris, Robert apprend à ses dépens que beaucoup cherchent à en connaître la cachette. Parmi eux, le roi de France, Philippe le Bel….
13 octobre 1307. Un convoi de trois chariots s’annonce au manoir de Vaux, en Normandie. Dans cinquante coffres de fer dissimulés sous des amas de paille se cachent le fabuleux trésor et les archives de l’Ordre du Temple. Les faux charretiers, et vrais templiers, viennent les mettre à l’abri au fond d’une crypte secrète, avant de rejoindre leurs frères pour l’Angleterre.
Le grand maître de l’Ordre, Jacques de Molay, a désigné lui-même ces hommes de confiance. Parmi eux Robert de L’Aigle, jeune chevalier qui n’a pas encore prononcé ses voeux.
Depuis peu, les templiers sentent venir la disgrâce. On les accuse d’hérésie et d’idolâtrie, et le roi Philippe le Bel agirait de manière sournoise avec eux….
Robert de L’Aigle doit rentrer seul à Paris, pour rendre compte de sa mission.
Or la capitale pullule de traîtres à la solde de Nogaret, chancelier du roi, qui, déjà, a eu vent de la disparition du trésor.
Ainsi commence la traque de Robert de L’Aigle…..

 

Mon avis:

Je remercie Babelio et Les Presses de la Cité pour l’envoi de ce livre dans le cadre d’une masse critique Babelio. J’avais déjà lu plusieurs Jean d’Aillon que j’avais adoré, tant ses récits polar historiques avec Louis Fronsac, étant une grande amatrice de polar historique, que ses romans purement historiques.

J’ai donc été ravie de recevoir ce roman car il faut le dire, les romans ayant traits aux Templiers ne m’attirent pas énormément d’habitude, et j’aime bien me laisser convaincre avec dans ce cas, la garantie d’avoir un excellent écrivain derrière le récit.

Je suis entrée très facilement dans le récit! Jean d’Aillon nous emporte rapidement à la suite de Robert, un chevalier pas encore Templier, qui participe à la cache du célèbre trésor des Templiers alors que Philippe le Bel, ne supportant plus la puissance de l’Ordre, décide de les renverser.

Robert est vraiment un personnage que j’ai adoré, même si je l’ai trouvé un brin lisse par moment, creuser davantage ce personnage m’aurait plu. Mais cela ne m’a pas empêchée d’apprécier son esprit tactique, son sang froid, son courage face à toutes les situations complexes qu’il a dû affronter tout le long du roman. J’ai adoré ses ruses, et quel plaisir de voir ainsi courir les hommes du Roi 😉 J’ai eu aussi beaucoup de plaisir à suivre ses autres compagnons d’aventure, assez inattendus et que j’ai trouvé très très attachants.

L’intrigue elle-même m’a une nouvelle fois permis de découvrir un pan de l’Histoire que j’ignorais. Elle m’a poussée à aller me renseigner et que dire face à la chute des Templiers, et ce qui les y a menés! De plus, les allées et venues entre la France et l’Angleterre a apporté un agréable dépaysement et a permis certaines comparaisons entre les deux pays qui étaient intéressantes.

Bref, je pense que Jean d’Aillon a très bien su rendre l’ambiance qui régnait à l’époque, jusqu’à la personnalité de Philippe le Bel. J’ai aussi apprécié qu’il ait pris, comme personnage principal, un homme qui n’était pas encore Templier et qui hésitait d’ailleurs à l’être. Cela a permis à l’auteur de soulevé des questions intéressantes, comme la profondeur de la foi, le célibat, le fait que les Templiers ne menaient plus de croisades sur la fin etc…

Cependant, j’ai trouvé la fin trop abrupte et la fin des problèmes de Robert et compagnie un peu trop facile. Pour avoir lu plusieurs Jean d’Aillon, j’ai été déçue de découvrir des points non résolus ou plutôt, des problèmes vite réglés. Cela m’a très clairement laissé un goût d’inachevé que je n’avais encore jamais ressenti avec ses livres et j’ai trouvé dommage.

Les 20 et 1 sélectionnés du #PLIB 2019

Ce ne sont pas 20 mais 21 livres qui ont été sélectionnés pour le PLIB 2019, la chance à deux ex-aequo que les organisateurs ne se voyaient pas départager à ce stade du prix. Et on en est tous bien contents!

Voici donc les heureux sélectionnés:

46346326_157790831847182_4202708645407883264_n46488615_157790841847181_4445822211181248512_n

Pour ma part, j’avais pré-sélectionnés:

  • La bête du bois perdu
  • La légende des quatre
  • La marque rouge
  • Les nuages du Magellan
  • Terres de Brume

A priori, j’espère bien qu’ils passeront la phase suivante mais… j’avoue n’avoir lu que La légende des quatre, sur les 21 livres.

En ebook (que je possède) et que j’essaierai de lire:

  • La bête du bois perdu
  • Terres de Brume
  • Le bois sans songe
  • Rozenn

Et j’aimerais bien avoir en livre papier:

  • Les nuages de Magellan
  • La marque rouge

Enfin, il y en a bien d’autres qui ont l’air extra, qui me donnent envie. D’autres dont je ne me souviens même plus du résumé mais qui me tenteront bien également lorsque je le ferai. Mais voilà… le temps n’est pas extensible alors il faut bien faire des choix! Je me réjouis de découvrir tous ces titres 😀

p.s. Manon Fargetton, Cassandra O’Donnell et Ruberto Sanquer seront au salon du livre de Colmar ce week-end! J’y serai. Et vous?

