[Bilan lectures] mai 2017

couv8743397

Une petite lecture tranquille et doudou qui a parfaitement rempli son office de me détendre. Recroiser les personnage de la saga des Bedwyn était aussi très sympathique. J’ai passé un très bon moment!

 

couv68674699

Pour ce livre, j’ai pris le temps de faire une chronique déjà, parce que le livre est super, et ensuite, parce que j’ai rencontré l’auteur aux Imaginales et qu’il est extra!

Chronique!

couv49338046 (1)

J’aurai mis du temps à le lire (un gros livre bien lourd et un mini-monsieur de 3 mois, ce n’est pas tellement compatible) mais j’ai fini par le terminer et je me suis r-é-g-a-l-é-e!!

Publicités

Drek Carter T1; Cupidon mortel – Thomas Andrew

couv68674699

Résumé:

J’ai eu beau tourner plusieurs fois la question dans tous les sens, je ne vois pas comment vous l’annoncer donc je ne vais pas y aller par quatre chemins : je suis un fantôme. Oui, c’est cela, un Casper qui hante les rues de New York. Comment en suis-je arrivé là ? Eh bien, si une sombre histoire de meurtres, de sorciers, de vampires et de loups-garous ne vous effraie pas, laissez-moi vous raconter. Tout commence le 14 février. Ironique, non ? Le jour de ma mort. Sérieusement… Qui parle de repos éternel ? Certainement pas moi !

 

Mon avis:

 

A la sortie du livre,  j’avais lu une publication sur facebook de Cassandra O’Donnell qui conseillait très fortement de lire ce livre. J’ignorais qu’elle était proche de Thomas Andrew, qui n’aura d’ailleurs su résister à lui faire un clin d’oeil dans son 1er tome. J’adore.

Bref passons aux choses sérieuses.

Tout d’abord, il faut relever qu’en urban fantasy, ce sont principalement des femmes qui écrivent. Ce livre est donc différent rien qu’à ce niveau. C’est plus masculin, avec d’autres éléments mis en avant que lorsque c’est une femme qui écrit. Attention, je ne juge pas, c’est simplement une constatation. J’ai vraiment ressenti cette différence d’écriture et j’ai trouvé que c’était très agréable. Pas mieux ni moins bon, mais agréable.

On suit donc Drek, un ancien futur policier 😉 devenu médecin légiste suite à une blessure par arme à feu. Il forme un duo très complice avec son meilleur ami Tony, qui enquête. Ils sont tous deux célibataires, aimant bien sortir, doué pour séduire, moins pour garder ces dames auprès d’eux.

Enfin, ça, vous le découvrirez bien assez vite en lisant le livre. Tout comme vous découvrirez ce qui est arrivé à Drek, pour qu’il se transforme en Casper 2.0. Un Casper pas tellement content de son sort. Heureusement, une rencontre va rendre son quotidien rempli d’errance solitaire en enquête policière sur un mystérieux arracheur de coeur. Je vous avais dit qu’il était mort un 14 février? Bref…

Cupidon mortel, c’est un livre très sympa, avec un personnage principal auquel on s’attache tout de suite, beaucoup d’humour, des clins d’œil très très sympathique à droite et à gauche, des rencontres avec des créatures à poils, à dents ou à griffes assez… intéressantes et enfin, une petite enquête qui se laisse suivre avec plaisir. De quoi passer un excellent moment.

J’ajouterai qu’après avoir pu une nouvelle fois rencontrer l’auteur (oui oui aux Imaginales, encore ces Imaginales 😉 ), je peux dire qu’il est très sympa (c’est mon mot clé pour cet article, vous l’aurez compris) et que je me réjouis de poursuivre avec le tome 2 et de peut-être le revoir l’année prochaine.

Voilà voilà, lisez maintenant!

La famille d’Arsac T3; Aventureuse Constance – Eléonore Fernaye

couv12824232 (1)

Résumé:

Londres, 1791.
Fuyant les sanglantes représailles qui font suite à la tentative d’évasion de Louis XVI, Constance d’Arsac s’est réfugiée à Londres. Bien décidée à rejoindre sa soeur aux États?Unis, elle parvient à convaincre le capitaine John Hadley de la mener à destination. Ce séducteur invétéré n’est pourtant pas du genre à admettre à son bord des passagères non accompagnées. Ces deux êtres que tout oppose se sentent irrésistiblement attirés l’un par l’autre. La traversée promet d’être mouvementée…

Mon avis: 

J’ai lu ce livre pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique. J’avoue que le but premier était de lire le T2, et que je n’ai pu résister d’enchaîner avec le tome 3.