 

Mes 20 livres sélectionnés pour le #PLIB2019

plib 3plib 4plib 5plib 6plib 7plib 8plib 9plib 13plib 14plib 15plib 16plib 17plib 18plibplib 2plib 10plib 11plib 12aaaaplibaaaplib

Le jardin des secrets – Kate Morton

le jardin des secrets

Résumé:

Un labyrinthe qui cache un secret, une conteuse victorienne dont l’oeuvre a disparu, trois générations de femmes unies par une même histoire… En 1913, sur le port de Brisbane, en Australie, une petite fille de quatre ans est retrouvée abandonnée sur un bateau arrivant d’Angleterre, avec pour tout bagage une valise contenant quelques vêtements et un superbe livre de contes de fées. Recueillie par un couple, elle n’apprend son adoption que le jour de son vingt et unième anniversaire. Des années plus tard, Nell décide de partir à la recherche de son passé, en Cornouailles, au domaine de Blackhurst. A sa mort, sa petite-fille Cassandra poursuit cette quête et se rend à son tour en Angleterre afin de percer les secrets du domaine… Dans Le jardin des secrets, Kate Morton montre qu’elle sait comme personne entremêler les fils du passé et du présent pour tisser un extraordinaire roman qui célèbre avec finesse et poésie le pouvoir de l’imaginaire.

 

Mon avis:

Merci à Didinegc pour la proposition de lecture de ce livre et à Maguisa pour me l’avoir offert  🙂 J’avais été attirée par ce livre premièrement, parce que j’entends beaucoup de bien de cette autrice, et ensuite parce que l’héroïne: Nell, possède le même prénom que ma fille. Ceci explique cela.

C’est une lecture qui m’a fait ressentir beaucoup de sentiments divers. J’ai aimé, et pour autant, il y a eu des petites choses qui m’ont chiffonnée. Tout d’abord, et là l’autrice n’y peut rien, c’est que les livres avec de lourds lourds secrets de famille, ce n’est pas forcément ma tasse de thé même si cela apporte toujours un excellent suspense. Ensuite, il me semble que la petite-fille de Nell, Cassandra, ne trouve pas le bout de l’histoire–> spoiler, surlignez: est-ce qu’elle comprend qui est le père? Il me semble que non, et mon côté perfectionniste en est agacé). Et puis… il y avait beaucoup de tensions, beaucoup de noirceur de la part de certains personnages que j’aurai peut-être souhaité plus nuancé plutôt que très noir ou très blanc.

Par contre, qu’est-ce que j’ai pu aimer le lieu. Je suis très sensible au charme du cottage et là… qu’est-ce que j’avais envie d’y aller, de l’acheter, de vivre là-bas. J’ai adoré le charme du lieu, je trouve que Kate Morton avait une plume plus que magnifique dans ces moments-là. J’y étais, je sentais l’odeur des fleurs, la pénombre du jardin secret. Limite si je n’allais pas me chercher une pomme lorsque l’autrice amenait le sujet du pommier de Nell. Je ne vous parle pas de l’intérieur du cottage. Vraiment, j’en suis tombée amoureuse.

Nell… je l’ai d’abord jugée un peu vite. En même temps, au début du roman, on nous la montre très froide et droite, un peu triste aussi. Dur de s’attacher à un tel personnage. Et puis…. l’histoire se déroule. On découvre d’où elle vient, son passé plus récent, on la rencontre aussi, à travers les yeux de Cassandra. Et là apparaît une femme forte, une belle personnalité qui a dû batailler entre tellement d’émotions…

Cassandra aussi, qui m’a un peu fait grincer des dents au début, avec cette impression de malédiction familiale sur les femmes de la famille de Nell… et elle aussi, a su m’apprivoiser. A la fin du roman, je me sentais aussi apaisée qu’elle, et souhaitais très fort qu’elle puisse atteindre ce bonheur que déjà Nell cherchait et n’a pas eu le temps de tout à fait trouver.

Il y a Rose… que dire de Rose… un personnage dont on entend du début à la fin à quel point elle était admirable. La pauvre Rose, si malade mais qui a su triompher de la maladie, tomber amoureuse, avoir un beau bébé… eh bien je vous l’avoue, moi Rose, je ne l’ai pas du tout appréciée. Et pour me contredire, je dois dire que c’est bien dommage, car c’est le personnage le plus nuancé du livre. (je ne suis pas pénible, ce n’est qu’une impression 😉 )

Voici les principaux personnages et je vais m’arrêter là et vous laisser découvrir les autres 😉

Je peux encore vous parler de l’écriture de Kate Morton, que j’ai trouvé travaillée et fluide et qui, comme je l’ai dit précédemment, permet vraiment d’imaginer la scène comme si on y était et cela, je ne le ressens pas toujours, loin de là.

Et enfin… l’intrigue! Peu importe mon ressenti concernant les secrets de famille dans les livres, je ne peux pas nier que Kate Morton a maîtrisé son fil rouge de A à Z. C’était excellent, avec cependant trop de temporalité différentes avec, en plus, des narrateurs différents. Je me perdais un peu. Mais en dehors de ça, j’ai pu apprécier une intrigue menée avec habileté. Et quand l’écriture est au rendez-vous, cela permet de passer un bon moment!

J’espère avoir été relativement claire à travers cet avis. Encore maintenant, alors que je l’ai terminé depuis presque un mois, mes sentiments concernant ma lecture se mélangent et il n’a pas été évident de les fixer afin de donner cette chronique. Dans tous les cas, je vous recommande l’ouvrage et espère avoir vos retours si tout à coup, vous l’avez lu 🙂

 

Read-a-thon Halloween —-> until the end!

 

until the endDe base, le read-a-thon était le week-end précèdent. Mais que voulez-vous, j’ai une vie trépidante. C’est-à-dire des enfants et des migraines 😛 Je n’ai pas lu une ligne du week-end… oups! Donc, j’ai applaudi à l’annonce du read-a-thon  »until the end », c’est à dire du 22 (dans mon cas) jusqu’au 31 octobre (Happy Halloweeeeen)

Facebook: Challenge Halloween

Lien du billet pour le challenge

Je m’y suis mise sérieusement, et lundi, j’ai lu… 1 livre. Oui 1 livre. Je ne sais pas depuis combien de temps je n’ai pas lu un livre en une seule journée, mais hier (je ne suis pas en avance sur mon billet) c’est arrivé! J’ai donc 204 pages au compteur!

roman d'horreur

Même que c’était très sympa. Alors non, je n’ai pas tremblé d’angoisse, mais je ne cherchais pas forcément l’épouvante non plus. Juste un bon bouquin, du rythme, du suspense, une trame bien ficelée… bref, j’ai beaucoup aimé!

 

Mardi, je n’ai lu que 25 pages de ceci:  20181023_135101C’est le 2ème tome de Rois du monde de Jaworski. Une lecture non halloweenesque que j’ai terminé mercredi au terme de 32 pages supplémentaires. C’était une bonne surprise vu que je l’ai trouvé meilleur que le 1er. Je dois penser à commander la suite.

Ensuite, je voulais lire un livre dans le thème mais… arrivée à mon rendez-vous chez le médecin, il avait 40 mn de retard et moi pas de livres. J’ai donc commencé un ebook sur mon portable:

COVER_THUMB-3791

Ce qui me rajoute 37 pages 🙂

Et seulement 30 pages jeudi. Ca piétine un peu et je suis épuisée…

Ce vendredi, je dois aller faire une radio alors j’espère pouvoir un peu bouquiner 😉

Déception ils étaient à l’heure 😂 pour le coup je n’ai lu que 29 pages car c’était soirée repassage/pliage avec l’homme. Ce que j’ai lu, j’ai pu le faire pendant la sieste des mes deux (1,5 ans et 3,5 ans) et celle des voisins que je gardais un moment  (4 mois et 2 ans) Donc pas évident mais on fait comme on peut 💪💪

Ce samedi, j’ai eu mon neveu de 4 ans et mes parents en visite. Le suspense était de savoir si mon neveu était d’accord de rester dormir car il n’a pas beaucoup vu ma soeur ces jours et elle lui manque mais… c’est bon il reste faire dodo pour la 1ère fois. Je suis très heureuse même  si cela ne va pas m’aider à lire😂😅 bref j’espère m’y mettre ce soir!

Bilan du jour: 53 pages. Ce sera terminé demain. Là je vais au lit et… ferais un bilan de ce samedi un peu plus détaillé  😉

Alors alors:

Hier, il a… neigé… j’habite à 1000m. d’altitude, dans le Jura bernois, en Suisse. J’adore la neige, sinon je n’habiterais pas aussi haut, mais quand même, avant le 31 octobre, c’est un crime 😉
Faisant fi de cette neige, j’ai décidé de faire mes super pâtes spécial Halloween. Mon 18 mois s’en fichai pas mal, mais ma fille et mon neveu ont adoré mangé les araignées…

20181027_173836

Dimanche… j’ai eu la joie, le bonheur intense de découvrir qu’il avait bien neigé, les enfants ont été lâchés sur le balcon pour jouer dans la neige. Bien sûr, cela ne nous a pas empêché d’aller à la fête de la courge… plus bas en altitude!

Ainsi donc, la fête de la courge, au château de Valangin. C’était génial. Enfin, pour ceux ayant des enfants, car il n’y avait que des activités pour eux: confection de chauve-souris, atelier courge, atelier épée et bouclier, grimage, chasse au trésor, contes, petit train au pied du château etc…

Avec ma fille et mon neveu, cela a été atelier courge, grimage (princesse et pirate) et tour en train. Puis chasse au trésor lorsque mon neveu est parti. C’était génial! Je n’ai pas lu, mais j’ai fait  »Halloween » à ma façon (et malgré le tempsssss) Et maintenant, on a une belle citrouille!

20181028_182435

Lundi, j’ai un peu insisté et j’ai pu finir mon livre en cours, soit 70 pages. Je voulais le terminer car en fait… je ne l’appréciais pas des masses et j’avais envie de me lancer dans une lecture qui me fait très envie. Donc malgré mes petits n’oeils qui se fermaient tout seul, j’ai tenu les 10 dernières page et hop, fini!

J’en suis donc à 204 + 219 pages = 423 pages.