J’ai beaucoup aimé ce tome. Bien sûr, il y a le cliché absolu du vilain garçon au final pas si vilain que ca, un bâtard qui bien évidemment, est le fils d’un noble haut placé, qui est également pas si désagréable que ça à regarder et qui se retrouve un peu dans la situation: seul contre tous.

Oui mais ça marche. En tout cas, ça a marché sur moi 😉

John Hadley est donc un fils déclaré mais illégitime d’un noble anglais. Toute sa vie, il s’est senti écrasé par sa position à la fois de noble et de rejeton rejeté, persuadé de n’exister que pour l’unique raison que son père n’avait eu que des filles de son épouse. C’est donc très légèrement par opposition à ce qu’on décide pour lui qu’il se lance dans une carrière de marin et relie l’Angleterre aux Etats-Unis. C’est donc vers lui que se tourne Constance, lorsqu’elle veut rejoindre sa famille à Philadelphie avec sa mère.

Constance avait tout juste 18 ans au tome précèdent. Maintenant, elle en a à peu près 3 de plus, elle est veuve d’un jeune noble dont  elle était tombée amoureuse à la cours, et se trouve en fuite avec sa mère suite à la chute de la monarchie en France. Son statut de noble, et le rôle de son père pour sauver le roi lui aurait, à elle et sa mère, la mort si elle n’avait pas pris la fuite. Seule, avec une mère alors complètement absente, sans richesse, Constance est désespérée et n’a plus d’autres choix que de rejoindre son frère et sa sœur aux Etats-Unis. Sauf que les femmes ne sont pas bien vues sur les bateaux, et Constance n’a vraiment pas beaucoup d’argent pour leur payer la traversée. C’est donc vers John Hadley qu’elle se tourne afin de rallier l’autre continent.

Dire que leur 1ère rencontre est une catastrophe est un euphémisme. La seconde n’est pas beaucoup mieux, mais enfin, il leur faut bien cohabiter sur le bateau. La traversée est pour moi la meilleure partie du livre. Il y a cette ambiance typique des voyages à travers l’océan qui apporte un plus indéniable. L’équipage, à la fois présent et discret, le capitaine qui perd complètement la tête avec Constance, à ne plus savoir s’il doit l’ignorer, lui faire la cours, être poli ou ou ou ou….

Au final, c’est Constance, complètement dépassée par la situation (une mère déboussolée, la solitude, son veuvage, la France, son père….) qui va faire le 1er pas. Leur relation est très simple, mais comme on peut facilement s’en douter, leur arrivée à Boston va tout compliquer. John va alors avoir… quelques soucis et Constance n’aura de cesse à trouver l’équilibre entre ses sentiments, sa position sociale par rapport à celle de John, sa famille et les problèmes de John.

Je dois dire que si l’intrigue est intéressante en soi, j’ai trouvé le dénouement beaucoup trop facile et c’est pour moi le point noir du roman. Le point positif est peut-être que contrairement aux deux autres tomes, le personnage féminin a déjà été marié et n’est donc pas une vierge plus ou moins effarouchée qui doit protégé sa vertu jusqu’au mariage et cela change considérablement la donne.

Au final, j’ai de nouveau passé un excellent moment de détente avec cette famille d’Arsac. La trilogie est terminée et j’espère pouvoir recroiser l’auteure une fois dans mon petit parcours livresque 😉

La famille d’Arsac T2; Audacieuse Sarah – Eléonore Fernaye

couv72185156

Résumé:

La guerre d’indépendance touche à sa fin. Avant son retour en France, Louis doit remettre à Sarah le médaillon de son frère disparu. La jeune femme est troublée par la visite de l’officier, d’autant que des pluies torrentielles obligent ce dernier à prolonger son séjour dans la plantation familiale. Menacée par un cousin qui veut l’épouser pour son héritage , Sarah va conclure un faux mariage avec son visiteur. Et si cette union n’était pas un simple échange de bons procédés ? De retour en France avec son Américaine dépourvue de titre de noblesse, la mission de Louis s’annonce plus compliquée que prévu…

Mon avis:

Comme ce livre entrait en compte pour le challenge: Au fil des saisons et des pages pour la session printemps, j’ai profité de m’inscrire pour le challenge  »Une lettre pour un auteur » qui demandait donc un livre dont le nom de l’auteur commençait par F. Un livre tenu secret jusqu’au 1er mai, date à laquelle nous pouvions publier notre chronique.