Ce mardi… bouh c’est trop dur. Je garde mon filleul du lundi matin au mardi soir et bien sûr cette nuit… il a vomi pendant la moitié de la nuit. Merveilleux. Donc je n’ai pas dormi, et qu’est-ce qu’on parie que la nuit prochaine, ce sera au tour des miens ^^’ Et mon mari qui bosse de nuit toute la semaine: joie!

Bref, je profite que mes deux sont devant la TV et mon filleul encore en train de dormir (le pauvre!) pour avancer dans mon récapitulatif. Aujourd’hui, je commencerai:

la crecerelle

Niveau fatigue, j’étais quand même au bout de ma vie ^^’ Donc le soir, j’étais partie pour lire 100 pages et… je me suis arrêté à la p. 58, vaincue par la fatigue. J’ai bien fait de me coucher tôt, car mon mari est rentré à 4h.45 du matin, et mon mini s’est levé à 5h. (on se demande pas pourquoi je suis crevée en permanence hein :P) Comme on n’avait plus de pain, j’ai fait des pancakes (j’ai le sens du sacrifice très développé) donc je n’ai pas encore lu, mais j’ai bien mangé hihi.

Bref, cette après-midi, je devrais pouvoir ne pas siester comme hier et.. lire? Qui sait 😛

En tout cas, La Crécerelle est très intéressante. Ce n’est pas de la fantasy classique, ca fait du bien. Et quelle plume!

Mercredi, j’ai pu lire jusqu’à la p.162 de la Crécerelle. J’adore vraiment! La plume est toujours excellente, et j’aime bien les idées que l’auteur propose dans ce livre! J’ai aussi débuté 17p. du Train vers l’impossible de P.G. Bell (depuis je l’ai terminé et c’est coup de coeur!)

train impossible

 

Côté Halloween, je me suis lancée dans un soupe à la courge et lait de coco ainsi que des muffins à la courge 🙂

2018-10-31 12.07.44

2018-10-31 16.16.03

 

En terme de livres, j’ai donc lu

Roman d’horreur: 204 pages

Rois du monde T2: 57 pages

Sommeil aboli: 219 pages

La Crécerelle: 162 pages

Le train vers l’impossible: 17 pages

Total: 2 livres lus entièrement, 1 livre terminé, 2 livres commencés soit: 659 pages

Je fais mon bilan très tard, mercredi soir a sonné le début de la maladie que nous a gentiment apporté mon filleul et comme en famille, on partage tout.. 😛 Bref donc je refais gentiment surface  mais j’ai du retard à rattraper avec la maison donc la blogosphère doit attendre un peu ^^’

Lou et Hilde, un grand grand merci! Déjà pour l’organisation du challenge! Ensuite, pour ce read-a-thon until the end! J’ai beaucoup aimé l’ambiance et les partages 🙂 Je me réjouis de revivre cela l’année prochaine. En attendant, je vais tenter de publier encore un billet ou deux d’ici la fin du challenge 😀

 

 

Company of Killers T1; A la recherche de Sarai – J. A. Redmerski

sarai

Résumé:

Elle devrait le fuir, mais pour rester près de lui, elle est prête à tout… même à tuer !

Sarai n’a que quatorze ans quand sa mère l’abandonne au Mexique entre les mains d’un trafiquant de drogue. Neuf ans plus tard, elle attend toujours une occasion inespérée de s’enfuir. Persuadée de trouver un allié en Victor, un tueur à gages engagé par l’homme qui la séquestre, elle profite d’une visite de celui-ci pour monter dans sa voiture.

Même si la jeune femme n’a peur de rien, elle ne tarde pas à découvrir que Victor est aussi dangereux que le criminel qu’elle vient de quitter. Pourtant, quelque chose en lui l’attire et la rassure. Et au lieu de le fuir, elle se découvre prête à tout même l’irréparable pour ne plus le quitter.

 

Mon avis:

Il y a un groupe sur facebook qui se nomme  »Livre, live et papote ». Tessa, Moody et Candyshy organisent de temps à autre une lecture commune sur un livre et font un live pour en parler. Ce 12 septembre, ce sera sur  »Company of killers » que j’ai réussi à trouver sur NetGalley. Je remercie ces derniers et les éditions Milady pour l’envoi de l’ebook. Ca tombait à point nommé!

Je me suis lancée dans cette lecture très confiante, car même si je n’avais pas lu  »Loin de tout », j’en avais entendu tant de bien que je n’avais pas de craintes pour cette nouvelle publication. Et j’y ai trouvé du très bon mais pas que…

J’ai assez apprécié le début qui démarre sur les chapeaux de roue. Sarai est une jeune femme très intelligente, avec un fort instinct de survie qui va la pousser, au bout de 9 ans, à saisir sa chance et s’enfuir en grimpant dans la voiture d’un tueur à gage. Victor m’a instantanément plu d’une part, parce qu’il laisse gentiment Sarai le menacer alors que pas une seconde le lecteur ne peut être dupe de qui maîtrise la situation et d’autre part, parce qu’il n’est pas évident à cerner. J’ai eu un petit peu plus de peine avec Sarai qui, si elle a su me toucher par sa combativité et son courage, n’a pas réussi à m’emporter tout à fait. Mais c’est un détail. Leur duo, cependant, est excellent. L’évolution de Victor et Sarai est déjà intéressante en soi, mais celle de leur duo est touchante. Entre Victor qui permet à Sarai de se reconstruire et cette dernière qui apporte enfin à Victor la touche d’humanité qui lui manquait, leur couple est parfaitement complémentaire.

L’action est toujours là, on voyage beaucoup, certains cheminements m’ont surpris et jamais, je ne me suis ennuyée, ce qui est un vrai plus. Cependant, il y a tout de même eu pour moi un côté  »too much » dans le nombre de cadavres laissés derrière eux sans que jamais, ils ne soient inquiétés. La facilité qu’a Victor en tout, mais notamment à se déplacer et à passer les contrôles de sécurité sans que rien ne soit expliqué. J’aurai apprécié davantage de développements, car cela m’aurait évité de penser que l’autrice prenait des facilités avec des détails peut-être compliqués à expliquer.
J’ai donc trouvé le rythme excellent et la dose d’actions était au rendez-vous. Mais voilà, même si cela aurait un peu alourdit le texte, je pense qu’un peu plus de précisions n’aurait pas été en trop. Qui sait, c’est peut-être mon côté perfectionniste qui parle.

Toujours est-il que malgré les quelques points négatifs que j’ai ressenti durant ma lecture, je suis assez impatiente de découvrir la suite qui sort dans 2 semaines sauf erreur. Parce que ce rythme et ce duo a su me plaire et que je suis très curieuse de voir dans quoi va se fourre Sarai, et comment Victor va gérer ce bazar à venir.

 

Imaginales 2018

Les Imaginales, c’est l’endroit où je me sens dans mon élément à 100%.

Je suis pour la 1ère fois venue avec une belle équipe composée des célèbres cousines: Bubulle, Gallou, Mandy et Harmony. Sans oublier mon mari 😉 C’était en 2013. Cette année, c’était donc mes 6ème Imaginales.

Et depuis, j’y viens chaque année. Qu’une seule fois, je suis venue 1 jour et c’était dur à supporter. J’y suis venue 3 ans avec mes bébés, mais question financière et soyons honnêtes, organisationnelle (mon no2 est une bombe d’énergie), mon mari et moi sommes venus seuls cette année.

—————————————————————————————————————————————–

Ce jeudi, j’ai participé à deux conférences et une projection:

  • 11h. une projection sur John Howe et le Haut-Koenigsbourg suivi de l’intervention de l’historien Georges Bischoff. C’était très intéressant, surtout Bischoff qui est un sacré personnage 😉 J’ai eu le plaisir de le retrouver à ma 1ère conférence du jour!
  • 14h.: La fantasy historique… Une histoire qui n’a jamais existé? avec Silène Edgar, Georges Bischoff et Sylvie Miller ainsi qu’Anne Besson pour la modération.
    J’aime beaucoup Anne Besson. Elle est passionnée, drôle et apporte une bonne dynamique. En plus, je ne peux pas m’empêcher de repenser à ce fameux pic-nique dans l’herbe où ma fille de 15 mois s’était approchée sans façon d’elle pour lui piquer son tiramisu 😛 Bref je m’égare…
    C’était vraiment très intéressant. J’ai énormément apprécié la vision qu’a Silène Edgar de la véracité historique. Elle est un brin perfectionniste, dans le bon sens du terme. C’est vraiment quelque chose qui lui tient à coeur et j’apprécie énormément cela.
    De la conférence, j’ai notamment retenu le fait que la véracité historique, dans les écrits, peut être sujet à caution. Silène Edgar le montre dans  »14-14 », en montrant que la 1ère guerre mondiale n’était pas la  »surprise » qu’on cherche à nous faire croire de manière générale. Il y avait d’autres exemples, mais celui-ci m’a parlé et c’est pourquoi je le mets en avant.
    Le fantastique, pour elle, est un prétexte pour permettre aux jeunes à entrer dans l’Histoire, à s’identifier, grâce à cet effet d’aller -retour passé-présent. J’aime bien l’idée car effectivement, l’Histoire paraît rébarbative pour beaucoup et moi qui aime tellement ça, voir que des auteurs ont à coeur de mettre ce domaine à portée de tous, je trouve ça génial.
    Miller a mis en avant qu’écrire de la pure fantasy, dans un monde totalement inventé, est un tout autre exercice. Et que ce n’est pas forcément évident. Ce que je crois bien volontiers.
  • 18h.: Epéiste et autres sabreurs… La fantasy, parfois, ça pique! avec Charlotte Bousquet et Ellen Kushner, modéré par Anne Besson.
    Charlotte Bousquet et Ellen Kushner sont très différentes et si je connaissais la 1ère, j’ai découvert la seconde avec son accent américain juste adorable. Elle parlait un français avec un accent… ce n’était que du plaisir!  Et chapeau bas à sa diction lorsqu’elle parlait anglais, j’arrivais à presque tout comprendre! Et je suis très mauvaise à l’oral ^^’
    Bref. Charlotte Bousquet a lâché s’être énormément inspirée des Jeux de rôles pour le côté  »escrime » de ses romans. Mais aussi de films comme Zorro, La fille de d’Artagnan, La Courtisane. Elle a aussi dit que si elle était moins réaliste dans certains de ses romans, ceux qui étaient  »historiques » étaient aussi réalistes que possible. Ellen Kushner par contre, avoue ne pas s’être concentrée sur le réalisme des combats, mais a plutôt choisi de mettre l’accent sur le ressenti. C’est -à-dire que pour elle, ce qui compte, c’est que le lecteur ait l’impression d’y être. C’est comme si elle-même était spectatrice du combat de ses personnages. Tout est dans l’imagination du combat. Et elle a cité des films comme Roméo et Juliette, Les Trois Mousquetaires ou des livres de Dorothée Dunnett.
    Une autrice qui m’a surprise, dont nous avons adoré l’humour. Résultat, nous sommes allés nous inscrire pour le déjeuner avec elle samedi!