J’avais découvert cette trilogie grâce à un troc. Comme quoi, choisir un livre sur un coût de tête permet de jolies découvertes.

Ce 2ème tome commence aux Etats-Unis. Louis d’Arsac, alors dans l’armée française, se voit confier une drôle de mission: ramener un souvenir d’un soldat décédé à sa sœur qui vit dans la plantation familiale non loin de là. Un peu de mauvaise grâce, le noble s’y rend et tombe en surprise devant la jeune personne. Ce n’est ni la paysanne à laquelle il s’attendait, ni la femme de bonne famille qu’elle aurait dû incarner si elle était  »restée à sa place ».

Le personnage de Sarah m’a plu, tout comme Louis (avec un petit avantage pour ce dernier). J’ai aimé découvrir le décors de la plantation, de se rendre compte encore et toujours du peu de considération qu’à la femme à cette époque (même si c’est une romance et non pas un roman purement historique, c’est tout de même bien visible) et aussi des différences de mœurs entre les Etats-Unis, et la France qui m’a paru terriblement artificielle.

En effet, vers la moitié du roman, l’intrigue se déroule en France, à la cours de Versailles. Je dois avouer que j’ai nettement moins apprécié ce décors. J’ai aussi eu un tout petit peu de peine avec le petit jeu de tromperie typique de la cours et les quiproquos ainsi que les non-dits entre Sarah et Louis. Cela a un peu trop traîné à mon goût. Encore que c’est un détails, car cela ne m’a pas empêchée de lire très rapidement ce tome et de commencer directement le suivant.

Cela a été une lecture toute douce, typique des romances avec un brin de rêverie grâce au contexte historique. Louis et Sarah sont tous les deux attachants, leur couple est agréable à suivre et permet de s’évader le temps de quelques pages. Et c’est exactement ce que je cherche quand j’ouvre ce genre de livre.

[Bilan lectures] Avril 2017

C’est avec grand plaisir que j’ai pu lire ces 3 livres en lien avec le challenge:  au fil des saisons et des pages . Les 3 sont absolument différents et concernant  « Faux frère », cela faisait même 6 ans qu’il dormait dans ma bibliothèque.  A tout point de vue, ce challenge a été efficace!

De plus, que ce soit « Audacieuse Sarah » qui est le tome 2 de la famille d’Arsac et le suivant ci-dessous: « Aventureuse Constance » entrent dans le challenge « Une lettre pour un  auteur du 1er mai (groupe facebook du même nom »)

couv12824232 (1)

Un peu de romance,  ca fait un bien fou de temps à autre!

Et comme c est un excellent mois lecture,  j’ai pu commencer:

couv49338046 (1)

J’en suis à la moitié et je me régale!

 

[Bilan lecture] mars 2017

– Les chroniques de MacKayla Lane T5; Fièvre d’ombres

mackayla lane 5

Lu en Lecture Commune avec ma partenaire de saga Tigrouloup. Une très bonne fin de saga, qui donne envie de découvrir la seconde!

– Belle

Lu dans le cadre du challenge au fil des saisons et des pages, la session hiver.

Un coup de coeur, j’ai juste vécu cette histoire de l’intérieur

belle

Meg Corbyn T3

à l’occasion d’un book club sur le thème des métamorphes avec mes chères « bouquina ». Comme prévu, une lecture toute doudou

couv54832298 (1)

 

Et également dans  le cadre du challenge « au fil des saisons et des pages«  mais pour le printemps: Sauveur & Fils T2

couv9635815

J’adore cette série. C’est touchant. Une lecture qui fait du bien.

Mes lectures commencées fin mars:

p. 12 et 124

Bilan lectures février 2017

 

 

Avec le sang des 7 Rois T7, je clos une superbe saga, qui a su  me séduire sur des points que je pensais perdu d’avance pour l’auteur! Pas mal donc 😉

Ne pleure pas m’a été choisi par Callysse et si ca ne détonne pas, ca s’est laissé lire.

L’exquise clarté d’un rayon de lune a été une petite lecture doudou à l’occasion d’un petit passage à la maternité 😉 Facile à lire. En dessous du 1er tome mais c’était tout de même un plaisir de retrouver les personnages et Snow Crystal.