Achats:

2018-05-24 16.00.20

Avec la dédicace pour le tome 1 que j’avais déjà lu. Entre-temps, j’ai dévoré le tome 2 et j’attends plus qu’impatiemment le dernier tome!

2018-05-24 19.47.37Lecture en cours 🙂

—————————————————————————————————————————————–

Vendredi, j’ai fait une conférence.

Le thème était: Boîte à doutes, gueuloir, ou… relaxation tantrique? Mes trucs d’écrivain! avec Marie Caillet, Lionel Davoust et Gabriel Katz, modéré par Silène Edgar.

  • Marie Caillet a lancé la boîte à doute, cela l’aide énormément pour écrire. Dans cette boîte, elle met toutes ses interrogations afin d’en garder une trace. Elle avoue être assez scriptural mais… aussi qu’au bout d’un moment, elle se laisse aller grâce au fait qu’elle a déjà quelques livres publiés derrière elle et donc, de l’expérience.
  • Gabriel Katz est très à la bourre et fonctionne beaucoup au stress pour l’écriture. Il a avoué prendre aussi pas mal de projets d’écriture… ceci explique cela 😉 On ne parlera pas de ses tirades sur la douche et l’inspiration hein 😉 Ou de la relaxation tantrique? Ok ok continuons. Donc lui, son inspiration, il l’a sous la douche (j’y reviens finalement). Et son truc, c’est d’en sortir (ben oui, faut bien :P) et de jeter ses idées sur un doc à l’ordinateur. Plus tard, il reviendra y piocher ses idées.
    J’ai d’ailleurs beaucoup aimé sa façon d’appréhender l’écriture. Il conseille de se laisser porter par l’écriture. Lui s’amuse énormément et quand on l’entend parler, on ne peut qu’en être convaincu 😉
  • Lionel Davoust conseille d’écrire tous les jours. Même si ce n’est que 5 minutes. Car l’histoire, les personnages… l’écriture est comme un muscle qu’il faut entraîner.
    Il faut intégrer la technique d’écriture pour qu’elle puisse s’effacer et laisser venir ce qu’on a au fond de soi et qui est naturel.
    Avec Mélanie Fazi et Laurent Genefort, il a créé un podcast sur l’écriture qui dure 15 mn avec le soutien d’Elbakin. Il fallait le faire, il se nomme: Procrastination.

Ce jour-là, je n’ai rien acheté mais j’ai fait dédicacer 4 livres!

Pour le plaisir, je vous mets la dédicace de Gabriel 😉 (navré pour la qualité de la photo ^^’) Je lui ai demandé Monsieur 10’000 mètres.

 

—————————————————————————————————————————————–

Samedi, nous avons assisté à une conférence plus que  »piègeuse » car elle nous a poussé à l’achat!

C’était: Tueur à gages, chasseurs de prime, espions… Voici le temps des assassins! avec RJ Barker, Jean-Philippe Jaworski et Patrick Moran, modéré par CHristophe de Jephanion.

C’était très intéressant. Je peux écouter Jaworski pendant des heures. Sa façon de parler, ce qu’il raconte me passionne énormément. Cependant, j’ai plutôt retenu les interventions des deux autres auteurs qui m’étaient inconnus.
Barker avait une façon de parler de son univers et de ses deux personnages qui m’a interpellée. De prime abord, cela semble assez classique, mais il y a eu ce petit quelque chose qui nous a poussé à l’achat et.. à le faire dédicacer bien sûr 😉 Elle décrit la technique de combat de ses personnages comme étant celui des ninjas… de plus, l’un de ses personnages est pied-bot. Sans parler du fait que ce sont des assassins… en bref, mon mari tout particulièrement était pris dans ses filets 😉
Patrick Moran est un tout nouvel auteur et je l’ai trouvé particulièrement à l’aise avec ses lecteurs. Parler lors d’une conférence peut s’avérer stressant, surtout lorqu’on vient de publier son premier roman… mais pas pour lui. C’était donc très facile de rester concentrer sur ce qu’il racontait.
Il nous a présenter La Crécerelle, qui est son personnage principal. C’est donc une femme maîtresse dans l’art de se battre et qui… est possédé par une entité… Dans ce livre, elle va rencontrer son opposé: une bibliothécaire! De quoi promettre de savoureux échanges.
Dans ce livre, il n’y a pas d’épée! Seulement de la magie! Intéressant non? Surtout qu’il qualifie sa magie de  »scientifique ».
J’ai apprécié sa manière d’appréhender son univers. Patrick Moran aime, au niveau de l’univers, que l’on ait l’impression d’être jeté dans un grand bassin. Au début, on ne comprend rien et peu à peu, on commence à comprendre par imprégnation.
En bref, ce livre, il nous le fallait aussi! C’est ça la beauté des Imaginales, découvrir des livres, des auteurs… et se laisser tenter!

  • J’ai assisté à un bout d’une autre conférence (le mal de tête aura eu raison de la fin). Elle était à 16h. et portait sur  »Les destructeurs de mondes…. La fantasy, mise en scène du chaos » avec Stephen Aryan, Pierre Bordage, Emmanuel Chastellière et Gabriel Katz, modéré par Jean-Luc Rivera.
    De cette conférence, j’ai surtout retenu les interventions d’Aryan que je n’avais jamais vu et… jamais lu, même si j’ai souvent vu passer ses livres. Il disait que la destruction était inhérente au genre de la fantasy.  Sa ville est d’ailleurs déjà en train d’être détruite alors même que l’intrigue n’avait pas commencé, car elle essaie de séparer les gens. Elle s’est donc elle-même condamnée.

Ce jour-là, j’ai donc fait dédicacer 4 livres et acheter  »La Crécerelle » et  »L’âge des assassins »2018-05-27 21.15.57

A la pointe de l’épée a été dédicacé lors du déjeuner. Cette autrice nous a énormément plu. D’autant plus que son livre est vraiment à part. Connaissez-vous le manièrisme? Ne vous attendez pas à de la fantasy classique, c’est vraiment tout autre chose.
On a passé un excellent moment avec elle, sa femme Delia Sherman et Jean-Claude Dunyach. Commencé à 12h.30, nous ne sommes repartis qu’à 15h. C’est vous dire 😉

2018-05-26 15.03.09

Petit clin d’oeil à Alexis Flamand, avec qui j’ai eu une discussion vraiment sympa et qui a beaucoup d’humour! Il n’a pas pu résister à souligner le pli que le livre a ramassé pendant le trajet 😛

 


 

Dimanche, j’ai également assisté à un  »bout » de conférence. ‘‘Fantasy épique… et vraisemblance historique » avec Fabien Cerutti, Lionel Davoust, Estelle Faye et Jean-Philippe Jaworski, modéré par Victor Battaggion.

  • Fabien Cerutti était enthousiaste lorsqu’il parlait de sa relation avec l’Histoire. Ca faisait vraiment plaisir à voir. J’aime bien cet auteur, même si j’avoue ne l’avoir encore jamais lu. Un jour un jour (petit coup d’oeil anxieux à ma pal)! Il racontait qu’il n’utilisait qu’une infime partie de ce qu’il apprenait lors de ses recherches mais.. que c’était la meilleure. Pour lui, l’Histoire qu’il met dans ses romans est comme un vernis, une atmosphère. J’adore l’idée. Sur ce point, Jaworski partagait d’ailleurs son approche. Il parlait même de  »vernis d’historicité » 😉
    J’ai retenu, un peu pêle-mêle, que Lionel Davoust disait que le romantisme était une grande source d’inspiration. Estelle Faye de son côté, disait que l’Histoire faisait voyager. Et que le voyage est plus fort quand ça évoque quelque chose, et que ça fait réagir.
    Je ne suis pas restée longtemps, mais le peu que j’ai entendu m’a énormément plu. Je pense que vous aurez deviné mon attachement à l’Histoire, avec tout ça ^^

 

 

En bref, de belles rencontres d’auteurs, de blogueurs (encore un petit coucou à ma Camille et son Aurélien), du temps passer dans les livres, à en parler, à les vivre. Ce n’est que du bonheur! Comme chaque année!

 

 Mes achats réunis

2018-05-28 08.18.02

La magie du rangement – illustrée – Marie Kondo

la magie du rangement ill

 

Résumé:

Et si pour améliorer votre quotidien et changer votre vie, vous mettiez de l’ordre dans votre intérieur?
Voici l’adaptation graphique de la célèbre méthode de Marie Kondo, pour en finir avec la pagaille et changer votre vie !

Chiaki lutte contre un appartement désordonné, une vie amoureuse chaotique et un manque de perspective sur son avenir. Elle fait appel à Marie Kondo, conseillère en rangement. Grâce à une série de leçons amusantes et judicieuses, l’auteur aide Chiaki à remettre en ordre sa maison et sa vie.

 

Mon avis:

J’avais déjà lu  »La magie du rangement » il y a quelques années. J’avais beaucoup aimé ce que j’avais lu. Par manque de temps (fin de grossesse) et de courage, je ne m’étais pas lancée complètement dans la méthode mais j’ai déjà pu changer ma manière d’aborder les achats, arrivant à résister à l’envie d’acheter de l’inutile. J’ai aussi pris le plis de jeter ou donner ce qui n’était pas en état ou que je n’utilisais plus. Et encore deux-trois choses de-ci de-là. Rien de bien extraordinaire, mais que des petites choses qui avaient donné de très bons résultats.

Quand j’ai vu le livre  »illustré » en masse critique, je me suis dit que c’était le moment ou jamais de m’y remettre. Un grand merci à Babelio et Kurokawa pour l’envoi du livre! Le côté  »illustré » m’attirait car certaines fois, les images manquaient (dans l’édition de base) et le fait que le livre illustré soit moins développé ne pouvait pas me gêner étant donné que j’avais encore quelques souvenirs.