Ne pleure pas – Mary Kubica

ne-pleure-pas

Résumé:

Chicago, en ville. Esther Vaughan disparaît du jour au lendemain. Inquiète, Quinn, sa colocataire, prend conscience qu’elle ne sait rien d’Esther : celle-ci a toujours refusé de parler de sa famille, et laisse derrière elle un fouillis qui ne lui ressemble pas – en particulier une lettre qui instille le doute dans l’esprit de Quinn « sainte Esther », comme elle la surnomme, n’est peut-être pas la personne qu’elle croit…

Ailleurs, dans un petit port sur la rive du lac Michigan. Alex Gallo voit entrer une inconnue dans le café tranquille où il travaille. Le genre de jeune femme dont la beauté et le charme font qu’elle ne passe pas inaperçue et ne laisse pas indifférent. Alex a dix-huit ans ; il se laisse envoûter en toute innocence…

Mon avis: J’ai lu ce livre dans le cadre de  »Pioche dans ma pal » pour lequel je participe avec Callysse pour la session janvier-février.

https://i2.wp.com/a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Challenge/ab.jpg

On m’avait conseillé ce livre et je me l’étais procuré assez vite. Je connaissais l’auteure de nom, mais sans plus. Pas d’échos, de chroniques parcourues… C’est donc sans trop d’a-priori que je me suis lancée dans la lecture de ce livre.

Les chapitres sont très courts et alternent entre les récits d’Alex et Quinn.

Alex est un adolescent de 18 ans, abandonné par sa mère à l’âge de 5 ans, en charge de son père alcoolique perpétuellement soûl. Six mois plus tôt, à la sortie du lycée, il a refusé une bourse pour partir loin, à l’université. A la place, il est passé en temps plein à son travail de serveur dans un petit bistrot de la ville en banlieue de Chicago où il a toujours vécu. Alex, c’est un bon garçon. Trop bon, avec un coeur granddddd comme ça pourrait-on dire. Il m’a beaucoup plu. Si tout le monde pouvait avoir un ado comme ça, tout serait bien plus facile 😉

Quinn, elle, n’est pas faite pour les études. Elle a quitté le domicile familiale dès qu’elle a pu après le lycée, pour débuter une colocation en plein Chicago avec Esther et commencer un petit travail mal payé dans un cabinet d’avocat. Esther, c’est une jeune femme très secrète, qui travaille et étudie en même temps. Une année auparavant, elle a dû trouver une nouvelle colocataire pour remplacer l’ancienne et c’est ainsi qu’elle est tombée sur Quinn.

Ca, c’est le contexte général. Tout débute vraiment lorsqu’un dimanche matin, Quinn découvre qu’Esther est partie par la fenêtre, via l’escalier de secours, et qu’Alex rencontre une nouvelle cliente, hypnotique, mystérieuse qu’il va surnommer  Pearl.

En parallèle, on découvre qu’Esther avait une pléïade de petits secrets, et Quinn entre aussitôt dans un délire paranoïaque. Qui était sa colocataire avec qui elle avait une relation extraordinaire, et que lui voulait-elle avant  de disparaître? Alex lui, voue une obsession maladive envers Pearl. Qui est-elle. Que fait-elle dans le coin. Qu’espionne-t-elle à travers la vitrine de leur café.

En tant que tel, j’ai également beaucoup apprécié Quinn, tout comme Alex. Mais…. comment dire, l’intrigue manque d’ampleur. La pression monte peu à peu, le final est bon, intéressant, en partie inattendue. Et pourtant, il n’y a pas ce petit piment que je recherche dans tout bon thriller. Je ne me suis pas ennuyée, je l’ai même lu très rapidement, avec plaisir, et pourtant il faut avouer que ca ne décolle pas. Et c’est, pour moi, le point négatif du roman. J’ai pu lire que ce n’était pas le meilleur roman de l’auteure, donc je serai curieuse de découvrir ce qu’elle vaut dans un autre de ses romans 😉 Une autre petite remarque sur l’écriture, qui n’est pas non plus tellement relevée, mais à ce niveau, je me méfie toujours un peu des traductions donc je ne m’étendrais pas trop longtemps sur le sujet.

Un grand merci à Callysse de m’avoir choisi ce livre. Cela ne se ressent peut-être pas tant dans mon avis, mais j’ai passé un bon moment, c’est certain!

 

 

Bilan lectures janvier 2017

1 mois et 4 lectures!  »La danse hésitante des flocons de neige » a été une vraie lecture doudou, san sprise de tête, qui fait du bien! Le tome 6 du  »Sang des 7 Rois » avance gentiment sur la fin, et si je suis un peu perdue par le côté SF, j’espère que Goddyn saura me convaincre avec la fin d’une grande saga. Olivier Gay a su me faire rire et me détendre, tout ceci avec un polar typiquement parisien. Et MacKayla Lane T4, lu en lecture commune avec Tigrouloup, lance des promesses qui, je l’espère, seront tenues dans le 5ème et dernier tome de la saga initiale de MacKayla!