J’ai beaucoup apprécié que les illustrations ne soient pas de simples dessins parsemés dans tout le livre, mais qu’il soit rédigé comme un manga. C’est fluide alors même que la méthode pourrait en rebuter certains. De fait, je tiens à préciser quelques détails:

  • il ne faut pas oublier que l’autrice est japonaise. Là-bas, les règles, la mentalité: beaucoup de choses sont différentes. Peut-être qu’un jour, il existera le livre remanié pour chaque pays, mais soyons honnêtes, ce n’est pas demain la veille. Donc nous devons, quand nous commençons notre lecture, garder en tête que par certains côtés, ce qu’elle dit est impossible ou difficilement applicable chez nous. Je pense notamment au tri des papiers administratifs.
  • nous sommes tous différents. J’ai lu beaucoup d’avis fustigeant son intolérance. Attention, quand elle dit de faire telle ou telle chose, c’est un exemple. Si comme moi vous aimez les livres, forcément, vous en garderez plus qu’un non-lecteur. Oui certains auront 10 sacs à main après avoir fait leur tri, d’autres un seul. Ce n’est pas que le premier a moins bien respecté la méthode de Marie Kondo. C’est simplement que nos passions et ce qui nous met  »en joie » varie d’une personne à l’autre. Tout comme nos meubles, nos appartements, qui ne nous permettent pas de classer et ranger nos affaires de manière uniforme.

    –> donc je le répète, faites la part des choses lorsque vous lisez et appliquez la méthode. Le but est de se sentir mieux après en se respectant soi-même 🙂 Pour cela, n’hésitez pas à rejoindre des groupes facebook. Les idées et astuces y sont légions!

La magie du rangement illustrée met en scène une jeune japonaise qui travaille énormément. Elle est célibataire et passe très peu de temps chez elle. Un jour, elle se rend compte que son intérieur est un bazar complet. On ne voit plus le sol, ni aucun meuble. Elle va donc faire appel à Marie Kondo qui va débarquer chez elle. Chiaki était sûre qu’elle l’aiderait à ranger… or Marie commence par lui parler, lui demande comment elle aimerait que son intérieur soit…
Chiaki finit par comprendre que Marie Kondo ne fera pas les choses à sa place, mais l’aiguillera pour qu’elle puisse arriver au bout. En effet, la méthode n’est pas juste une nouvelle manière de ranger. Elle demande une réflexion intérieure. Ce qu’elle conseille le plus est de garder les objets qui nous mettent en joie, ce qui est bien plus positif que l’idée de: qu’est-ce que je vais bien pouvoir jeter! Pour y arriver, elle préconise un ordre. Commencer par les vêtements, les livres etc.. et garder les souvenirs pour la fin! Tout simplement parce que si l’on trie  »l’affectif » en premier, alors que la méthode n’est pas encore bien ancrée en nous, nous aurons de la difficulté à le faire correctement. Alors que rôdé par le tri de notre maison en entier, arriver aux souvenirs sera plus facile. Ce n’est qu’un exemple, ce serait trop long de décrire le livre dans son entier!
Vous remarquerez que le tri s’effectue par catégorie d’objet et non pas par pièce. Vous seriez étonné du nombre d’objets identiques que nous avons pu disperser dans toute la maison. En réunissant tout au même endroit, cela nous permet de nous en rendre compte et de savoir si cela est pertinent ou non. Au début, j’étais sceptique car il faut le dire, quand on range une pièce, on se rend visuellement compte assez rapidement du résultat. Mais quand on range par catégorie d’objets… il faut un certain temps pour qu’on voie le changement. Bien sûr, suivant l’état de votre maison et votre emploi du temps, tout peut se faire très vite.  Dans mon cas, avec deux enfants en bas âge et pas beaucoup de monde autour de chez moi pour les prendre, c’est déjà plus compliqué. Mais peut importe, pendant les siestes, je m’y mets. Ce que je peux est c’est assez. J’ai déjà fait les vêtements et les livres. Je suis impatiente de me mettre au reste. Exemple: lorsque j’aurais pu correctement trier ma cuisine, nous pourrons profiter de l’espace acquis pour l’aménager autrement. Et ca me réjouis énormément. Chaque chose en son temps cependant.

Tout ça pour dire que la méthode de Marie Kondo est excellente. Lisez le livre, il n’est pas cher et vous ne risquez pas grand chose 😉 Au pire, vous vous serez renseigné, au mieux vous y aurez gagné un bel intérieur!

 

 

[Bilan lectures] avril 2018

les rêves de mon père

173 pages en ce mois d’avril. Ma chronique ICI

couv23471031

281 pages.

Une superbe lecture ❤ Ma chronique ici

IMG_20180404_220837

352 pages

Tout pareil, juste que du plaisir! Ma chronique ici

dark web

407 pages.

Un très bon thriller  »page-turner ». Ma chronique ici

mission capitale

160 pages

Une lecture sympathique dont je suis sur le point de commencer la chronique. Elle sera prête tout bientôt!

Bilan:

Un excellent mois d’avril!  1393 pages et 5 livres lus, je bats tous mes records 😛 Plus sérieusement, lire de la jeunesse a grandement aidé à obtenir un tel résultat 😉

Sur le lot, je retiens  »La légende des quatre » et  »Moana » que j’ai juste adoré! Et le mois de mai a aussi bien commencé ^^ Rendez-vous le mois prochain 🙂