Aucune déception, ce mois de janvier a été très agréable côté lecture!

Et vous?
la-danse-hesitante-des-flocons-de-neige

le-sang-des-7-rois-t6

 

les-talons-hauts-rappochent-les-filles-du-ciel

 

mackayla-lane-4

 

Vous pouvez cliquer sur les images pour avoir les avis. Seul MacKayla n’a pas encore de chronique.

 

 

 

 

 

 

 

Les talons hauts rapprochent les filles du ciel – Olivie Gay

les-talons-hauts-rappochent-les-filles-du-ciel

Résumé: 

Un serial killer rôde dans les rues de Paris. Plusieurs filles sont retrouvées assassinées de manière atroce dans leur appartement. Leur seul point commun ? Elles fréquentaient toutes le milieu de la nuit et les clubs à la mode.
John-Fitzgerald, surnommé Fitz par ses amis, est un parasite par excellence. Dragueur paresseux et noctambule, il partage sa vie entre les soirées parisiennes, son amour des jeux en réseau et la vente de coke à la petite semaine. Ce héros improbable va se retrouver au coeur d’une enquête de plus en plus dangereuse, avec l’aide de ses conquêtes d’un soir et de ses amis toxicomanes.
Grande gueule maladroite, incompétent notoire, séducteur au grand coeur, il semble bien mal armé pour affronter les bas-fonds parisiens. Mais tant qu’il y aura de l’alcool, la fête sera plus folle.

Mon avis:

Pour le coup, je ne me souviens plus comment j’en suis venue à choisir ce livre. Je voyais Olivier Gay depuis un moment dans les salons, j’entendais parler de lui à chaque parution et je crois bien qu’une copinaute l’ a lu dernièrement et m’a convaincue de me le procurer.

Bref, je l’ai acheté en 2016 et Callysse me l’a choisi pour ce challenge:

https://i2.wp.com/a-livre-ouvert.cowblog.fr/images/Challenge/ab.jpg

Pour commencer, je peux dire que j’ai passé un excellent moment. C’est déjanté, avec une plume très agréable, des personnages complètement à côté de la plaque… que du bonheur en somme.

Dans le même style, j’ai directement pensé à  »N’oublie pas mon petit soulier » de Gabriel Katz (d’ailleurs, jamais bien loin de Gay dans les salons 😉 )!

Le personnage principal se nomme Fitz. Bon, je dois mettre de côté  »l’assassin royal » qui me vient directement en tête quand je vois ce nom car nous n’y sommes, mais pas du tout!  Bref, je me perds je me perds… Qui est Fitz? Soyons honnête, un raté. Un trentenaire beau-gosse, homme à femme, vendeur de  »soleil »… Heureusement pour lui, il est intelligent.  Il ne tombe pas dans les pièges de la facilité, de la gourmandise financière. Il vit avec ce qu’il lui faut, un jour après l’autre, un peu toujours sur le fil.

Donc, quand son ex lui tombe dessus pour le forcer à enquêter pour elle (un vendeur de coke avec une ex-flic, ça craint; et quand cette ex sait que vous vendez un peu de poudre…. ça craint encore plus), il se sent un peu obligé et c’est malgré lui que Fitz se lance aux trousses d’un tueur en série. Il ne lui faut cependant pas tellement de temps pour en faire une affaire personnelle et se lancer corps et âme à la poursuite d’un bien étrange personnage.

Moussah et Deborah, amis et quelque peu consommateurs de soleil le week-end, aident leur ami Fitz à 1. ne pas trop se faire cogner 2. ne pas se faire tuer trop vite 3. jouer la conscience élaborée du jeune enquêteur improvisé.

Avec Gay, on écume le Paris fêtard, le Paris nocturne, la bourgeoisie même! On suit l’alcool, la drogue, le sexe, la folie!

Et le tout avec beaucoup d’humour.

J’ai sincèrement passé un très bon moment. Alors clairement, si vous cherchez le vrai polar qui soulève les problèmes de société, qui déterre les secrets sombres et sales de monsieur-madame tout le monde, la tension d’une horreur présente mais cachée, passez votre chemin. Ici, c’est du polar loufoque, c’est moche et sanglant oui, mais jamais déprimant, jamais trop sérieux. Un polar, pour pouvoir passer un bon moment!